Perspective

Mars, c’était, pour Cicéron, le dieu de la guerre ; pour Ovide, le dieu de la reproduction et du printemps. Ce sont les ides, les giboulées, les ondées, le blé à semer pour les paysans, la taille pour les pépiniéristes, la bière pour les amateurs de houblon.

Mars, c’était, pour Cicéron, le dieu de la guerre ; pour Ovide, le dieu de la reproduction et du printemps. Ce sont les ides, les giboulées, les ondées, le blé à semer pour les paysans, la taille pour les pépiniéristes, la bière pour les amateurs de houblon. C'est aussi l'heure d'été, étrange décalage. Pour tous ceux qui ont eu 20 ans il y a 40 ans, mars c’était le 22, prélude à un épisode passionnant et romantique qui allait remodeler la société française, refermé brutalement par la chape de plomb du 30 juin. Pour tous ceux qui considèrent que le journalisme n’est pas et ne sera jamais la propriété de financiers proches du pouvoir en place et qui sont heureux d’accompagner une aventure exaltante, mars c’est le 16 de 2008.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.