Drôle de Tour. Etape 5. L'évangile des commissaires

Le glaive divin s’est abattu sur Julian Alaphilippe, ce qui sauve le suiveur au terme d'une étape trépidante d'ennui.

Gap-Privas. 183 km.

Le passage le plus touchant des Evangiles des Commissaires, Livre II, chapitre IV,  verset 9, est : «Tu ne toucheras point au bidon pendant les 20 derniers kilomètres. Pénalité de 20 secondes t'affligera.»  

Et voilà comment le glaive divin s’est abattu sur Julian Alaphilippe, perdant son maillot jaune au profit d'Adam Yates (Mitchelton-Scott), qui était jusque-là 2e du général, à 4'' du Français. Un étape trépidante, comme hier, où le suiveur a glissé de Radio Tour à France Culture pour ne pas mourir d’ennui.

Le coureur de Deceuninck-Quick Step a donc pris un bidon tendu par un membre de son équipe à 17 km de l'arrivée. Or le ravitaillement n'est plus autorisé dans les 20 derniers kilomètres de l'étape. L'étape été remportée par Wout Van Aert. Tout comme ses coéquipiers de la Jumbo Visma, le Belge est au sommet de sa puissance.

 © Capture d'écran d'Eurosport.fr © Capture d'écran d'Eurosport.fr

Il faut des qualités constantes pour devenir commissaire. Connaître la loi divine du cyclisme, cela va de soi. Savoir l’appliquer sans faiblesse. On l'a vu hier. A l'issue de l'étape, chaque soir, les commissaires se réunissent. On appelle ça le Jury des commissaires. Un rideau est prestement tiré sur cette auguste assemblée dans la Permanence du Tour.

Ils siègent, nous dit-on.

Qui est pour ? Qui est contre ? Qui pour le contre ? Et contre le pour ? Bref, c'est intense.

Le soir, une fois qu'ils ont rendu les jugements de la journée, amende de 200 francs suisses pour untel qui a montré sa quéquette pour pisser au bord de la route, créant un précédent scandaleux étant donné que le public ne peut supporter un spectacle si honteux, les commissaires se réunissent au restaurant, comme des moutons autour du buffet. C'est leur moment de détente. On passe à table.

- L’un dit : enfin !

- L’autre : ah, c'est pas trop tôt

L'un montre une photo de lui en camping, en Alsace, avec madame, sur la route des vins. L'autre quand il était au régiment avec son petit béret de chef de char. Les entrées, le plat de résistance et le dessert.

- Patron, la petite sœur !!

- Rhoo, Wilfried, tu crois ? (il y a des commissaires belges, néerlandais, etc)

La journée en bagnole, à scruter qui va pisser, si le bidon au KM 17 a été bien donné, a été harassante.

- Et je te parle pas de toute cette paperasse, dit le troisième. Pour quelle reconnaissance ? Hein, dis moi ?

Aujourd'hui jeudi final au Mont Aigoual avec le col de la Lusette, bien-bien raide, avec des passages à 11 %. Un final pour Roglic (Jumbo Visma) ?

Le Livre IV, verset 9, de l'Evangile des Commissaires, dit : «Du bidon, le contenu, tu t'en moqueras».  

***

Lire aussi dans le journal : A Veynes, le loup est chez lui, l’éleveur tout autant   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.