Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 févr. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: appel des paysans à l'unité de la "classe des travailleurs" - J. Chastaing

Inde: la convergence ouvriers-paysans prend forme tandis que le gouvernement se retranche dans Delhi et que le pouvoir paysan continue à se structurer et prend ses premières mesures.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 La présentation du budget le 1er février par le gouvernement, qui est une attaque frontale contre les classes pauvres, les services publics, la santé, l'école, les transports et les paysans et ouvriers, a accéléré la convergence ouvriers-paysans. Les fonctionnaires et employés de banque avaient déjà appelé à la mobilisation le 1er février contre la privatisation et en soutien aux paysans, puis les électriciens qui ont appelé à la grève le 3 février avec les mêmes objectifs soutenus par les paysans qui appellent à un soutien actif à leurs côtés. La présentation du budget a été mouvementée et repoussée parce que le Parlement s'est transformé en foire d’empoigne entre les députés de la majorité et de l'opposition.

Mais c'est surtout aujourd'hui, la décision de l'union des 10 principales confédérations ouvrières qui a marqué la situation, en appelant à une journée d'action le 3 février contre le budget "anti-ouvriers et anti-paysans" - écrivent-ils - afin de préparer et lancer une vague de grève pour faire reculer le pouvoir. Décision immédiatement soutenue par les coordinations paysannes du SKN et de l'AIKSCC, qui, chose remarquable, ont appelé à l'unité des paysans et des ouvriers, la nommant, unie, "classe des travailleurs".

De leurs côtés, les coordinations paysannes tout en continuant à appeler à monter sur Delhi, à bloquer routes et autoroutes le 6 février pour exiger la libération des manifestants et journalistes emprisonnés et la fin des blocages d'internet comme des campements paysans, et à organiser des Mahapanchayats (AG populaires autour de structures municipales), ont aussi appelé à commencer à mettre en application à partir du 3 février les décisions prises en Mahapanchayats de mettre au ban de la société, là où ils ont de l'influence, les militants de la milice fasciste RSS et les représentants du BJP (le parti au pouvoir), depuis une simple cérémonie de mariage, le fonctionnement de l'école, ou la santé... jusqu'à des choses plus importantes.

Ainsi, dans l'Etat de l'Haryana, les paysans ont interdit l'entrée dans un district (équivalent d'un département) à son député qui est au MLA (un parti allié au BJP mais qui est en train de rompre avec le BJP sous la pression) parce que les paysans avaient vu des militants du MLA mêlés à ceux du BJP et aux policiers lors des provocations du Fort Rouge. Bref le soulèvement paysan a décidé de faire la loi y compris en s'en donnant les moyens physiques par des "comités de défense" dans chaque village... Par ailleurs, tous les péages autoroutiers de l'Haryana sont occupés par des paysans qui les ont "libéré" tant que de son côté le gouvernement de l'Haryana ne libérera pas internet qu'il a bloqué.

PHOTOS

Assemble Générale à Landhri dans l'Haryana à un péage autoroutier "libéré" comme tous les péages autoroutiers de l'Etat de l'Haryana tant que l'Etat continuera à couper internet ; affiche appelant les salariés de l'électricité à la grève le 3 février contre la privatisation et en solidarité avec les paysans : meeting de solidarité avec les paysans à Burdwan, Bengale Occidental ; meeting de solidarité avec les paysans à Arambagh Bengale Occidental . le type de barrage en acier, béton, clous enfoncés dans le bitume, barbelés et souvent des tranchées à même la route, qu'installent les flics autour des campements paysans à Delhi ; meeting de tous les partis à Chandigahr dans le Pendjab en solidarité avec les paysans ; Mahapanchayat (AG autour de structures municipales) de plusieurs dizaines de milliers de personnes à Meena Seemla dans l'Etat du Rajasthan avec aux côtés des paysans, des étudiants, des ouvriers, des fonctionnaires et très remarqués de nombreux officiers de police à la retraite. L'assemblée a décidé d'une manifestation générale dans l'Etat le 5 février suivi d'une marche vers Delhi le 7 février et indiqué qu'ils proposaient nationalement le blocage du Parlement en en faisant le siège ; Mahapanchayat (AG autour de structures municipales) à Kurukshetra dans l'Haryana tandis qu'un Mahapanchayat géant se tiendra demain dans un stade de foot à Kandela (103 000 places sans compter l'espace sur la pelouse) dans l'Haryana avec des paysans aussi du Maharashtra, du Karnataka et de l'Uttar Pradesh

faisant le siège ; Mahapanchayat (AG autour de structures municipales) à Kurukshetra dans l'Haryana tandis qu'un Mahapanchayat géant se tiendra demain dans un stade de foot à Kandela (103 000 places sans compter l'espace sur la pelouse) dans l'Haryana avec des paysans aussi du Maharashtra, du Karnataka et de l'Uttar Pradesh

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes