Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: la victoire du soulèvement paysan ouvre la porte aux luttes ouvrières

Un changement général du rapport de force!

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Jacques Chastaing

Ce jeudi 2 décembre 2021, des grèves avec une forte participation contre les lois anti-ouvriers ont éclatés chez les ouvriers du bâtiment dans au moins 20 Etats du pays, l'Haryana, le Pendjab, Delhi, l'Himachal Pradesh, le Rajasthan, le Telangana, le Bengale occidental, le Jammu-et-Cachemire pour le moins, et cela pour une durée d'au moins deux jours, selon les appels syndicaux du CWFI (la plus importante fédération ouvrière du pays, dans le bâtiment avec 10 millions de membres) et peut-être plus longuement encore localement.

En Inde, le secteur du bâtiment est le deuxième employeur après le monde agricole. C'est dire l'importance que peuvent avoir des grèves dans ce secteur. De plus de nombreux paysans se sont reconvertis dans le bâtiment tandis que leurs épouses ont gardé l'exploitation agricole. Enfin beaucoup de paysans travaillent à temps partiel dans le bâtiment quand la saison le permet. C'est dire les liens étroits entre le monde paysan et le monde des ouvriers du bâtiment. Ainsi dans l'Etat du Télengana, pour ce premier jour de grève, on a compté des manifestations dans plus de 25 districts sur 31 (départements) qui vont continuer demain.

Il faut dire que la colère est grande, la pandémie et les différents confinements ont quasiment stoppé l'activité de ce secteur tandis que ses ouvriers n'avaient droit à aucune aide de l'Etat, réduisant nombre de ses ouvriers à la misère.

Mardi 30 novembre, un rassemblement gigantesque de plusieurs dizaines de milliers d'employés d'Etat avait lieu à Lucknow (capitale de l'Uttar Pradesh) , avec des enseignants des écoles publiques, des retraités, des shiksha mitras (formateurs d'enseignants), des anganwadi (aides maternelles de crèches, sociales et médicales à la campagne), des agents d'assainissement, des cuisiniers de repas de midi et de plusieurs autres catégories de travailleurs qui se rassemblaient pour de multiples revendications, contre des suppressions d'allocations, des licenciements... et surtout contre le nouveau régime de retraite qui réduirait quasiment par dix le niveau des retraites. De manière significative, le président de la Fédération des employés de l'État, Ramraj Dubey, a déclaré en s'adressant à la foule : « Si le gouvernement peut rectifier son erreur en abrogeant les trois lois agricoles litigieuses, pourquoi ne pas abolir le nouveau régime de retraite ?" Autre élément significatif de la situation créée par la lutte des paysans, c'était la première fois que les différentes catégories de fonctionnaires de l'Etat manifestaient ensemble, bien qu'ils n'aient pas tous les mêmes revendications.

Mardi 30 novembre avait lieu également à Delhi une manifestation d'employés de banques contre la privatisation des 12 banques publiques et notamment pour commencer de l'Indian Overseas Bank et de la Central Bank of India avec en même temps des manifestations dans les capitales des Etats du Maharashtra, du Gujarat, du Rajasthan, du Bengale occidental, du Jharkhand et du Bihar. Au rassemblement de Delhi, de manière aussi significative qu'à Lucknow, Vijoo Krishnan, un des représentants des paysans présents, a exhorté le gouvernement central à retirer son projet de privatisation des banques, de la même manière que les lois anti-paysans ont récemment été abrogées. Un des représentants des directions syndicales ouvrières a rappelé que les dix principales organisations syndicales ouvrières organiseraient une grève générale interprofessionnelle de deux jours intégrant la question de la privatisation, en accord avec les paysans, en début d'année prochaine, tandis que les organisations syndicales des banques annonçaient qu'elles appelaient toute la profession à deux jours de grève consécutifs les 16 et 17 décembre et à nouveau à trois jours les 30, 31 décembre et 1er janvier.

De leur côté, les employés des assurances publiques ont organisé ce 2 décembre des chaines humaines à travers tout le pays, tandis que les organisations syndicales du secteur annoncent trois jours de grève dans le pays, les 8, 15 et 21 décembre avec une montée sur Delhi pour cette dernière date afin d'exiger des augmentations de salaires, de pension, l'élargissement des pensions à d'autres secteurs, et l'annulation de la loi qui prévoit de privatiser les assurances.

Pour leur part un million d'Asha (sortes d'assistantes sociales et médicales en particulier à la campagne dans les régions pauvres) qui ont joué un rôle essentiel dans la lutte contre le covid, ont prévu une grève nationale le 23 décembre pour exiger de meilleurs salaires, un statut, plus de moyens, des embauches...

Chez les électriciens, plus d'un million et demi d'électriciens sont appelés à la grève contre la privatisation durant la session parlementaire, le jour de la discussion de cette privatisation, entre le 2 et le 15 décembre.

Les pilotes d'Air India ont prévu d'entrer en grève en ce début décembre si la direction de l'entreprise ne cédait pas à la revendications.

On recensait par ailleurs des grèves au niveau d'un Etat ou de plusieurs, chez des médecins, des journalistes, des chauffeurs de bus, des agents de santé, des enseignants....

Le retrait des trois lois noires anti-paysans a été une victoire historique pour les paysans indiens et est un encouragement à la lutte pour toutes les classes populaires du pays mais c'est aussi une victoire pour tous ceux qui se sont placés à leurs côtés dans le monde comme on a pu le voir aux USA, en Grande Bretagne ou encore au Canada... mais hélas pas en France où la presse, les directions syndicales et politiques de gauche ont passé sous silence cette lutte extraordinaire.

PHOTOS

Rassemblement d'ouvriers et ouvrières du bâtiment dans l'Himachal Pradesh ; rassemblement des employés d'Etat à Lucknow; rassemblement des employés de banque à Delhi ; rassemblement des employés d'assurance . rassemblement des ASHA

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier