Jean-Louis Le Touzet
Journaliste, ex-Libération, suiveur du Tour de France
Pigiste Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 sept. 2020

Jean-Louis Le Touzet
Journaliste, ex-Libération, suiveur du Tour de France
Pigiste Mediapart

Drôle de Tour. Etape 13. Dopage et hérédité

L’amateur de cyclisme propre s'est étouffé alors que les Slovènes grimpaient, eux, quasi bouche fermée.

Jean-Louis Le Touzet
Journaliste, ex-Libération, suiveur du Tour de France
Pigiste Mediapart

Châtel-Guyon - Puy Mary. 191,5 km.

On aime mieux souffrir que s'ennuyer, a dit un jour un ami.

L’amateur de cyclisme propre – et il y en a !– est, lui, tombé dans une phase de dépression profonde qui durera jusqu'à la fin du Tour. Il souffre atrocement, ses illusions se sont envolées lors de la 13e étape jugée au Puy Mary et remportée par le Colombien Daniel Martinez, vainqueur du dernier Dauphiné. Ce dernier avait auparavant fait le ménage dans un groupe d'échappés que le peloton des favoris avait regardé foutre le camp sans inquiétude, sachant que Martinez, en professeur de sauts périlleux en haute montagne, allait divertit la course. Il l'a fait de belle manière. Deux Allemands de Bora, Lennard Kämna et Maximilian Schachmann, suivent au classement du jour. Puis trois Français, langue pendante, derrière.

Le vélo de l'amateur de cyclisme propre est au plus mal. Pourquoi ? Car ça va trop vite. Guillaume Martin (3e hier matin) a pris près de 2’50'' dans les 11 derniers kilomètres. Bardet, lui aussi n’a pas tenu le coup dans le col de Néronne face à la cadence imposée par les Dupond et Dupont slovènes du Tour de France : Pogacar et Roglic . Hier soir l'équipe de Bardet déclarait son abandon. Il avait chuté à 30 bornes de l'arrivée. Commotion cérébrale, ont dit les toubibs.

L’amateur de cyclisme propre s'est étouffé alors que les Slovènes grimpaient, eux, quasi bouche fermée. Plus fort qu'Ullrich et Armstrong. C'est dire que la machine à remonter le temps fonctionne admirablement. Tout semble normal puisqu'on parle d’éblouissement.

Les suiveurs sont grisés. Ivres du vin tiré. Certains ont de la peine à en croire leurs yeux. D'autres parlent d’ascension mythologique. Il faut quand même garder du vocabulaire pour la semaine prochaine.

De ce point de vue, les suiveurs ressemblent à leurs pères qui avaient chanté Marco Pantani, Lance Armstrong et ce bon Bjarne Riis. Et Miguel Indurain ? Non pas lui : impossible, il montait les cols en apnée, 80 kilos tout de même, plus rapidement que les Colombiens actuels qui pèsent, allez, dans les 56 kilos tout mouillés. Cet Indurain était un rêve de beatnik. Un jour il faudra quand même lui demander ses références exactes. Quand il saura la vérité il s’étonnera lui-même : « Ah, bon, j’ai avalé tout ça en cinq tours remportés ?  Qui l'eut cru. »

Tout ça pour dire que le suiveur ne va pas facilement contre l’hérédité.

Revenons aux faits. Ces amateurs d'équité sportive ont un slogan surréaliste : « Nous voulons un cyclisme propre. » Ils sont réunis au sein d’un collectif. Il leur arrive de faire des pique-nique. Ils aiment le théâtre de rue. Mais hier le théâtre dans l'avant-dernière difficulté les a douchés, eux qui souhaitaient assister à la grande explosion poétique des Français. Ils voulaient forcer l’événement. Qu'il advienne. Puis surtout que le Tour parte coûte que coûte. Il y en allait de la France, de son histoire, de Clemenceau. Bref quasiment de Verdun (pas nécessairement de son vainqueur). 

Les petits Français allaient se montrer. On verrait ce qu'on verrait ! Ah ça, on a vu : une boucherie. Les Slovènes ont fait monter la course en mayonnaise. Le peloton s'est noyé dedans, y compris Alaphilippe qui s'est distingué un moment mais qui a coulé  à pic. Comme Bernal, dernier vainqueur du Tour, qui a pris 38 secondes dans la vue. Il est troisième. Il a quasi perdu son titre.

Résultat des ours : au général, Roglic 1, Pogacar 2,  Bernal 3 et... trois autres Colombiens, juste derrière, à l'affût. On va se taper encore huit jours de ménagerie.

Le Tour serait bien inspiré de faire payer l'entrée. Ses recettes sont vraiment en péril : le nouveau maire de Lyon a dit dans la presse qu’il n'aimait pas les jeux du cirque. Trop macho, trop polluant. En substance.

Poli, ou pas informé, il n'a pas parlé de dopage.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal — Europe
« Ce qui se passe chez nous, en Ukraine, relève d’une décolonisation »
Rencontre avec un poète, rocker et patriote ukrainien, Serhiy Jadan, qui fait danser les foules et les mots. Contestation de notre focalisation sur l’homme fort de l’Empire russe revanchard. Évocation de la fiction et de la condition animale en temps de guerre.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement