Sélection des futurs footballeurs internationaux: confusion à tous les étages

J'ai lu attentivement les propos tenus par les personnels de la FFF au sujet de la population des centres de perfectionnemnt des jeunes footballeurs, propos relayés dernièrement par Médiapart.

J'ai lu attentivement les propos tenus par les personnels de la FFF au sujet de la population des centres de perfectionnemnt des jeunes footballeurs, propos relayés dernièrement par Médiapart. Les présents partent d'un premier constat: la formation reçue par ces jeunes profite d'avantage quantitativement aux sélections nationales étrangères qu'à la sélection française. Mais, rien de plus normal! Seuls les meilleurs rejoindront la sélection française. En effet ces centres jouent le rôle de réservoir sélectif pour notre sélection nationale.

Le fait que certains jeunes soit binationaux ne changeant rien à l'affaire puisque le critère de sélection ultime pour l'équipe nationale tricolore se fera sur la qualité intrinsèque et non sur l'origine du joueur.

Vouloir introduire un quota de bi nationaux va automatiquement favoriser les jeunes franço-français, il y aura donc bien ségrégation, et ne va en aucun cas garantir une qualité supérieure de la sélection induite.

La mesure est donc contestable d'un point de vue éthique et contreproductive à terme.

Le sélectionneur en particulier a un discours ambivalent. Il dit à plusieurs reprises son refus du critère ethnique comme critère de sélection mais sous entend que la sélection de joueurs de couleur pose des problèmes à la sélection nationale au contraire de la sélection espagnole qui ne rencontre pas ce genre de souci car ne comptant pas de joueurs de couleur.

En fait il stigmatise un groupe ethnique alors que le rôle du sélectionneur est d'apporter des réponses à la gestion du groupe au sens large en se défaisant si nécessaire des éléments "perturbateurs".

le deuxième constat concerne le profil des joueurs présents dans ces centres. Il est trop uniforme et, basé sur la puissance athlétique, il favoriserait les bi nationaux Africains au détriment des Franco-français jugés plus "joueurs". Il est incontestable que le potentiel athlétique des joueurs d'origine africaine sélectionnés en équipe de France a de tout temps été remarquable et qu'il a été recherché. Mais ces critères de qualité physique sont devenus hégémoniques au détriment des critères plus techniques nécessaires également à une certaine qualité de jeu.

Ce sont justement ces critères de sélection qui doivent être réévalués pour que la sélection nationale ait un fond de jeu plus solide et chatoyant. (On se souvient des "Brésiliens d'Europe").

Et le choix de ces critères de sélection n'a rien à voir avec un quelconque quota de bi nationaux qui devrait être institué.

Plus profondément cette confusion des causes et des effets marque la difficile acceptation par les responsables du football français de la place primordiale prise aujourd'hui dans les équipes nationales par les non Européens. Ils ne s'y retrouvent pas, la sélection nationale ne leur renvoie pas le reflet souhaité. Un reflet qui se doit d'être "Blanc" d'abord.....surtout si les résultats ne suivent pas!!!!!

Ce trouble est d'ailleurs partagé par une large partie du public, des sponsors et autres personnalités en vue, qui voudraient une sélection "blanchie". C'est Mr Le Pen je crois qui avait exprimé le premier ce souhait. Il a fini par être entendu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.