Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 avr. 2021

Inde: tentative d'assassinat d'un des principaux leaders du soulèvement paysan

Aussitôt les paysans ont bloqué le périphérique de Delhi et la principale voie d'accès à la capitale et de nombreuses routes dans le pays. Les dirigeants paysans ont annoncé qu'ils ne laisseraient pas faire et intensifieraient leur riposte. Depuis quelques jours, le BJP perd peu à peu le contrôle de la situation au profit des paysans.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Jacques Chastaing

Cet après-midi du 2 avril, des miliciens fascistes au service du BJP (parti au pouvoir) ont tenté d'assassiner par tir de balles et jets de pierres, le leader paysan Rakesh Tikait, alors qu'il revenait d'un meeting qu'il avait tenu au Rajasthan.

Aussitôt les paysans ont bloqué le périphérique de Delhi et la principale voie d'accès à la capitale et de nombreuses routes dans le pays.

Les dirigeants paysans ont annoncé qu'ils ne laisseraient pas faire et intensifieraient leur riposte.

Depuis quelques jours, le BJP perd peu à peu le contrôle de la situation au profit des paysans et ça se voit.

Les paysans marquent en effet de plus en plus de points de jour en jour que ce soit en extension géographique de la contestation ou en entraînement dans la lutte de couches de la population toujours plus diversifiées. Face à cette lente mais progressive montée en influence que le pouvoir n'arrive pas à enrayer, il semble impuissant et en est réduit à multiplier les provocations, en même temps qu'il multiplie les gestes d'intensification de la répression.

Ainsi dans l'Etat de l'Haryana que le BJP dirige mais où il perd de plus en plus le contrôle de l'Etat, avec hier un premier ministre empêché d'atterrir avec son hélicoptère dans son Etat et empêché de rentrer dans sa propre maison par les piquets paysans, le gouvernement de l'Haryana a sorti une nouvelle loi qui permet de prendre leurs propriétés aux personnes ayant participé à des manifestations illégales, ce qui a mis encore un peu plus en colère les paysans.

Avant-hier, face à ces provocations du BJP, les leaders paysans avaient averti le gouvernement que s'il voulait la guerre, ça ne leur faisait pas peur, qu'il l'aurait et qu'ils allaient bloquer le Parlement de manière illimitée.

Cette attaque de Rakesh Tikait intervient donc au surlendemain du jour où les dirigeants paysans ont appelé l'ensemble de la population à les rejoindre pour le blocage illimité du Parlement début mai : une manière peut-être de dire aux paysans et à leurs soutiens que s'ils viennent à Delhi, voilà ce qui les attend, bien pire encore que les provocations auxquelles les milices fascistes du pouvoir s'étaient déjà livrées le 26 janvier lors de la première entrée des paysans dans Delhi.

Quoi qu'il en soit, on assiste à une situation où le gouvernement est de plus en plus sur la défensive, semble impuissant face à une situation qu'il sent lui échapper de manière inéluctable, et panique en se lançant dans une violence qui ne pourra qu'unifier un peu plus la population indienne contre lui et mûrir sa détermination globale.

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77