Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

552 Billets

20 Éditions

Billet de blog 8 avr. 2013

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

Margaret Thatcher (1925-2013): vie et mort d'un rhinocéros

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Photo Oli Scarff / Getty images

Le rhinocéros, c’est ainsi que François Mitterrand avait surnommé le défunt premier ministre britannique, lassé par ses inlassables attaques contre l’Union Européenne, toujours armée de son inséparable handbag pour lancer à l’envi son insupportable ritournelle : I want my money back, comme si l’Europe qu’elle haïssait était le voleur identifié des biens du Royaume-Uni. Son irritante et permanente intransigeance lui avait valu le surnom en forme de métaphore réminiscente de la politique des blocs et de la guerre froide, the Iron Lady, référence faite à the Iron Curtain, chape de plomb tombée du ciel du Pacte de Varsovie sur les peuples de l’Europe de l’Est. Elle est morte, aujourd’hui 8 avril 2013, à la suite d’une ultime attaque, très loin d’une réalité dont les affres de la maladie d’Alzeihmer l’avait coupée depuis de nombreuses années.

Elle laissera dans l’histoire contemporaine le souvenir d’un leader ultra conservateur et terriblement entêtée, convaincue de détenir la vérité, une des pires réactionnaires de l’après-guerre. Pourtant, tout avait bien commencé pour cette femme travailleuse, intelligente et méritante qui aurait pu, en étant jusqu’à ce jour, l’unique femme premier ministre, laisser une noble empreinte, dans le sillage de toutes les femmes qui, du droit de vote à la seconde guerre mondiale, ont mené de rudes batailles pour la liberté et l’émancipation. Fille d’une couturière et d’un épicier, Margaret Roberts mena de brillantes études secondaires qui lui permirent d’intégrer l’université d’Oxford encore très machiste et d’y obtenir une maîtrise de chimie. A 24 ans elle sera candidate, sans succès, pour la première fois, tout en entreprenant des études de droit qui feront d’elle une avocate. Lorsqu’elle prend la tête du parti conservateur en 1975, seule femme de l’état-major Tory, les espoirs des femmes et des féministes se sont déjà évanoui, puisque, depuis son passage au ministère de l’éducation (1970-1974), elle a été surnommée the milk snatcher, littéralement la voleuse de lait, pour avoir supprimé, en 1971, la distribution gratuite de lait aux enfants des écoles primaires britanniques.

Puis, lorsqu’elle arrive au 10 Downing Street, en 1979, pour y rester 11 longues années jusqu’en 1990, elle va se montrer pire que n’importe lequel de ses mâles prédécesseurs. Faible avec les forts, forte avec les faibles, elle va devenir le fossoyeur de tout ce qui faisait le Royaume-Uni. En quelques années, elle va dilapider les mines, l’industrie automobile, la métallurgie, la solidarité, le Welfare State, bref tout ce qui caractérisait le Royaume-Uni. Elle se désintéressera totalement de l’ex-Commonwealth, qui ne faisait pas partie de ses préoccupations économiques. Elle poussera l’ignominie jusqu’à s’opposer par tous les moyens à la libération de Nelson Mandela avant son départ du pouvoir, considérant que c’était un dangereux terroriste. On n’oubliera pas non plus les larmes versées sur son enfant gâté de fils, perdu quelque part en Afrique dans le cadre d’un rallye automobile, alors que les grévistes de la faim irlandais allaient au terme tragique de leur action dans les geôles britanniques, ni son indestructible amitié avec le très réactionnaire Reagan et l’infréquentable Pinochet. Elle avait réussi le tour de force de se faire admirer par les conservateurs français, en tête desquels Chirac, qui vont forcément verser une larme, les femmes britanniques aussi, mais pour d’autres raisons, car, à cause de Margaret Thatcher, elles ont perdu près de cinquante ans.

P.S. : Sans la complicité objective de la junte militaire argentine qui décida d'envahir las Malvinasthe Falkland Islands, le passage au pouvoir de Thatcher, qui était au plus bas dans les sondages en 1982, aurait dû être une parenthèse vite refermée. Mais l'exploitation honteusement nationaliste et prétendument patriotique de la récupération de cet archipel et l'aide de Rupert Murdoch et de toute la presse a gravement prolongé le malentendu.

http://www.guardian.co.uk/politics/2013/apr/08/margaret-thatcher-dies-aged-87

http://www.nytimes.com/2013/04/09/world/europe/former-prime-minister-margaret-thatcher-of-britain-has-died.html?emc=na

http://www.bbc.co.uk/news/

http://en.wikipedia.org/wiki/Margaret_Thatcher

http://fr.wikipedia.org/wiki/Margaret_Thatcher

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez