Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité, membre du CA de la Convention pour la 6ème République.
Abonné·e de Mediapart

552 Billets

20 Éditions

Billet de blog 1 févr. 2017

Le Royaume-Uni pétitionne contre la venue de Trump, 1.796.723 signatures à ce jour

L'imprévisible premier ministre de sa gracieuse majesté aurait invité, à l'initiative de cette dernière, le diable en personne...

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité, membre du CA de la Convention pour la 6ème République.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors de sa visite aux États-Unis, en fin de semaine dernière, Theresa May a lancé une invitation au nouveau président américain pour qu’il soit reçu officiellement et prochainement au Royaume-Uni , bien qu’aucune date précise n’ait été fixée — on notera incidemment le caractère surréaliste des propos du premier ministre britannique qui s’est vantée de développer de nouveaux liens commerciaux avec les États-Unis alors que le pays qu’elle dirige n’a toujours pas quitté l’UE ! —. Or le moins que l’on puisse dire est que cette initiative est fort loin d’être acceptée et partagée à travers le royaume. Une pétition a été lancée, (et réservée hélas! aux seuls sujets de sa gracieuse majesté) pour s’opposer à ce que Trump pose le pied sur le sol britannique, et a déjà recueilli, à 17h mercredi 1er février 2017, 1.796.723 signatures. 

Cette invitation a déclenché un véritable tollé dans tous les partis politiques comme le relate leGuardian du 30 janvier, la députée conservatrice de la circonscription de Totnes dans le Devon, Sarah Wollaston, est allée plus loin en précisant que si la visite était maintenue, recevoir Trump à la chambre des communes serait une grave erreur car « ce type d’honneur est généralement réservé aux leaders étrangers qui ont eu une influence durable et positive sur le monde, et Mr. Trump n’en fait pas partie ». Ruth Davidson, chef du parti conservateur écossais, a, quant à elle, déclaré que « Trump ne devrait pas être le bienvenu au Royaume-Uni en raison de la politique de discrimination qu’il est en train de mettre en place ». Jeremy Corbyn, qui s’avère une immense déception au fil du temps, a demandé « que la visite de Trump soit repoussée tant que son interdiction sur l’immigration est en vigueur ». Un vœu pieu dilatoire qui ne va certainement pas calmer les ardeurs des députés travaillistes qui souhaitent son départ et qui s’insurgent contre son caporalisme et son extrême ambiguïté dans le débat sur le Brexit.

En résumé Trump divise et effraie à l’intérieur des États-Unis comme à l’extérieur. Plusieurs sites américains ont dressé un tableau comparatif accablant entre Hitler et Trump, c’est le cas de dailykos et de quora. Même parmi les soutiens actifs du Brexit et, indirectement de Trump, l’unité se désagrège puisque le tabloïde de l’insupportable Rupert Murdoch, The Sun, a lancé une information, qui n’a pas, à ce jour, été reprise par les quality papers, selon laquelle Trump aurait saisi la main de Theresa May, non par galanterie mais parce qu’il souffrirait de bathmophobia, en français, la bathophobie, la peur des profondeurs littéralement et, donc, par extension, des pentes et des marches d’escalier. Il s’agit d’un désordre mental qui affecte d’ordinaire les jeunes enfants…

Trump et Theresa May se dirigent vers le pupitre face à la presse © Getty Images

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilenies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet
Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN