Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mai 2021

Etats-Unis: une année de la vie au travail des salarié·e·s d’un supermarché

Les Etats-Unis disent qu’ils respectent les travailleurs et travailleuses de première ligne. Ces employés de la chaîne de supermarchés Safeway – qui comptent quelque 2000 points de vente dans l’ouest et le centre des Etats-Unis ainsi que dans l’ouest du Canada – racontent une histoire différente.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Alencontre E

Par Hamilton Nolan

Tekele Abraha ne court pas de marathon, mais elle porte des chaussures Hoka. Ce choix de chaussures à semelles épaisses pour les coureurs d’élite peut coûter plus de 150 dollars la paire, soit presque le salaire d’une journée pour Tekele Abraha, qui les porte pour amortir les longues heures qu’elle passe sur des sols en béton, six jours par semaine. Elle espère que ces chaussures lui éviteront les douleurs articulaires et dorsales qui affligent bon nombre de ses collègues. Tekele Abraha travaille dans un magasin d’alimentation de Safeway. Les chaussures sont l’une des nombreuses conséquences invisibles de son travail.

Nous parlons dans une salle de repos souterraine et sans air du magasin Safeway 1048 à Arlington, en Virginie, une banlieue typique et prospère de Washington, D.C. Le magasin surbaissé est partiellement encastré à côté d’un parking souterrain sur la rue principale du quartier de Rosslyn, rempli d’immeubles de bureaux rutilants et de tours d’appartements qui ressemblent à des immeubles de bureaux. Le personnel du magasin est aussi diversifié que le quartier Embassy Row, juste de l’autre côté du fleuve Potomac: Noirs et blancs, Européens de l’Est, Africains de l’Est.

Tekele Abraha, 42 ans, mère célibataire de deux enfants, a grandi dans la pauvreté en Éthiopie avec sa mère et ses quatre frères, sans pouvoir se payer trois repas par jour. Elle est arrivée aux États-Unis à 17 ans, sans connaître l’anglais, et a travaillé dans trois fast-foods. Parfois, elle dormait dans un McDonald’s pour gagner du temps. Finalement, elle a réussi à rassembler 15 000 dollars, ce qui lui a permis d’acheter à sa mère une maison de six pièces en Éthiopie, dont elle est fière.

Au cours des 18 dernières années, Tekele Abraha a travaillé à Safeway. Six jours par semaine, jusque tard dans la nuit, elle aide à gérer la devanture du magasin. Son assiduité n’a d’égal que le prix qu’elle a dû payer pendant la pandémie. De peur de ramener le coronavirus à la maison, elle n’a pas embrassé ses deux enfants scolarisés depuis mars 2020, même s’ils vivent avec elle. «Chaque fois que je rentrais chez moi, j’étais en insécurité», dit-elle. «Je me disais: “Je vais prendre quelque chose avec moi. Je vais tomber malade. Je vais perdre mes enfants.”» Les larmes lui montent aux yeux lorsqu’elle contemple l’année écoulée. Mais elle n’est pas du genre à se plaindre. «Je n’ai pas le choix», dit-elle. «C’est la vie. Je dois payer les factures.»

Travail quotidien et covid

Pour beaucoup de gens, l’année écoulée a été une rupture brutale avec les rythmes normaux de leur vie personnelle et professionnelle. Et puis il y a les employés des magasins d’alimentation.

La vie de ces derniers a continué comme d’habitude, mais avec une dose supplémentaire de risque mortel. Ils n’ont jamais vraiment signé pour cela. Bien qu’ils soient moins célébrés que les infirmières ou les ambulanciers, ils sont des travailleurs de première ligne par excellence – ceux qui ont continué à être présents au travail pour que le reste d’entre nous puisse survivre.

Comme leurs homologues de tout le pays, les employés du Safeway 1048 ont continué à travailler pendant une année dangereuse. Leur employeur a exigé le port du masque, plus de nettoyage dans les magasins et une petite dose de prime de risque, mais leur expérience vécue leur a montré que le filet de sécurité a des trous assez grands pour qu’ils puissent tomber dedans. Cette expérience a laissé beaucoup d’entre eux amers.

Safeway n’est ni une exception en matière de sécurité, ni un mauvais employeur, unique en son genre. L’entreprise a distribué des équipements de protection individuelle et a mis en place un programme de dépistage des contacts avec une indemnité de quarantaine pouvant aller jusqu’à deux semaines. L’entreprise affirme également qu’elle a l’intention d’offrir le vaccin à tous les travailleurs dès que leur ville ou leur comté le mettra à la disposition des employés des magasins d’alimentation. Les salarié·e·s de Safeway 1048, bien qu’ils soient éligibles selon les directives de l’État, n’avaient pas reçu le vaccin au début du mois de mars. (L’entreprise a déclaré que «nos pharmacies du nord de la Virginie ont reçu l’ordre du [Département de la santé de Virginie] de ne pas vacciner les personnes âgées de moins de 65 ans»).

Un examen des politiques de certains des plus grands concurrents directs de Safeway – Walmart et Costco, ainsi que les conglomérats d’épicerie Kroger, Publix et Ahold Delhaize (Food Lion, Giant, Stop & Shop) – montre que les politiques de Safeway en matière de primes de risque, de congés maladie, de masques, de sécurité des travailleurs et de vaccinations sont tout à fait conformes à celles du secteur. On a presque l’impression que les employeurs, les clients et les régulateurs du secteur de l’alimentation se sont mis d’accord sur un ensemble de normes sans prendre la peine de demander aux travailleurs et travailleuses s’ils pensent que ces normes sont adéquates.

«Vous êtes foutu sans syndicat»

La seule chose que les travailleurs de Safeway ont pour leur défense est leur syndicat. Ils ont des droits d’ancienneté, des salaires minimums, des vacances garanties, une procédure de règlement des griefs et d’autres protections de base que leurs homologues non syndiqués n’ont pas. Safeway est syndiquée depuis au moins 1935, date à laquelle cette chaîne a signé un accord avec l’Amalgamated Meat Cutters, qui a ensuite fusionné avec la Retail Clerks International pour former l’actuelle United Food and Commercial Workers (UFCW). Aujourd’hui, plus de 6000 travailleurs de Safeway à Washington et dans les États voisins font partie de la section 400 de l’UFCW. La Virginie étant un État où le dit «droit au travail» [cette législation empêche les syndicats d’exiger des paiements des salariés non syndiqués pour les dépenses liées aux accords contractuels les concernant tous] est garanti, aucun travailleur n’est tenu de payer des cotisations syndicales; environ les trois quarts des 65 employés du Safeway 1048 sont des membres cotisants.

Leur représentant syndical de longue date est Heith Fenner, un homme affable au visage rougeaud qui parcourt le magasin en saluant tout le monde par son nom et en s’informant chaque semaine des nouveaux problèmes. Ancien employé du secteur de l’alimentation qui a occupé le poste de représentant syndical dans sept chaînes d’alimentation différentes, Heith Fenner est une véritable encyclopédie des problèmes de ce secteur.

«Safeway a une équipe réduite, dit-il. Ils sont presque à court de personnel, en particulier dans les postes clés. Lorsque vous avez une petite épidémie de [Covid-19] dans le magasin, vous êtes en sous-effectif. Pire encore, cela devient une catastrophe pour essayer de gérer le magasin lorsque vous avez quatre ou cinq personnes absentes.»

Il n’est pas difficile d’imaginer comment cet engagement de l’entreprise à réduire des coûts pourrait dissuader Safeway d’accorder une attention particulière aux mesures de sécurité, car celles-ci peuvent être coûteuses. Un congé de maladie payé pendant que les travailleurs sont en quarantaine augmentera inévitablement les coûts de main-d’œuvre. Les employé·e·s affirment qu’au cours de l’année écoulée, la direction de leur magasin s’est montrée peu soucieuse de la santé et de la sécurité des travailleurs et travailleuses, privilégiant systématiquement les profits et la réputation de la firme à la vie des travailleurs.

Anthony Sistrunk, 39 ans, originaire de Washington, qui travaille pour Safeway depuis l’âge de 17 ans, a connu une année 2020 difficile. «L’année a commencé dans la merde», se souvient Anthony Sistrunk. En janvier 2020, alors qu’il avait dû faire face à un risque de cancer, il a dû se faire enlever l’appendice. Il est retourné au travail après s’être remis, mais un jour peu après, il s’est senti si étourdi qu’il est rentré chez lui après seulement quelques heures. Il a dormi toute la journée, s’est réveillé la nuit en se sentant mal et s’est évanoui, tombant. Après un passage aux urgences, Sistrunk a appris la mauvaise nouvelle: il était le premier employé du Safeway 1048 à être testé positif au Covid-19.

Déshydraté, toussant et ayant la tête qui tourne, Anthony Sistrunk s’est rendu sur Facebook et a publié un message rapide pour que ses amis et collègues sachent qu’il a été testé positif. Il s’inquiétait surtout de la santé de ses collègues – les masques n’étaient pas encore obligatoires, même pour les employés. «Et puis», dit Anthony Sistrunk, «l’enfer s’est déchaîné.»

Peu de temps après sa publication sur les médias sociaux, dit-il, il a reçu un appel du service des ressources humaines de Safeway, qui lui demandait sèchement s’il «parlait mal» du supermarché. «J’étais offensé», dit Anthony Sistrunk. J’avais l’impression que Safeway essayait d’empêcher toute forme de mauvaise presse. Ils ne voulaient pas de tapage médiatique.»

Sistrunk était si malade qu’il n’est pas retourné au travail pendant sept semaines. Il a eu des troubles du goût et de l’odorat et a eu des difficultés à respirer. «Le pire, c’était la fatigue», dit-il. «J’avais l’impression que quelqu’un m’avait arraché mon âme.»

Heith Fenner l’a appelé tous les deux jours pour prendre des nouvelles. Anthony Sistrunk a bénéficié d’un congé maladie payé – deux tiers de son salaire moyen – dans le cadre du régime d’assurance maladie de son syndicat. «Dieu nous en préserve de n’être pas syndiqués», dit Sistrunk avec le ton de quelqu’un qui revient sur un désastre évité de justesse. «Vous êtes foutu, sans syndicat.»

Lorsque Anthony Sistrunk a commencé dans l’entreprise il y a 22 ans, il dit que cela ressemblait à un emploi excellent et très apprécié. Il a dû écrire une lettre de motivation lors de sa candidature pour expliquer pourquoi il voulait travailler ici. Il y avait des sorties pour les employé·e·s: des repas d’été, des parties de bowling, des festins de crabe. Mais tout cela s’est estompé au fil des années et, selon Anthony Sistrunk, la direction s’est concentrée de plus en plus sur les bénéfices. Il a l’air nostalgique quand il repense à ces années-là. Il n’y a plus ce lien familial», dit-il.

La direction néglige les risques concrets au travail

Safeway est l’une des 20 chaînes de supermarchés détenues par Albertsons Companies, dont le plus gros investisseur est la société de capital-investissement Cerberus Capital Management, qui doit son nom au chien à trois têtes de la mythologie grecque qui garde les portes de l’enfer pour s’assurer que personne n’en sort. Selon Andrew Whelan, porte-parole d’Albertsons, «lorsque nous apprenons qu’un associé a un cas confirmé de Covid-19, notre équipe de réponse à la crise mène une enquête sur les contacts étroits et peut recommander que d’autres membres de l’équipe du magasin se mettent en quarantaine.» L’entreprise offre jusqu’à 80 heures de «rémunération de quarantaine» pour ceux qui répondent à ses normes. Andrew Whelan affirme que le magasin est «doté d’un personnel adéquat».

Safeway utilise la définition de «contact étroit» fournie par les Centers for Disease Control and Prevention, à savoir 15 minutes ou plus à moins de 1,80 m d’une personne infectée par jour. C’est un critère extrêmement élevé dans un magasin où tout le monde se déplace. Par conséquent, les employés et le syndicat affirment que la direction du Safeway 1048 dit rarement à un travailleur de se mettre en quarantaine.

J’ai pu voir de mes propres yeux cette dynamique en action. Lorsque je suis allé au magasin pour parler avec les travailleurs et travailleuses, presque tout le monde discutait du fait qu’un employé de la section des fruits coupés avait été testé positif. J’ai vu l’endroit où l’on coupe les fruits: un coin sans fenêtre avec des tables en acier à l’arrière, près de la salle de repos, où plusieurs personnes travaillent en même temps. Si je travaillais dans une telle proximité avec une personne positive au covid, je serais certainement inquiet.

Selon Heith Fenner, après que la direction a été alertée de la situation par le syndicat, elle a «nettoyé et désinfecté» le magasin, mais n’a pas ordonné de quarantaine ni averti les employé·e·s du test positif. Andrew Whelan conteste ces propos, affirmant qu’un employé a été mis en quarantaine en raison d’un «contact étroit». Whelan affirme également que la société informe le personnel lorsqu’un employé est testé positif, mais les travailleurs disent qu’ils l’apprennent généralement par le bouche-à-oreille ou par le syndicat.

Il y a aussi le problème des clients qui font leurs courses sans masque. Tous les employé·e·s avec lesquels j’ai parlé ont cité cette minorité persistante de clients comme une menace pour leur santé, en particulier parce que les travailleurs ne sont pas habilités à faire quoi que ce soit pour remédier à la situation, sauf à offrir un masque aux clients.

«J’ai été traitée de «garce» tellement de fois pour avoir demandé aux clients de porter un masque, dit Tekele Abraha. «J’aimerais que l’entreprise prenne la chose au sérieux.»

Le magasin Safeway n’a pas d’agent de sécurité, ce qui signifie que les travailleurs réguliers et les superviseurs deviennent de facto des agents de sécurité et des contrôleurs de masque. Appeler la police ne semble pas être une option. «Le temps que vous appeliez les flics», dit Sistrunk, les clients sans masque «sont déjà partis».

Andrew Whelan reconnaît que si le magasin dispose de panneaux indiquant aux clients de porter des masques, «si un client refuse de porter un masque et de quitter le magasin, nous lui permettons de poursuivre ses achats afin d’éviter les conflits qui mettraient en danger le directeur du magasin ou d’autres employés et clients».

Jason Winbush, un commis d’alimentation barbu de 44 ans qui travaille à Safeway depuis 28 ans, a une femme et cinq enfants à la maison. L’incapacité de la direction à alerter directement les employés en cas de tests positifs ou à trouver un moyen de faire porter des masques aux clients l’a convaincu que l’entreprise ne prend «pas du tout» au sérieux la sécurité de ses travailleurs. Jason Winbush a même utilisé certains de ses jours de vacances pour ne pas se rendre dans le magasin, tant la situation des masques l’inquiétait.

«Ça commence à être trop», dit Winbush. «C’est stressant. Très stressant. C’est écrit sur le mur: L’argent est plus important que vos employés. Et ce n’est pas bien, parce que vous ne savez pas si nous avons des prédispositions, si mes enfants en ont.»

Stuart Allison, un homme avec un agréable accent du Sud et les mains énormes d’un boxeur poids lourd, coupe de la viande à Safeway 1048 depuis 25 ans. C’est moins de la moitié du temps qu’il a travaillé pour la chaîne Safeway, où il a commencé comme découpeur de viande en 1968. (Après plus d’un demi-siècle dans l’entreprise, Allison gagne 24 dollars de l’heure.) Il a 79 ans, travaille six tournus de huit heures par semaine, fait régulièrement de l’exercice et semble parfaitement capable de lutter contre un homme deux fois plus jeune que lui.

Stuart Allison se souvient avoir vu des gens mourir lors d’une épidémie de grippe dans les années 1940, et ces expériences ont fait de lui une personne remarquablement calme. Même si Allison a contracté un léger cas de covid au cours de l’été 2020, il n’a jamais laissé les événements de l’année écoulée le plonger dans la panique. «Les choses arrivent comme ça, elles ne me perturbent pas», dit-il. «Peu importe ce que c’est, je le prends simplement. Je suppose que je suis plus un penseur positif qu’un penseur négatif. Ce n’est pas la première fois que je suis en présence d’un virus.»

Mais même Allison, qui est un modèle d’équanimité et qui a peu de craintes pour sa propre santé, s’inquiète de ce qu’il considère comme une attitude laxiste de la direction à l’égard des clients qui font leurs courses sans masque en pleine pandémie. Ils disaient: «Vous devez accueillir les gens qui ne portent pas de masque», dit Allison. «Je pense que la direction suit ce que ses supérieurs lui disent. Mais cela ne fonctionne pas, à mon avis… J’ai dit à tous les contrôleurs: «S’ils entrent sans masque, ne les accueillez pas.»

Le stress lié à la santé des travailleurs a atteint un point culminant dans les jours qui ont entouré le rassemblement de Trump du 6 janvier 2021 et la prise d’assaut du Capitole. De nombreux partisans de l’ancien président Donald Trump, venus à Washington pour l’événement, ont séjourné dans les hôtels qui parsèment les pâtés de maisons autour du Safeway de Rosslyn. Beaucoup d’entre eux sont entrés dans le magasin avec un mépris agressif pour la sécurité.

«Nous avons vécu des moments très difficiles cette semaine-là», déclare Michele Miler, 61 ans, responsable de l’entretien et déléguée syndicale de Safeway 1048 depuis 25 ans. «Ils arrivaient sans aucun masque.»

En fait, les employés avec lesquels j’ai parlé se souviennent de la semaine du 6 janvier comme d’une semaine où ils ont été livrés à eux-mêmes. Alors que la folie politique a envahi leur lieu de travail, certains travailleurs disent qu’ils ont refusé de servir les partisans de Trump sans masque. L’une d’entre elles dit qu’elle s’est contentée de discuter avec les sans-masque et d’endurer des insultes; la plupart disent qu’ils étaient constamment mal à l’aise et déçus que Safeway n’ait rien fait pour les protéger.

Anthony Sistrunk dit que lorsqu’il a demandé à un manager d’intervenir, la réponse a été que l’entreprise ne voulait pas de mauvaise presse à une époque où tout le monde a un téléphone portable. Tekele Abraha dit que certains des partisans de Trump ont ignoré sa demande de porter un masque; l’un d’eux lui a même tendu son masque usagé et a exigé qu’elle le jette pour lui. «Si j’appelle la police, je ne sais pas ce qui va se passer, à cause de la politique», dit Abraha. «Et si je perds mon emploi?… C’est fou.»

De bonnes affaires et l’échec de l’UFCW

La pandémie a été bonne pour les affaires des supermarchés d’alimentation. Tout le monde se souvient des rayons vides au printemps 2020, alors que les gens faisaient des provisions, juste au cas où. Albertsons a vu ses ventes augmenter de 47% en mars 2020. En décembre, les ventes sur douze mois étaient encore supérieures de 12%. Toutes ces ventes ont été rendues possibles par le fait que des milliers de travailleurs et travailleuses de l’alimentation, comme celles et ceux de Safeway 1048, ont continué à venir travailler, mettant leur propre santé en danger pour que les magasins puissent vendre de la nourriture.

