Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10591 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2020

Inde : l'insurrection paysanne fait tache d'huile

La 4e confederation syndicale appelle à bloquer les routes en solidarité avec les paysans. Les federations syndicales des employés de banque et d'assurance appellent à rejoindre leur lutte. Des paysans appellent à faire de l'anniversaire de l'accident de Bhopal une journee de lutte le 3/12 et a bruler les portraits de modi le 5/12 dans toutes les villes et villages du pays

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Hindustan Times -Traduction Luttes Invisibles

Protestation des agriculteurs : Les transporteurs appellent à une grève nationale de soutien et menacent d'interrompre l'approvisionnement en biens essentiels.

Le All-India Motor Transport Congress, un organisme regroupant les opérateurs de véhicules de transport de marchandises représentant environ 10 millions de camionneurs, a appelé à une grève à partir du 8 décembre pour soutenir la protestation des agriculteurs

Mercredi, un groupe de transporteurs a menacé d'interrompre la circulation de biens essentiels dans le nord de l'Inde et, par la suite, dans tout le pays si les demandes des agriculteurs qui protestent contre trois lois agricoles adoptées en septembre pour libéraliser le secteur ne sont pas satisfaites.

"A partir du 8 décembre, nous cesserons toutes nos opérations dans le nord de l'Inde et arrêterons tous nos véhicules dans les Etats du nord de l'Inde et les territoires de l'Union, notamment Delhi, Haryana, Uttar Pradesh, Punjab, Himachal et Jammu [& Cachemire]. Nous avons décidé que si le gouvernement n'accepte toujours pas les demandes des agriculteurs qui protestent, alors nous allons appeler à un Chakka Jam dans toute l'Inde et arrêter tous nos véhicules", a déclaré le président de l'AIMTC, Kultaran Singh Atwal.

Le transport routier représente environ 60 % du trafic de marchandises en Inde et 87 % du trafic de passagers, selon le ministère des transports routiers et des autoroutes de l'Union.

Les agriculteurs, en particulier ceux du Pendjab et de l'Haryana, ont protesté contre ces trois lois, affirmant qu'elles allaient nuire à leurs revenus alors même que le gouvernement maintenait qu'elles allaient les améliorer. Ils affirment que ces lois sont un précurseur du retrait de l'aide gouvernementale à l'agriculture et qu'elles remplaceront les intermédiaires existants par des sociétés plus puissantes.

Dans une déclaration, l'AIMTC a indiqué que les transporteurs apportent un soutien sans faille à l'agitation des agriculteurs. "Ils se battent pour leurs droits légitimes. Comme le secteur du transport routier en Inde, le secteur agricole est en effet l'épine dorsale et la ligne de vie de la nation... Plus de 70 % des ménages ruraux dépendent de l'agriculture. Tout le nord de l'Inde est touché et des milliers de camions transportant de la nourriture, des légumes et d'autres produits périssables et non périssables en provenance du Pendjab, de l'Haryana, de l'Himachal Pradesh, de l'Uttar Pradesh, de l'Uttarakhand, du Jammu & Cachemire sont touchés et nous les soutenons toujours car 65 % des camions transportent des produits agricoles", indique la déclaration.

"...c'est la saison des pommes, qui se gaspillent, à part cela les pommes de terre, les oignons et autres fruits et légumes ainsi que d'autres produits essentiels comme les médicaments, le lait, etc. car leur circulation est perturbée, ce qui entraîne leur pénurie à Delhi et dans d'autres États du nord. La situation va s'aggraver dans les jours à venir, à moins que le gouvernement ne prenne des mesures prudentes et pragmatiques pour répondre aux préoccupations des agriculteurs... [Les agriculteurs] mènent leur seul combat".

Les agriculteurs protestent depuis une semaine contre les lois qui permettent aux entreprises de commercialiser librement leurs produits agricoles en dehors du système de mandification contrôlé par le gouvernement. Ces lois permettent aux commerçants privés de stocker de grandes quantités de produits essentiels pour les ventes futures et établissent de nouvelles règles pour l'agriculture contractuelle. Les dirigeants agricoles affirment que ces lois les laisseront à la merci des acheteurs privés et vulnérables à l'exploitation.

Des milliers d'agriculteurs, qui défilent depuis différents États vers la capitale nationale pour protester contre ces lois, ont bloqué tous les principaux points d'entrée à New Delhi, exigeant l'abrogation des lois."

Un outil unique au service des acteurs de l’émanciapation. Cliquez sur le logo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes