Affaire Boulin : trois nouveaux témoignages qui annihilent la thèse du suicide

L’affaire est désormais connue de longue date : le 30 octobre 1979, à 8h40 le corps de Robert Boulin,  ministre du travail et de la participation du gouvernement de Raymond Barre, est retrouvé dans un étang, profond de cinquante centimètres d’eau, de la forêt de Rambouillet.

L’affaire est désormais connue de longue date : le 30 octobre 1979, à 8h40 le corps de Robert Boulin,  ministre du travail et de la participation du gouvernement de Raymond Barre, est retrouvé dans un étang, profond de cinquante centimètres d’eau, de la forêt de Rambouillet. Son visage semblable à celui d’un boxeur est couvert d’hématomes sur les yeux et les pommettes, il a une blessure importante au poignet droit et un gros hématome sur la nuque. Sa mort remonte vraisemblablement à la veille, entre 18h et 20h. Les différents échelons de la hiérarchie de l’Etat ont été informés entre minuit et 2h du matin, le 29 avril. Mais curieusement l’avis de recherche officiel n’est lancé qu’à 6h25 le 30 avril. Tous ces détails sont à retrouver dans la remarquable et minutieuse enquête de Benoît Collombat, grand reporter à France Inter, publiée aux éditions Fayard, en 2007, sous le titre Un homme à abattre, Contre-enquête sur la mort de Robert Boulin.

 

A 9h45, une dépêche AFP annonce la mort de Robert Boulin par suicide (dans cinquante centimètres d’eau !) et par absorption de barbituriques, alors qu’aucune trace de barbiturique ne sera jamais retrouvée sur les lieux, ni dans le corps du ministre. Le même jour à midi le procureur de Versailles évoque un suicide et, une heure plus tard, la très obligée Danièle Breem, dans le journal de 13h d’Antenne2, raconte le suicide en détail, alors même qu’aucun médecin n’a encore examiné le corps ! Quelques jours plus tard, la très dévouée Michelle Cotta prolongera, toujours sans l’ombre d’une preuve, la thèse du suicide agrémentée de scandaleuses calomnies sur la vie privée de madame Boulin et sur celle de son fils. A ce stade, on ne peut s'empêcher de penser à cette phrase de Carson, le majordome dans l'excellente série de la BBC Dowton Abbey : « Nous pensons comme nos maîtres. » Les nombreux doutes légitimes sur un éventuel suicide seront résumés par le médecin qui a signé le certificat de décès et que Benoît Collombat a rencontré en 2003 : « Pour se noyer, il y a d’autres moyens que de se jeter dans un endroit où il n’y a pas d’eau. »

 

Il n’est pas inutile de rappeler que Robert Boulin, grande figure de la résistance, ami de Chaban-Delmas, est, en 1979, est la figure montante du RPR, pour la plus grande rage de Chirac. Giscard voit en lui un remplaçant potentiel de Raymond Barre, ce qui constitue un casus belli supplémentaire pour l’agité de Cochin. Or, par un curieux hasard, Robert Boulin, décrit par tous ses amis comme un homme intègre et droit, tombe dans le piège d’un achat immobilier, que ses adversaires politiques tenteront de faire passer pour frauduleux, à Ramatuelle organisé par un aigrefin nommé Henri Tournet, proche du SAC et de Jacques Foccart. L’honneur de Boulin est ainsi commodément mis en cause, alors qu'il n'en est rien et que sa nomination à Matignon est proche. Mais un résistant de la trempe de Robert Boulin, accrocheur et opiniâtre, ne saurait se suicider, et plus personne ne croit en cette thèse invraisemblable.

 

Or, Benoît Collombat, dans une chronique du journal de 7h30 sur France Inter le 29 mai, a apporté trois nouveaux témoignages importants, à écouter ici et à lire . Le conseiller général socialiste Daniel Jault participe, en novembre 1983 en sa qualité de médecin légiste,  à la deuxième autopsie : « A l’évidence il y avait des chocs sur la face de R. Boulin. Personnellement je ne me suis jamais dit que c’était un suicide. On était en présence d’un meurtre ou d’un assassinat. On a conclu entre nous qu’il ne s’était pas suicidé. C’était une convergence de pensées et de réflexions, ça ne faisait plus guère de doutes que ce n’était pas un suicide. »

 

Eric Carlsberg, expert foncier et ex-collaborateur de Jacques Chaban-Delmas à la mairie de Bordeaux, président de l’Assemblée Nationale, seul avec Chaban, ce dernier ne croit pas aux lettres posthumes ni au suicide : « il (Chaban) est nerveux, triste, très, très ému, blanc, il dit : on l’a assassiné, voilà, il répète ça plusieurs fois. Je comprends que c’est dangereux parce qu’il me dit de faire attention à moi et de ne pas en parler. » A la question de Benoît Collombat : pourquoi ne pas avoir témoigné avant ? Il répond : « La trouille ! Aujourd’hui j’ai encore la trouille en vous parlant. »

 

Un nouveau témoin, prêt à témoigner devant un juge d’instruction, mais qui ne veut pas révéler son identité. Le 29 octobre 1979 à 17h, il s’est retrouvé nez-à-nez avec la voiture de Robert Boulin, dans la commune de Montfort-l’Amaury, dans les Yvelines, dernier endroit où Boulin a été vu vivant, mais stupeur, selon ce témoin, ce n’est pas Robert Boulin qui conduit sa voiture, il est assis côté passager à l’avant. C’est une autre personne qui est au volant et, à l’arrière, un autre individu, deux personnes inconnues de ce témoin.

 

Puisque la ré-ouverture de l’enquête semble traîner, les enquêtes journalistiques sérieuses et approfondies sont en mesure de bousculer l’agenda. L’ex-gaulliste de gauche Jean Charbonnel déclarait récemment à Antoine Perraud que son défunt ami du RPR, Sanguinetti, lui avait dit connaître le nom des deux commanditaires, que ne parle-t-il à la presse ? Puisque, de toute évidence, ce n’est pas sur la chancellerie qu’il faut compter pour accélérer le processus.

 

La fille de feu Robert Boulin, Fabienne Boulin Burgeat, a créé un site pour recueillir les pétitions et demander la ré-ouverture de l’enquête :

 

http://www.robertboulin.net

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.