Qu’ont obtenu ces travailleurs en retour? Chez Safeway, ils ont reçu une prime de risque de 2 dollars du 15 mars au 13 juin 2020, ainsi que deux primes uniques totalisant environ 350 dollars pour les employés à temps plein (moins pour les employés à temps partiel, soit la grande majorité des travailleurs). En d’autres termes, la prime de risque a pris fin lorsque le pays enregistrait environ 22 000 nouveaux cas quotidiens de coronavirus. Même lorsque le nombre de cas est passé à 300 000 par jour en janvier 2021, soit une augmentation de 1264% du risque, la prime de risque n’est jamais revenue.

Andrew Whelan, le porte-parole d’Albertsons, a justifié cet écart en déclarant: «Nous n’offrons pas actuellement de prime de mérite, car les entreprises, grandes et petites, à travers nos zones d’exploitation, ont rouvert et repris leurs activités.»

Cet argument relève du tour de passe-passe – jusqu’à l’utilisation de l’expression «prime de mérite» plutôt que prime de risque. D’abord, les gouvernements des États ont ignoré les risques pour la santé publique et ont réduit les restrictions commerciales (ce qui a alimenté les poussées de covid et augmenté le nombre de dangers pour les travailleurs). Ensuite, les firmes se sont servies de ces politiques comme d’une excuse pour ne pas prendre davantage de mesures ou offrir aux travailleurs une meilleure compensation. Grâce à de mauvaises politiques de santé publique, les entreprises ont fait disparaître leurs propres obligations.

L’hypocrisie flagrante qui consiste à louer les travailleurs et travailleuses de première ligne comme des héros tout en leur refusant le paiement de leur travail héroïque est un exemple classique de la cupidité des firmes et de la primauté des actionnaires sur le travail.

Et le fait que si peu de travailleurs du secteur de l’alimentation soient sortis de 2020 avec des augmentations à long terme est un exemple classique de travailleurs syndiqués qui ne peuvent mettre en valeur leur pouvoir de négociation. Ce moment marque certainement l’échec national de la direction de l’UFCW, le plus grand syndicat de l’alimentation et du commerce de détail du pays, qui n’a pas été en mesure d’obtenir de véritables gains durables pour ses membres, alors même que l’estime du public pour les travailleurs de l’alimentation montait en flèche.

Tous les salarié·e·s de Safeway avec lesquels j’ai parlé pensent qu’au minimum, l’augmentation de 2 dollars de la prime de risque aurait dû devenir permanente. Ils souhaitent que tout le monde porte un masque. Ils aimeraient ne pas avoir à se fier au bouche-à-oreille pour apprendre que quelqu’un au travail a le covid.

Ils vivent dans la crainte de rendre leur famille malade. Ils se lèvent à 4 heures du matin, travaillent six jours par semaine et discutent sous divers angles des nombreuses façons dont ce travail a détruit leur corps.

Ils font tout ce travail pendant des décennies pour, s’ils ont de la chance, un salaire horaire de 20 dollars. S’ils s’étaient arrêtés – si les magasins d’alimentation avaient été fermés – il y aurait eu la panique. Mais ils ont travaillé. Nous avons mangé.

Du point de vue des travailleurs travailleuses eux-mêmes, l’année 2020 a été une année où ils ont dû avaler insultes sur insultes. Lorsque j’ai demandé à Marilyn Williams, qui travaille au Safeway 1048 depuis huit ans, ce qu’elle pensait de la disparition rapide de la prime de risque, elle a marqué une longue pause, puis a répondu: «Ha. Ha. C’est ma réaction. Ha. Ha.» (Article publié sur le site In These Times, publication sociale-démocrate, le 26 mars 2021; traduction rédaction A l’Encontre)

Hamilton Nolan est le responsable des reportages sur les conditions de travail pour In These Times. Les photographies sont de Farrah Skeiky.

En complément tous les jours la rubrique Amérique du Nord  de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart