Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2020

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde : l'insurrection paysanne fait tache d'huile

La 4e confederation syndicale appelle à bloquer les routes en solidarité avec les paysans. Les federations syndicales des employés de banque et d'assurance appellent à rejoindre leur lutte. Des paysans appellent à faire de l'anniversaire de l'accident de Bhopal une journee de lutte le 3/12 et a bruler les portraits de modi le 5/12 dans toutes les villes et villages du pays

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Hindustan Times -Traduction Luttes Invisibles

Protestation des agriculteurs : Les transporteurs appellent à une grève nationale de soutien et menacent d'interrompre l'approvisionnement en biens essentiels.

Le All-India Motor Transport Congress, un organisme regroupant les opérateurs de véhicules de transport de marchandises représentant environ 10 millions de camionneurs, a appelé à une grève à partir du 8 décembre pour soutenir la protestation des agriculteurs

Mercredi, un groupe de transporteurs a menacé d'interrompre la circulation de biens essentiels dans le nord de l'Inde et, par la suite, dans tout le pays si les demandes des agriculteurs qui protestent contre trois lois agricoles adoptées en septembre pour libéraliser le secteur ne sont pas satisfaites.

"A partir du 8 décembre, nous cesserons toutes nos opérations dans le nord de l'Inde et arrêterons tous nos véhicules dans les Etats du nord de l'Inde et les territoires de l'Union, notamment Delhi, Haryana, Uttar Pradesh, Punjab, Himachal et Jammu [& Cachemire]. Nous avons décidé que si le gouvernement n'accepte toujours pas les demandes des agriculteurs qui protestent, alors nous allons appeler à un Chakka Jam dans toute l'Inde et arrêter tous nos véhicules", a déclaré le président de l'AIMTC, Kultaran Singh Atwal.

Le transport routier représente environ 60 % du trafic de marchandises en Inde et 87 % du trafic de passagers, selon le ministère des transports routiers et des autoroutes de l'Union.

Les agriculteurs, en particulier ceux du Pendjab et de l'Haryana, ont protesté contre ces trois lois, affirmant qu'elles allaient nuire à leurs revenus alors même que le gouvernement maintenait qu'elles allaient les améliorer. Ils affirment que ces lois sont un précurseur du retrait de l'aide gouvernementale à l'agriculture et qu'elles remplaceront les intermédiaires existants par des sociétés plus puissantes.

Dans une déclaration, l'AIMTC a indiqué que les transporteurs apportent un soutien sans faille à l'agitation des agriculteurs. "Ils se battent pour leurs droits légitimes. Comme le secteur du transport routier en Inde, le secteur agricole est en effet l'épine dorsale et la ligne de vie de la nation... Plus de 70 % des ménages ruraux dépendent de l'agriculture. Tout le nord de l'Inde est touché et des milliers de camions transportant de la nourriture, des légumes et d'autres produits périssables et non périssables en provenance du Pendjab, de l'Haryana, de l'Himachal Pradesh, de l'Uttar Pradesh, de l'Uttarakhand, du Jammu & Cachemire sont touchés et nous les soutenons toujours car 65 % des camions transportent des produits agricoles", indique la déclaration.

"...c'est la saison des pommes, qui se gaspillent, à part cela les pommes de terre, les oignons et autres fruits et légumes ainsi que d'autres produits essentiels comme les médicaments, le lait, etc. car leur circulation est perturbée, ce qui entraîne leur pénurie à Delhi et dans d'autres États du nord. La situation va s'aggraver dans les jours à venir, à moins que le gouvernement ne prenne des mesures prudentes et pragmatiques pour répondre aux préoccupations des agriculteurs... [Les agriculteurs] mènent leur seul combat".

Les agriculteurs protestent depuis une semaine contre les lois qui permettent aux entreprises de commercialiser librement leurs produits agricoles en dehors du système de mandification contrôlé par le gouvernement. Ces lois permettent aux commerçants privés de stocker de grandes quantités de produits essentiels pour les ventes futures et établissent de nouvelles règles pour l'agriculture contractuelle. Les dirigeants agricoles affirment que ces lois les laisseront à la merci des acheteurs privés et vulnérables à l'exploitation.

Des milliers d'agriculteurs, qui défilent depuis différents États vers la capitale nationale pour protester contre ces lois, ont bloqué tous les principaux points d'entrée à New Delhi, exigeant l'abrogation des lois."

Un outil unique au service des acteurs de l’émanciapation. Cliquez sur le logo

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement