Création d’une alliance des femmes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord

Une alliance des femmes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord a été fondée lors d’une conférence à Beyrouth. Son objectif : élaborer une vision stratégique des femmes pour la construction d’une société libre, démocratique et égalitaire.

Par ROJINFO

« Grâce à l’unité des femmes, nous réaliserons une révolution démocratique », tel était le mot d’ordre de la deuxième conférence des femmes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord qui s’est tenue à Beyrouth les 30 et 31 juillet. Plus de cent déléguées de trente pays ont participé à cet événement, dont une trentaine via visioconférence. La première conférence avait eu lieu à Amed(Diyarbakir) en 2013.

La conférence a mis l’accent sur les conflits au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et leurs impacts sur les femmes : déplacements, exil, emprisonnements, meurtres et montée de la violence envers les femmes. Elle a souligné par ailleurs que les luttes des femmes sont de plus en plus visibles au sein des mouvements sociaux.

Les participantes à la conférence ont convenu de créer une alliance desfemmes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. L’objectif de cette alliance étant d’élaborer une vision stratégique des femmes pour la construction d’une société libre, démocratique et égalitaire, prenant en compte les droits humains universels. Des femmes de tous les pays sont représentées dans ce comité.

La résolution finale de la conférence souligne par ailleurs la nécessité d’intensifier la lutte contre le féminicide, toutes les formesd’occupation, la traite des êtres humains, les déplacements forcés, les changements démographiques, les assassinats politiques, l’analphabétisme, la pauvreté, le chômage, la marginalisation et l’exclusion. Cela inclut explicitement la lutte contre les mentalités patriarcales autoritaires, le fanatisme et les formes traditionnelles d’oppression.

En complément tous les jours la rubrique Féminisme de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.