Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10598 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2021

La riposte s’organise à la SAM Decazeville

« Pour nous déloger, il faudra qu’ils emploient la force ! » a déclaré David Gisteau, secrétaire de l’UD Aveyron CGT et militant historique de la SAM. Sur une route nationale proche de l’usine, du métal a été déposé par les fondeurs et, dès le week-end, des barricades ont commencé à être montées tout autour de l’usine.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Crédit Photo UD CGT

Source:Correspondant.e.s L’Anticapitaliste

Les salariéEs de la SAM à Decazeville ont décidé vendredi 26 novembre en assemblée générale, à l’unanimité, de poursuivre l’occupation de l’usine, de durcir le mouvement et de ne pas respecter la décision de justice. « Pour nous déloger, il faudra qu’ils emploient la force ! » a déclaré David Gisteau, secrétaire de l’UD Aveyron CGT et militant historique de la SAM. Sur une route nationale proche de l’usine, du métal a été déposé par les fondeurs et, dès le week-end, des barricades ont commencé à être montées tout autour de l’usine.

Le tribunal de commerce de Toulouse a décidé de la cessation immédiate des activités de la SAM à la date du 10 décembre. Cette décision veut condamner une usine et 350 emplois.

Renault et le gouvernement massacrent l’emploi

Renault veut en finir avec la SAM. Alors que l’activité était garantie par les commandes actées jusqu’en mars 2022, le tribunal de commerce de Toulouse n’a fourni aucun nouveau délai. Mais cette décision n’est pas acceptée dans l’usine et le bassin industriel de Decazeville. Il s’agit de refuser toute légitimité à cette instance patronale qui n’a de tribunal que le nom et qui est au seul service des pires licencieurs.

Renault, en refusant tout projet de reprise, est bien sûr responsable. Le gouvernement a couvert et laisse faire le forfait. Ils ont menti pendant des mois alors que leur décision était prise. La volonté de Renault de liquider toutes les fonderies qu’il détient ou dont il est donneur d’ordre s’inscrit dans une politique délibérée : achever dès maintenant la fin de production de voitures thermiques en France pour ne plus y fabriquer que des voitures électriques alors qu’aujourd’hui elles représentent moins de 10 % des voitures vendues. Tout le reste a vocation à être fabriqué ailleurs. Cette restructuration est d’abord fondée sur des critères de profit. Et tant pis pour des fonderies comme celle de Viviez, en capacité de fabriquer des pièces aussi pour les motorisations électriques.

C’est tout ce système fait de complicités camouflées qu’il faut mettre à bas.

On lâche rien

La lutte n’est pas finie à la SAM. Les épreuves qui jalonnent le parcours de lutte depuis plusieurs mois témoignent d’une arrogance patronale qui ose s’amplifier à chaque étape. Le collectif de travail et de lutte de la SAM a réussi à se maintenir. Dans les semaines qui viennent, Renault et le gouvernement vont tenter de le mettre à mal en essayant de le diviser

Oui, emplois et activités peuvent et doivent être maintenues dans ce bassin. Mais le marché capitaliste est incapable de trouver des solutions durables garantissant emplois et activités. À chaque fois la course au repreneur est trop souvent un leurre. C’est bien vers la socialisation des activités sous le contrôle de ceux et celles qui produisent qu’il faudrait aller pour garantir emplois et activités satisfaisant les besoins de la majorité.

Le 1er décembre, un rassemblement régional de l’Occitanie était prévu devant la SAM. Ce rassemblement est devenu celui, ouvert à tous les syndicats et forces militantes, de toutes et tous.

Le verrou est politique. Notre colère doit ouvrir la voie à la lutte tous ensemble nécessaire pour faire céder ce gouvernement complice.

En complément tous les jours la rubrique Social de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra