Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: le soulèvement paysan appelle a la révolution totale le 5 juin

Le mouvement paysan a donné une suite à la journée noire du 26 mai, entraînant derrière lui, syndicats, partis et d'autres organisations, couvrant l'Inde de drapeaux noirs. Ce sera le 5 juin. Ils l'on baptisée journée des sit-in de la révolution totale.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Le 26 mai, le mouvement paysan a pris l'initiative d'une journée noire, entraînant derrière lui, syndicats, partis et d'autres organisations, couvrant l'Inde de drapeaux noirs, des logements aux voitures, des entreprises aux écoles, pour montrer le désaveu large et profond du gouvernement Modi par l'ensemble de la population en passant ainsi par dessus les problèmes sanitaires que le covid pose aujourd'hui dans les rassemblements de masse.

Le mouvement paysan a donné une suite à cette journée, le 5 juin. Ils l'on baptisée journée des sit-in de la révolution totale.

Ce jour-là, les paysans appellent les indiens à bannir socialement les dirigeants du BJP (parti de Modi) et ses alliés partout dans le pays. Ils veulent empêcher tous les responsables des partis du gouvernement ou associés à avoir une quelconque activité sociale ou politique ce jour-là, que ce soit une inauguration, un meeting, une commémoration, une conférence de presse, un déplacement... quoi que ce soit.

Le mouvement paysan pratique déjà ce bannissement social depuis plusieurs mois dans deux États où il est particulièrement implanté, au Pendjab ou en Haryana. Ce qui amène parfois des dirigeants du BJP ou ses alliés à ne pas pouvoir sortir de chez eux, bloqués par des manifestants qui font le siège de leurs logements jusqu'à ne pas pouvoir marier des responsables ou militants BJP parce que les familles le refusent. Cette fois-ci, les paysans appellent à faire de même sur l'ensemble du pays, c'est-à-dire, à empêcher quasiment le gouvernement à fonctionner, un premier pas avant la mise à la porte.

La formule de "révolution totale", outre son sens direct de dégager Modi et le système capitaliste qu'il défend, fait référence à un très gros mouvement social en 1973-1974 contre Indira Gandhi, alors à la tête du pays, qui avait conduit à la "dégager" avant que celle-ci, pour échapper à sa destitution, ne se lance dans un coup d’État en 1975 et ne suspende toutes les libertés publiques.

Voilà donc ce qu'il y a dans la tête des uns et des autres et ce qui va être dit le 5 juin sous la formule de "sit-in de la révolution totale", pas tout à fait la révolution mais sa préparation. Le renversement du pouvoir par la rue et en même temps le risque d'un coup d'Etat par Modi.

Sauf que le gouvernement n'a jamais été aussi chancelant qu'aujourd'hui avec une autorité qui fond de jour en jour, et où sa gestion catastrophique du covid, pas de préparation, pas assez de tests, sous-déclaration des morts, pas de lits, de service médical, pas d'oxygène, gestion lamentable des vaccins qui donne le sentiment qu'il n'y a plus de gouvernement, cristallise toutes les révoltes contre sa destruction du secteur public, des protections sociales et des libertés qui restaient.

L'image de Modi en homme fort s'effondre au fur et à mesure des coups de boutoir du mouvement paysan qui ne cesse pas depuis 6 mois et se renforce même encore ces derniers jours malgré le covid où des colonnes et des colonnes de paysans arrivent tous les jours à Delhi et occupent à des centaines de milliers ces campements de la révolution aux portes de la capitale que sont Singhu, Tikri, Ghazipur et d'autres. C'est encore sa magistrale défaite électorale au Bengale occidental, au Tamil Nadu ou en Uttar Pradesh qui a dégonflé le bluff mussolinien (Modi vient d'un parti, le RSS dont le modèle est Mussolini) des prouesses et promesses électorales du Premier ministre et de son parti et qui fait que maintenant la moitié des Etats et territoires de l'Inde n'est plus sous le contrôle du BJP et ses alliés.

Un coup d'Etat est toujours possible, mais dans cette situation de faiblesse du gouvernement, cela pourrait juste transformer la lente agonie du pouvoir en chute révolutionnaire brutale.

Le 5 juin, jour des sit-in pour la révolution totale, annonce en tous cas, ce qu'ont répété plusieurs dirigeants du mouvement paysan depuis le 26 mai, il est temps que le gouvernement fasse ses valises et cette journée va en être la première étape où tout le monde pourra en mesurer la préparation.

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez