Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10573 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 févr. 2021

Inde: le mouvement menace d'une marche de 4 millions de tracteurs -J. Chastaing

Le soulèvement paysan menace le gouvernement : "si vous ne révoquez pas les lois paysannes, la jeunesse vous révoquera ", au besoin avec une grande marche de 4 millions de tracteurs.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au Mahapanchayat (structure municipale de plusieurs villages [ici, une cinquantaine] sous contrôle d'AG populaire) dans le village de Kundela, dans l'Haryana, devant largement plus de 100 000 personnes, les dirigeants paysans en situation de force ont directement menacé le gouvernement de le faire tomber s'il ne cédait pas à leurs revendications en évoquant l'organisation d'une marche nationale de 4 millions de tracteurs pour cela.

Ils ont également renforcé leurs appels aux paysans à construire leur propre pouvoir en multipliant les Mahapanchayats dans tout le pays pour élargir territorialement leur autorité contre celle du pouvoir. Ils ont donc demandé aux paysans de commencer dans les zones qu'ils contrôlent à bannir de toute vie sociale à partir du 3 février les militants du RSS (milice fasciste au service du pouvoir dont est issu Modi le 1er ministre) et à refuser la présence des représentants du BJP (parti au pouvoir) dans la vie sociale de leurs zones "libérées". Ainsi, des banderoles ont commencé à fleurir aux entrées des villages indiquant qu'ils étaient interdits aux représentants du BJP.

Par ailleurs le 3 février a vu une large participation à la grève des électriciens soutenue par les paysans avec 2,7 millions de grévistes tandis que dans des milliers d'entreprises, des travailleurs brûlaient les textes des lois agricoles et ouvrières répondant ainsi à l'appel à une première journée d'action (pas de grève) des principales confédérations syndicales contre le budget du gouvernement et contre les lois agricoles et ouvrières, initiant un début de convergence à grande échelle entre paysans et ouvriers, villes et campagnes.

Le gouvernement, lâché par une partie de ses alliés en est réduit à couper internet et construire des fortifications autour de Delhi contre l'ennemi intérieur paysan, sauf que le 3 février, c'était dans New Delhi même, dans le quartier des ministères qu'avait lieu la première manifestation contre son budget qui en annonce certainement beaucoup d'autres. Encerclé de partout, lâché par ses amis, le gouvernement a perdu l'initiative et regarde, impuissant, la vague populaire monter et son pouvoir se déliter.

PHOTOS

Les péages autoroutiers de l'Etat de l'Haryana sont toujours occupés donnant lieu à des meetings de masse tant que le gouvernement BJP de l'Haryana n'aura pas libéré internet ; Mahapanchayat (structure municipale sous contre contrôle d'AG populaire) à Dabra Tehsil dans l'Etat du Madhya Pradesh ; Mahapanchayat géant à Kundela dans l'Haryana avec la participation d'une cinquantaine de regroupements communaux dans le fief de la communauté des Jats dont bien des dirigeants avaient jusque là soutenu le BJP au travers du parti JJP. Le lâchage du BJP par ses alliés signifie la fin de son pouvoir dans l'Haryana ; Manifestation ouvriers/paysans à Kulu dans le cadre de la journée d'action de l'intersyndicale ouvrière et en soutien aux paysans dans l'Himachal Pradesh ; des employées des crèches rurales amènent de l'eau en manifestation aux paysans du campement de Singhu aux portes de Delhi parce que les autorités ont coupé l'approvisionnement en eau ; à l'appel de 10 confédérations syndicales pour dénoncer le nouveau budget de l'Etat anti-ouvrier et anti-paysan, les salariés des entreprises ont brûlé les lois ouvrières et paysannes dans de nombreuses entreprises du pays, 500 par exemple dans le Maharashtra, en préparation d'une vague de grèves ; manifestation à New Delhi contre le projet de budget du gouvernement ; manifestation contre le budget dans l'Andhra Pradesh ; barricades policières autour de Delhi contre les paysans ; 2,7 millions d'électriciens soutenus par les paysans ont fait grève le 3 février contre la privatisation avec des taux de participation à la grève suivant les Etats allant de 50 à 100% avec par endroit la grève qui continue au delà de la journée prévue.

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille