JEAN-LOUIS RACCA
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 nov. 2014

JEAN-LOUIS RACCA
Abonné·e de Mediapart

Quand Sigmund fraude, Elisabeth Roudine escroque ?

JEAN-LOUIS RACCA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est bien l'impression que l'on peut avoir, en tous cas, après la remise du prix décembre 2014 (le prix littéraire le mieux doté de France, avec ses 30 000 euros attribués au vainqueur).

Car au milieu du concert de louanges qui a suivi, on peut tout de même relever quelques notes discordantes et argumentées.

Le lecteur pourra ainsi consulter au moins ces deux liens, dont je tire deux exemples édifiants.
- dans celui-ci, Michel Onfray commente ainsi certaines ratiocinations de la récipiendaire (sur la relation entretenue par Freud avec sa belle sœur) :
« Précisons que je me moque bien que Freud ait couché avec sa belle sœur et délaissé sa femme ! Mais il en va d’un point de doctrine, car Freud nous dit qu’il a renoncé à la sexualité très tôt, ce qui lui aurait permis de détourner une libido sans emploi sur une œuvre socialement acceptable : la création de la psychanalyse. Cette théorie devient la sublimation (transformation de la libido en œuvre socialement acceptable) et elle a contaminé toute la critique esthétique du XX° siècle. Elle fait encore des ravages aujourd’hui. Or Freud a bien renoncé à la sexualité très tôt, certes, mais avec sa femme, pas avec la sœur de sa femme… »
 

 - dans le second lien, recension très fouillée de Jacques Van Rillaer, il n'est pas impossible que, lorsqu'il lira le paragraphe 5 (sur le cas Liebmann en particulier), le lecteur éprouve cette « détresse lamentable des honnêtes gens face aux gens culottés » dont parlait Karl Kraus.

Comment qualifier en effet autrement le comportement d'un auteur qui se présente comme le découvreur de cas qu'elle a selon toute vraisemblance recopiés dans l'ouvrage de Borch-Jacobsen (qui, lui, avait réellement « découvert » et reconstitué la biographie de plusieurs patients de Freud). Mais le jury du prix décembre avait sans doute mieux à faire que de lire cet ouvrage.
D'où ce conseil « méthodologique » qu'on peut donner aux candidats au prix décembre :
1. suggérer qu'un auteur est antisémite (ou que, si ce n'est lui, c'est donc son frère : voir ici, p. 4)
2. piquez-lui ses travaux
3. attribuez-vous ses découvertes

C'est facile. Et ça peut rapporter gros !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT