JEAN-LOUIS RACCA
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 sept. 2013

JEAN-LOUIS RACCA
Abonné·e de Mediapart

LE POUVOIR TOTALITAIRE DE LA PSYCHANALYSE EN FRANCE : UNE VUE DE L'ESPRIT ?

JEAN-LOUIS RACCA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Objectif de ce billet : constater que lorsque l'Association française de psychiatrie forme un panel représentatif des psychiatres hexagonaux, elle choisit... 100 % de psychanalystes.
Lorsqu'un homme politique entend proposer un projet de loi sur un sujet dont il ne maîtrise pas nécessairement tous les aspects, il lui arrive de chercher à s'informer en consultant des associations, groupes, mouvements, instituts, etc. qu'il pense compétents sur le sujet en question.
Ainsi, tel député voulant légiférer sur les rythmes scolaires consulterait probablement la Société francophone de chronobiologie (ça existe !), tel autre voulant légiférer sur les doses de résidus de pesticides acceptables dans les tomates de consommation courante se tournerait-il spontanément vers l'Inra ou 60 millions de consommateurs.
Ainsi également, à la toute fin du siècle dernier, procéda le député Bernard Accoyer, alors dans l'opposition, lorsqu'il entreprit de préparer un amendement dont l'objectif était de combler le « vide juridique » entourant l'activité de « psychothérapeute » : Bernard Accoyer se tourna alors tout naturellement vers l'Association française... de psychiatrie. Quelle association pouvait-elle en effet être plus qualifiée à ses yeux pour être de bon conseil sur le thème de l'amendement ?
L'association donna son accord pour organiser une réunion qui prit la forme d'un colloque qui tenu à l'Assemblée Nationale, le 23 mars 2000. L'un des buts de ce colloque consistait, en parfait accord avec l'objectif de l'amendement, à « se préoccuper de l’usage, trop souvent dévoyé, du titre de psychothérapeute »[1].
Ce colloque comportait quinze intervenants, deux « présidents de séances », (un pour la première partie, un autre pour la seconde) représentant respectivement l'Ordre des médecins et la Direction générale de la santé, qui n'eurent qu'un rôle honorifique de « caution morale », et treize intervenants effectifs.
Ces treize intervenants pourtant censés représenter les divers courants de la psychiatrie française, puisqu'ils avaient été choisis par l'Association française de psychiatrie pour éclairer les choix futurs des élus de la Nation, étaient en fait... TOUS psychanalystes [2] !!!
Sans commentaires... [3]
[1] début d'un très long processus qui accoucha, dix ans plus tard (!), d'une souris, suite à d'invraisemblables manœuvres de psychanalystes de toutes obédiences... On pourra trouver un résumé de ces manœuvres dans cet article du Pr. Freixa i Baqué : Le pouvoir (pas le moins du monde occulte) des psychanalystes.

[2] avec internet, les vérifications sont désormais plus simples ; quelques clics suffisent (attention : certains sont aujourd'hui décédés) : Roger Misès, Dominique Clerc-Maugendre, Christian Vasseur (voir bas de page), Jean Cournut, Patrick Guyomard, René Roussillon, Marilia Aisenstein, Jean-Louis Baldacci, Catherine Chabert, Jacques Hochmann, Bernard Jolivet (voir p. 4), Jean-Jacques Kress (voir p. 2, « vendredi 26 mars »).

Daniel Widlöcher est plus connu : je laisse au lecteur le soin de vérifier sa qualité de psychanalyste.

[3] cet épisode peut être une occasion de mettre en garde les décideurs qui cherchent à s'informer sur des questions « psy » ; ils ne savent pas toujours qu'en s'adressant à des « spécialistes » hexagonaux, ils ont ainsi de très fortes chances de tomber sur des personnes aux connaissances que l'on qualifiera pudiquement d'obsolètes : voir la récente mésaventure du député Vallini...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant