Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

552 Billets

20 Éditions

Billet de blog 20 nov. 2012

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

Royaume-Uni : deux camouflets pour Cameron

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le premier ministre britannique David Cameron a certainement vécu la journée du jeudi 15 novembre comme  un véritable cauchemar, puisque les deux consultations électorales du jour, une innovation et une législative partielle, ont tourné à la déroute non seulement pour le parti conservateur, mais, une fois encore, pour les moribonds libéraux-démocrates, et plus globalement pour la démocratie. Pour ce qui concerne la dite innovation, Cameron et les Tories avaient eu l’étrange idée de remplacer les actuels police authorities, corps constitués et nommés par le gouvernement, par un élu responsable de la police, les police and crime commissioners, dans chacune des 41 circonscriptions géographiques, créées pour l’occasion.

Quant à l’élection législative partielle, elle ne devait être qu’une formalité, puisqu’il s’agissait de remplacer, dans un bastion conservateur depuis plus de quinze ans, la circonscription de Corby dans le Northamptonshire à égale distance de Coventry et de Northampton, détenue depuis 2010 par la députée conservatrice Louise Mensch, connue pour sa carrière d’écrivaine sous son nom de jeune fille, Bagshawe, qui a démissionné  le 6 août 2012. Officiellement pour s’installer à New York et se consacrer à sa famille, officieusement pour prendre un peu de distance par rapport à la famille Murdoch avec laquelle elle a semblé étonnamment indulgente et conciliante lors des auditions parlementaires, dans le cadre de l’enquête sur les pratiques journalistiques peu orthodoxes du groupe News International.

Si, dans la première consultation, les Tories peuvent se targuer d’avoir obtenu 16 des 41 postes de Police and Crime Commissioners, contre 13 aux travaillistes et 12 aux candidats indépendants, c’est la seule très mince consolation du jour. En effet, d’une part leurs alliés LibDems, qui présentaient 24 candidats sur les 41 circonscriptions, n’ont eu aucun élu, d’autre part le taux de participation est descendu à 15%, un niveau jamais atteint, plus faible encore que le 24% déjà historique des européennes de 1999. Pire même, dans le bureau de vote de Newport dans le comté de Gwent, au Pays de Galles, aucun électeur ne s’est présenté ! A cette humiliation électorale s’est ajoutée la perte de Corby.

Non seulement le candidat travailliste, Andy Sawford, l’a emporté aisément avec un total de 17.267 voix, mais en plus il a relégué la candidate conservatrice à plus de 8.000 voix. Normalement, Ed Miliband aurait toutes les raisons de se réjouir, mais pas la démocratie, qui a décidément vécu un triste jour, puisque le taux de participation à Corby n’a pas dépassé 18,6%.

http://www.guardian.co.uk/politics/2012/nov/16/labour-snatches-corby-tories?intcmp=122

http://www.guardian.co.uk/politics/2012/nov/16/electorate-david-cameron-police-polls

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey