Catalunya. La question nationale et l'émancipation sociale

Nous publions ici quelques extraits d'un texte très éclairant sur la question nationale, se réclamant de Marx, Engels et des bolchéviks russes, écrit par l'un des plus remarquables dirigeants de l'anticapitaliste espagnol, Andrès Nin.

2 janvier 2017 - Site NPA 34

De l'actualité de certaines archives ... 

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-01-03%2Ba%25CC%2580%2B02.08.03.png

Le marxisme et les mouvements nationalistes
(Andrés Nin, septembre 1934)

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-01-03%2Ba%25CC%2580%2B00.52.48.png

 Avertissement

Andrés Nin occupa des fonctions politiques dans le cours de la révolution russe, fut membre de la CNT anarchiste et l'un des dirigeants du POUM (Parti Ouvrier d'Unification Marxiste) dans l'Etat espagnol, une organisation révolutionnaire, située à la gauche du PCE, qui joua un rôle important pendant la guerre civile dans la lutte contre Franco. Il mourut assassiné par des agents du NKVD stalinien avec le soutien du PCE, son parti fut dissous au nom de la nécessité d'arrêter le processus révolutionnaire en cours, activateur d'une guerre populaire, au profit d'une militarisation de la lutte antifranquiste,  s'appuyant sur la bourgeoisie républicaine qu'il fallait, selon le PCE, ménager. 

Nous recommandons la lecture de l'ensemble du texte, qui accorde une grande place à la Catalogne et qu'il ne s'agit pas de fétichiser comme un texte sacré mais dont il convient de considérer comment, dans sa démarche générale, il est en contrepoint radical avec ce que certain-es prétendent qu'est "la" position marxiste sur les questions nationales. Il reste ensuite à évaluer où réside toujours son actualité malgré une situation politique et sociale, en Catalogne et dans l'Etat espagnol qui, aujourd'hui, a peuà voir avec ce qui prévalait alors.

---------------------

 […] Les mouvements nationaux jouent un rôle de premier plan dans le développement de la révolution démocratico-bourgeoise, ils entraînent dans la lutte des masses immenses et constituent un facteur révolutionnaire très puissant que le prolétariat ne peut pas ne pas prendre en compte, surtout dans des pays comme le nôtre, où cette révolution n'a pas encore eu lieu. Tourner le dos à ces mouvements, adopter une attitude d'indifférence envers eux, c'est faire le jeu du nationalisme oppresseur et réactionnaire, malgré les tentatives pour occulter une telle attitude derrière la façade de l'internationalisme. La position du prolétariat doit être, à ce propos, claire et concrète et s'articuler à l'objectif de resserrer les liens entre les ouvriers des différentes nations qui forment l'Etat et d'impulser la révolution pour qu'elle aille de l'avant. […]

Le prolétariat, par sa nature et par la mission que l'histoire lui assigne, est appelé à réaliser ce que ni la grande bourgeoisie ni la petite ne sont capables de faire : la révolution démocratico-bourgeoise. Il est le seul, par conséquent, à pouvoir résoudre radicalement le problème national. Mais, pour cela, il importe qu'il adopte une attitude claire et définie face à lui. La tradition du marxisme lui propose, en ce sens, une orientation précise.

Marx et Engels ont souligné maintes fois le rôle progressiste des mouvements d'émancipation nationale et, plus particulièrement,  l'immense importance de la lutte de la Pologne et de l'Irlande. L'indifférence envers ces mouvements représentait, à leur yeux, un appui direct au chauvinisme oppresseur qui est à la source du pouvoir de classe de la bourgeoisie de la nation dominante. (...) Marx affirmait que "la victoire du prolétariat sur la bourgeoisie est en même temps le signal de l'émancipation de toutes les nations opprimées". […]

Le mouvement national catalan, par son contenu et par la participation des masses populaires, est, à l'heure actuelle, un facteur révolutionnaire de premier ordre, qui contribue puissamment, avec le mouvement ouvrier, à contenir l'avancée victorieuse de la réaction. D'où l'on déduit clairement quelle est l'attitude que doit adopter à son endroit le prolétariat révolutionnaire :

1/ un soutien actif au mouvement d'émancipation nationale de la Catalogne, en opposition énergique à toute tentative de la réaction pour l'attaquer.

2/ Une défense du droit indiscutable de la Catalogne à disposer librement de son destin, sans que l'on exclue son droit à se séparer de l'Etat espagnol, si telle est sa volonté.

3/ La prise en considération que la proclamation de la République catalane est un acte d'une énorme importance révolutionnaire.

4/ Se saisir du drapeau de la République catalane pour déplacer de la direction du mouvement la petite bourgeoisie indécise et portée à capituler, qui prépare le terrain de la victoire de la contre-révolution; pour faire aussi avec la Catalogne émancipée du joug espagnol le premier pas vers l'Union des Républiques Socialistes Ibériques.


Traduction de l'espagnol par NPA 34.

Le texte intégral en espagnol

Pour en savoir plus sur l'assassinat d'Andrés Nin, le documentaire (en espagnol) qui a fait définitivement le point Operación Nikolai. El secuestro y asesinato de Nin (1992) M. D. Genovès

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.