Zimbabwe : le dictateur et le poète

John Eppel est un sud-africain blanc né en 1947 à Lydenburg. Il a vécu la majeure partie de sa vie, jusqu'à présent, au Zimbabwe dont il a la nationalité.

John Eppel est un sud-africain blanc né en 1947 à Lydenburg. Il a vécu la majeure partie de sa vie, jusqu'à présent, au Zimbabwe dont il a la nationalité. Il dirige le département d'anglais au Christian Brothers College de Bulawayo, deuxième ville au sud-ouest du Zimbabwe, au cœur du Matabeleland. Depuis une quarantaine d'années, il partage son temps entre enseignement, fiction et poésie. Son premier roman, D.G.G Berry's The Great North Road, lui a valu le M-net Prize, sorte de Goncourt sud-africain, et fait partie, selon le quotidien de Johannesburg The Mail & Guardian, des 20 meilleurs romans sud-africains publiés depuis 1948. On peut retrouver le détail de la production littéraire de John Eppel sur ce lien. Il est désormais connu et apprécié pour son œuvre poétique, dans laquelle figure notamment An Awkward Gait, poème qui dénonce la terminologie respectueuse qui entoure les dictateurs.

 

An Awkward Gait

Papa, Daddy, Uncle, Dear Old Man:

What is it about dictators that weCoddle them with terms of affection?The lion will slaughter, and even eat,Cubs of his rivals. No subordinateStands in the way of the dominantWhite-browed sparrow weaver, the ballastOf whose gonads gives him an awkward flight.

 

Why do we admire Generals, pityVendors? Why do we revere lions,Laugh at hyaenas? What is it aboutThe clenched fist, the conical tower, churchSteeples, pyramids, codpieces, that weAdore? Now this Autocrat, the ballastOf whose honorary doctorates givesHim: Uncle, Dear Old man: an awkward gait.

 

Une démarche lourdePapa, Daddy, Oncle, Honorable vieillard :Qu'est-ce qui fait que nous choyons

Les dictateurs avec des mots affectueux ?

Le lion massacrera toujours, et dévorera même

Les petits de ses rivaux. Aucun subordonné

Ne se met en travers du chemin

Du tisserin dominateur à houppe blanche, le poids

De ses virils attributs alourdit son vol.

 

Pourquoi admirons-nous les Généraux, tout en

Méprisant les marchands ? Pourquoi vénérons-nous les lions

Et moquons-nous les hyènes ? Et qu'est-ce qui nous fait

Adorer les poings serrés, les tours coniques, les flèches

D'église, les haut-de-chausses ? Et maintenant voilà cet Autocrate,

Oncle, Honorable vieillard, le poids de ses titres de docteur

Honoris causa alourdit sa démarche.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.