Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

552 Billets

20 Éditions

Billet de blog 10 déc. 2015

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

Adieu Monsieur 5,63%

Depuis 2012, François Hollande n'a tenu aucune de ses promesses et, pire encore, a cru bon de nommer à Matignon, en 2014, un homme, Manuel Valls, ultra-minoritaire au sein du PS, qui a détruit le parti socialiste. Il est temps qu'il s'en aille.

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Éliminé au soir du premier tour de la primaire socialiste, le 9 octobre 2011, avec le piteux score de 5,63% des voix des militants et sympathisants ayant pris part au vote, il est hautement souhaitable que Manuel Valls soit aussi éliminé de son poste de premier ministre au soir du 13 décembre 2015 pour l’ensemble de son œuvre, qui est vaste dans son inconsistance et impressionnante par son vide sidéral. Pourtant il était annoncé haut et fort qu’on allait voir ce qu’on allait voir, au soir du 31 mars 2014.

En effet ce jour-là Manuel Valls entre à Matignon après avoir organisé en coulisses la disgrâce de son prédécesseur, Jean-Marc Ayrault, puis avoir éliminé les « gêneurs » qu’étaient Arnaud Montebourg et Benoît Hamon,  qui risquaient d’exiger qu’il tînt ses promesses, le 25 août de la même année. Manuel Valls s’était fait connaître jusque-là, en tant que ministre de l’intérieur, surtout par une identification de grande force mimétique — un hommage à la théorie du regretté René Girard — au comportement et au langage d’un des occupants préalables de la place Beauvau, Nicolas Sarkozy. Car, si nul n’a oublié les sinistres et affligeants  discours de Dakar et de Grenoble, personne, dans la camp des démocrates et de la gauche toute entière, ne saurait oublier non plus les lamentables propos de Manuel Valls sur les Rroms, ni la publicité intempestive et superflue accordée au tout aussi lamentable Dieudonné. 

La seule politique que Valls a menée de façon suivie depuis 2012, c’est la recherche systématique du bouc émissaire, qu’il s’agisse, selon les mois de l’année, des Rroms, des salariés d’Air France insultés pendant que leurs dirigeants étaient cajolés,  ou des députés socialistes, abusivement nommés — et ce choix sémantique est fort révélateur — « frondeurs » alors qu’ils entendaient simplement respecter leurs engagements auprès de leurs électeurs et faire leur travail de parlementaire. C’est aussi l’adoption d’un langage martial, sans oublier l’intronisation au gouvernement du tristement célèbre Macron, qui a autant de liens avec le parti socialiste et les engagements du candidat Hollande en 2012 que la reine d’Angleterre avec le concept de lutte des classes. Pendant ces quelques dix-huit mois qu’il a indûment passés à Matignon, Manuel Valls a surtout montré qu’il n’a strictement aucune ligne idéologique digne de ce nom.

Les mouvements de menton ne sauraient constituer une ligne politique respectable et l’organisation de la mise en danger de la vie démocratique du pays par le biais de l’état d’urgence restera une marque indélébile dans son passage au pouvoir, car, vouloir restreindre les libertés de tous les citoyens sous couvert de surveillance de terroristes potentiels, dont la trace a été abandonnée par manque de moyens budgétaires, est une farce dangereuse qui pourrait tourner à la réelle dystopie si l’extrême droite s’approchait un peu trop près du pouvoir. Bref il est grand temps que Manuel Valls consacre plus de temps à sa touchante complicité avec Paris-Match et au club qu’il avait créé en 2009 « A gauche besoin d’optimisme ». Il conviendra qu’il le renomme simplement « Besoin », à gauche et optimisme étant totalement superflus. Il va donc falloir restaurer la démocratie, la gauche, l’espérance et le rêve, mais bien sûr sans le démolisseur-en-chef.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni
Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol