Drôle de Tour. Etape 8. Pogacar l’éléphant vermillon

Thibaut Pinot et Julian Alaphilippe sont tombés au champ d'honneur, Nans Peters gagne l'étape et le Slovène Pogacar bat le record de la montée de Peyresourde.

Cazères-sur-Garonne – Loudenvielle. 141 km.

Résumons-nous : le Français Nans Peters gagne samedi l’étape de Loudenvielle  Le puncheur de 26 ans ( AG2R) était parti, avec une dizaine de coureurs dès le départ, lâchant ensuite, notamment, Ilnur Zakarin dans Port de Balès.

Adam Yates garde le maillot jaune. Que Primoz Roglic aurait pu prendre cinq fois. Mais c'est encore tôt, n'est-ce pas ? Déjà que sa surpuissance, force et vélocité combinées, sont vraiment visibles : là, c'eût été trop flagrant.

Thibaut Pinot (chute dans la première étape) et Julian Alaphilippe sont tombés au champ d'honneur : 25 et 18 minutes de retard, respectivement.

Pinot accompagné de ses équipiers? Une vraie marche funèbre. Pinot accompagné de ses équipiers? Une vraie marche funèbre.

Guillaume Martin et Romain Bardet sont ce matin 3 et 4 du général à 9 et 11 secondes. Bardet, qui a chuté en montée, a fini à l'énergie, coude gauche douloureux. On verra aujourd'hui si son corps tient le coup dans cette seconde étape pyrénéenne.

Et c'est tout ? En fait non. Sachant que le navigateur solitaire blanchit la mer de son sillage, le Slovène Pogacar fut ce marin hauturier en sortant du groupe des favoris. Il faut savoir que Pogacar s'était pris une minute la veille dans la bordure... et l'a rattrapée sur les hauteurs du col de Peyresourde.

On a déjà par le passé vu des exploits identiques. Avec une jambe, deux jambes et parfois avec deux jambes et demie. Comme Pogacar.

Peut-on dire que c'est une manière d'enterrer le cyclisme propre avec la bêche du jardinier du Tour ? En tout cas ça y ressemble drôlement.

Pogacar signe le nouveau recrde de la montée du Col de Peyresourde: 24 mn 35 s. Pogacar signe le nouveau recrde de la montée du Col de Peyresourde: 24 mn 35 s.
Une ascension de toute beauté qui ridiculiserait presque le combat de titans entre Rasmussen et Contador (2007). Tous deux à l’époque chargés d’explosifs. Rasmussen sera par la suite exclu. Le record est la propriété de Vinokourov en 2003 (25’ 34’’) pour les 9, 9 km à 7, 54 % de dénivelé. Pogacar descend le record de 59 secondes, selon les calculs de Frédéric Portoleau, ingénieur en mécaniques des fluides, et qui fait foi dans le métier.

Ce Pogacar n'est pas un coureur. C'est un éléphant vermillon qui est rentré dans le palais du Maharajah. Impossible à louper. Sauf pour le contrôle antidopage qui, à 18h30, donne à manger aux poules. A titre indicatif on peut lui en signaler d’autres, d’éléphants.

Donc on se trouve avec un panorama fort intéressant. Deux Slovènes (Roglic-Pogacar) qui, comme c'est parti, pourraient bien faire 1 et 2 à Paris. Puis quatre Colombiens derrière qui se lissent les plumes en attendant les Alpes. Et deux Français : Guillaume et Bardet. Ce qui va certainement se traduire par un match Slovénie-Colombie. On prend les paris ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.