Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mars 2019

Djamila Bouhired au cœur du soulèvement: «J’ai l’impression de revivre la Révolution»

«Je veux marcher avec mon peuple pour notre dignité», lance l’icône de la Révolution dans une formidable communion entre la génération de Novembre 1954 et les fils de l’indépendance. En marchant derrière celle qui été condamnée à mort pendant la Bataille d’Alger, le peuple renoue avec l’esprit d’indépendance et remet le fleuve détourné dans son cours naturel.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

02 MARS 2019 - HACEN OUALI- El Watan

Historique. Un tsunami populaire. Une deuxième révolution.  «J’ai l’impression de revivre la Révolution», lâche avec une forte émotion Djamila Bouhired, l’héroïne de la guerre d’indépendance, lorsqu’elle entame la descente du boulevard Didouche Mourad pour conduire la marche vers la place Maurice Audin. Elle est accoudée au bras du célèbre avocat Mokrane Aït Larbi et entourée de milliers de personnes – dont la plupart sont jeunes – qui lui ouvrent le grand boulevard pour  prendre la tête de la manifestation sous les cris «Non au 5e mandat.

Système dégage» et «Nous sommes les enfants de Djamila Bouhired» et «la Révolution est avec nous». Des slogans scandés à gorge déployée mais surtout avec la fierté de manifester aux côtés de l’historique Djamila. «Je veux marcher avec mon peuple pour notre dignité», réplique-t-elle dans une formidable communion entre la génération de Novembre 1954 et les fils de l’indépendance. Les Algériens retrouvent le fil de l’histoire. Un fil coupé depuis la mise en place du régime autoritaire au lendemain de l’indépendance. En marchant derrière celle qui été condamnée à mort pendant la Bataille d’Alger, le peuple renoue avec l’esprit d’indépendance et remet le fleuve détourné dans son cours naturel.  Malgré la fatigue et le risque de débordement, Djamila Bouhired refuse de quitter la manifestation.

«Je veux rester avec mon peuple, ce peuple digne», insiste-t-elle. Les manifestants ne veulent pas non plus voir partir leur héroïne nationale comme pour faire écho au célèbre slogan de Larbi Ben M’hidi : «Jetez la Révolution dans la rue et le peuple va l’étreindre.» Avant de partir, elle a confié un message aux manifestants : «Ne rien lâcher jusqu’à la victoire finale. C’est une seconde indépendance qui est en marche.» Alger vient de vivre une séquence inédite, l’Algérie a retrouvé son élan révolutionnaire. «Extraordinaire. La plus importante depuis l’indépendance.

La soif de liberté s’est massivement et pacifiquement exprimée. Les conséquences seraient terribles, si les décideurs, civils et militaires, venaient à faire semblant de n’avoir rien vu ni entendu. A trop vouloir maintenir le statu quo contre vents et marées, ils auront la chute et la vengeance populaire. L’irresponsabilité ne peut indéfiniment être à sens unique», envoie Djamel Zenati à parti de Béjaia, ville aussi en insurrection comme toutes les autres wilayas et régions du pays.

C’est justement la grande question après cette insurrection pacifique et nationale qu’a connue l’Algérie dans ce deuxième vendredi de colère. C’est toute l’Algérie dans toutes ses composantes sociales et générationnelles qui se dresse contre l’absurde 5e mandat, mais surtout qui rejette fortement le système politique. Depuis l’annonce de la candidature de Abdelaziz Bouteflika pour un autre quinquennat, alors qu’il est lourdement handicapé et qu’il n’arrive pas à terminer son quatrième, les Algériens se sont soulevés avec force pour s’y opposer. Reçu comme une suprême humiliation, mais contrairement à ce que s’attendaient les partisans de la «continuité», c’est-à-dire à la résignation, l’annonce a agi comme une onde de choc dans l’esprit national.

Brusquement, dans tout le pays jusqu’à ses contrées lointaines, un vent de colère a soufflé et a vite pris la forme d’une révolte générale. Il s’installe alors un climat pré-révolutionnaire.  Le rejet du 5e mandat se massifie, se radicalise et soulève tout le pays dans une détermination inébranlable. Difficile de voir les millions d’Algériens rentrer chez eux. Le pouvoir politique est plus que jamais sommé de prendre des décisions fortes à la hauteur de l’aspiration algérienne. Le bon sens politique, l’urgence nationale, le moment historique exigent des réponses.

Le pays est dans une course contre la montre. Le temps presse. Il faut agir maintenant.  Maintenir la candidature de Abdelaziz Bouteflika alors que tout le pays s’y oppose, c’est faire courir le risque d’une confrontation violente, qu’aucun Algérien ne souhaite. Dans tout le pays, les manifestants insistent fermement sur le caractère pacifique. Partout, ils appellent à la non-violence et  ils l’ont exprimé fortement hier en scandant «l’Algérie n’est pas la Syrie».  Aux décideurs de mesurer avec sérieux ce qui se joue dans ces journées historiques. Faire rater au pays cette nouvelle chance de rentrer dans la grande histoire, c’est le condamner à la disparition. Les Algériens qui remplissent inlassablement les boulevards nationaux, c’est pour défendre la dignité algérienne.

Ils n’acceptent plus le statut inférieur dans lequel est enfermé un pays aussi riche et aussi dynamique. C’est plus qu’un rêve. C’est un puissant et irrépressible désir de liberté, de démocratie et de progrès qui s’exprime.  Il appartient à ceux qui détiennent la décision politique de rendre la parole au peuple souverain. Inutile de ruser, de manœuvrer et de jouer sur l’usure.  Retirer la candidature du patient de Genève, c’est le minimum à faire. Il est historiquement nécessaire d’engager le pays sur la voie d’un changement démocratique. Le système en place n’est non seulement à bout de souffle, mais honni. Désormais il appartient au passé. Il faut d’urgence décréter sa fin.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON