Boulevard et caniveau...

Et bien moi je vais vous dire. Même un Jean-Louis Murat poussé aux confins de son registre outrancier (où je le suis bien volontiers dans la plupart de ses interventions, voir ci-joint) est en deçà du symptôme affligeant que révèle le parachutage au premier plan de ce magazine pourri qu'est Closer et du tsunami de commentaires qui a suivi dans le reste des médias. Cette non affaire révèle en effet l'état de décomposition avancée de notre démocratie du même nom et du débat d'idées qui l'anime ( débit dadais serait plus ajusté). Que les médias déménagent leur salle de rédaction dans la salle d'attente de leur dentiste tant qu'ils y sont!! Qu'ils s'abonnent au flux rss de toute la presse belle-mère pour rendre compte de l'actu !!! Et que l'on continue de se vautrer dans le fin fond de l'actualité de surface qui réjouit tant les places financières. Quant à toi Président je t'en veux, non pas d'aller voir ailleurs (comment une seule femme pourrait nous faire oublier toutes les autres?) mais pour t'être fait chopper comme un vulgaire quidam retenu au bureau par une réunion imprévue. Le pantalon sur les chevilles, une petite culotte en dentelle sur la calvitie. Hiiiiyyaaaaa! Désormais j'ai bien peur que c'est cet épisode que les gens retiendront en dépit de ce tu as fait ou fera. Une double peine à méditer... Un épisode intitulé "le caniveau du boulevard". Un peu comme l'autre, Félix, mort à l'Elysée dans les bras de sa maîtresse. Le bon point c'est que tu peux vraiment prétendre au sacre de la normalité liée à ta fonction eu égard aux centaines d'actrices qui ont précédé cette demoiselle Gayet dans la couche de tes prédécesseurs. Mais toi tu t'es fait prendre de ton vivant. Et de la pire des façons. C'est quoi la prochaine étape? Une aventure avec une rédactrice en chef de la presse pipol désormais hissée au rang de leader d'opinion dans le landerneau politique?          

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.