Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2021

Inde: le soulèvement paysan appelle a la révolution totale le 5 juin

Le mouvement paysan a donné une suite à la journée noire du 26 mai, entraînant derrière lui, syndicats, partis et d'autres organisations, couvrant l'Inde de drapeaux noirs. Ce sera le 5 juin. Ils l'on baptisée journée des sit-in de la révolution totale.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Le 26 mai, le mouvement paysan a pris l'initiative d'une journée noire, entraînant derrière lui, syndicats, partis et d'autres organisations, couvrant l'Inde de drapeaux noirs, des logements aux voitures, des entreprises aux écoles, pour montrer le désaveu large et profond du gouvernement Modi par l'ensemble de la population en passant ainsi par dessus les problèmes sanitaires que le covid pose aujourd'hui dans les rassemblements de masse.

Le mouvement paysan a donné une suite à cette journée, le 5 juin. Ils l'on baptisée journée des sit-in de la révolution totale.

Ce jour-là, les paysans appellent les indiens à bannir socialement les dirigeants du BJP (parti de Modi) et ses alliés partout dans le pays. Ils veulent empêcher tous les responsables des partis du gouvernement ou associés à avoir une quelconque activité sociale ou politique ce jour-là, que ce soit une inauguration, un meeting, une commémoration, une conférence de presse, un déplacement... quoi que ce soit.

Le mouvement paysan pratique déjà ce bannissement social depuis plusieurs mois dans deux États où il est particulièrement implanté, au Pendjab ou en Haryana. Ce qui amène parfois des dirigeants du BJP ou ses alliés à ne pas pouvoir sortir de chez eux, bloqués par des manifestants qui font le siège de leurs logements jusqu'à ne pas pouvoir marier des responsables ou militants BJP parce que les familles le refusent. Cette fois-ci, les paysans appellent à faire de même sur l'ensemble du pays, c'est-à-dire, à empêcher quasiment le gouvernement à fonctionner, un premier pas avant la mise à la porte.

La formule de "révolution totale", outre son sens direct de dégager Modi et le système capitaliste qu'il défend, fait référence à un très gros mouvement social en 1973-1974 contre Indira Gandhi, alors à la tête du pays, qui avait conduit à la "dégager" avant que celle-ci, pour échapper à sa destitution, ne se lance dans un coup d’État en 1975 et ne suspende toutes les libertés publiques.

Voilà donc ce qu'il y a dans la tête des uns et des autres et ce qui va être dit le 5 juin sous la formule de "sit-in de la révolution totale", pas tout à fait la révolution mais sa préparation. Le renversement du pouvoir par la rue et en même temps le risque d'un coup d'Etat par Modi.

Sauf que le gouvernement n'a jamais été aussi chancelant qu'aujourd'hui avec une autorité qui fond de jour en jour, et où sa gestion catastrophique du covid, pas de préparation, pas assez de tests, sous-déclaration des morts, pas de lits, de service médical, pas d'oxygène, gestion lamentable des vaccins qui donne le sentiment qu'il n'y a plus de gouvernement, cristallise toutes les révoltes contre sa destruction du secteur public, des protections sociales et des libertés qui restaient.

L'image de Modi en homme fort s'effondre au fur et à mesure des coups de boutoir du mouvement paysan qui ne cesse pas depuis 6 mois et se renforce même encore ces derniers jours malgré le covid où des colonnes et des colonnes de paysans arrivent tous les jours à Delhi et occupent à des centaines de milliers ces campements de la révolution aux portes de la capitale que sont Singhu, Tikri, Ghazipur et d'autres. C'est encore sa magistrale défaite électorale au Bengale occidental, au Tamil Nadu ou en Uttar Pradesh qui a dégonflé le bluff mussolinien (Modi vient d'un parti, le RSS dont le modèle est Mussolini) des prouesses et promesses électorales du Premier ministre et de son parti et qui fait que maintenant la moitié des Etats et territoires de l'Inde n'est plus sous le contrôle du BJP et ses alliés.

Un coup d'Etat est toujours possible, mais dans cette situation de faiblesse du gouvernement, cela pourrait juste transformer la lente agonie du pouvoir en chute révolutionnaire brutale.

Le 5 juin, jour des sit-in pour la révolution totale, annonce en tous cas, ce qu'ont répété plusieurs dirigeants du mouvement paysan depuis le 26 mai, il est temps que le gouvernement fasse ses valises et cette journée va en être la première étape où tout le monde pourra en mesurer la préparation.

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien