Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mars 2020

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Le 8 mars tombe pendant la réforme qui n’aime pas les femmes… et réciproquement

Le Premier ministre Édouard Philippe déclarait en décembre dernier devant le Conseil économique et social que “les femmes seront les grandes gagnantes” de la réforme des retraites. Le mensonge était suffisamment énorme pour emporter immédiatement un succès retentissant.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

2 mars 2020 par aplutsoc

Le Premier ministre Édouard Philippe déclarait en décembre dernier devant le Conseil économique et social que “les femmes seront les grandes gagnantes” de la réforme des retraites.

Le mensonge était suffisamment énorme pour emporter immédiatement un succès retentissant.

« Les grandes gagnantes » comme se surnomment désormais ses victimes les plus sévèrement frappées et les plus mobilisées mettent largement en avant l’exigence du retrait de sa réforme des retraites pour appeler à manifester le 8 mars 2020 avec toutes celles et ceux qui, partout dans le monde, se dressent contre le capitalisme, contre le patriarcat, pour les droits des femmes et leur émancipation.

En France, le 8 mars 2020 ne sera ni un temps fort, ni une journée saute-mouton, ni la commémoration du 110e anniversaire. C’est un moment décisif de notre lutte. Par centaines de milliers nous avons manifesté le 23 novembre contre les féminicides et pour dire stop aux violences faites aux femmes.

Par centaines de milliers nous manifestons depuis le 5 décembre contre la réforme des retraites. Les femmes savent qu’à ce moment où le rapport de force peut basculer, leur mobilisation joue un rôle essentiel.

Le 8 mars peut être un tremplin pour la montée en masse unitaire à Paris contre Macron, la grève des femmes peut être un moment de la grève générale qui emportera la réforme et cette violence instituée contre les femmes.

« Grandes gagnantes », le mensonge était trop énorme pour tenir longtemps : à trois jours de l’ouverture de l’examen du projet de loi, les ministres de Macron revoyaient à la hâte leur texte en matière de droits familiaux et conjugaux afin que « ces nouveaux droits puissent réellement profiter aux femmes » ainsi que Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès de l’ex-ministre Agnès Buzyn, le disait naïvement pour rectifier le tir.

Mais le sexisme du projet est plus criant encore que les éléments de langage des ministres.

Avec la réforme Macron de retraite à points, les femmes prendraient de plein fouet les mesures les plus discriminatoires :

  • les 2 annuités de cotisation par enfant (et un an dans le public) dont bénéficient les mères seraient supprimées ;

  • la pension de réversion, dont les bénéficiaires sont à 90 % des femmes, ne serait plus accessible en cas de divorce qu’à hauteur de 55% proratisée à la durée du mariage, rapportée à la durée de cotisation et mise sous condition de ressource, comme l’a annoncé Laurent Pietraszewski .

  • la prise en compte de toute la carrière au lieu des 25 meilleures années (et des 6 derniers mois dans le public) ne permettrait plus de neutraliser les périodes de temps partiels, ou d’interruption pour s’occuper des proches ;

  • 400 000 femmes fonctionnaires (aides-soignantes, infirmières, sages-femmes…) perdraient la « catégorie active » et la reconnaissance de la pénibilité. Alors qu’elles peuvent partir à compter de 57 ans aujourd’hui, elles devraient attendre 64 ans ;

  • il faudrait travailler toujours plus longtemps, ce qui est particulièrement défavorable aux femmes qui sont déjà aujourd’hui 40 % à partir avec une carrière incomplète.

Le 8 mars, les femmes dénonceront la répression des manifestations et des luttes, seul domaine où Macron et son gouvernement savent créer l’égalité devant la matraque, le LBD et la gazeuse.

Le 8 mars, les femmes combattront la violence sexiste des réformes de Macron et de son gouvernement, la violence de leur 49-3.

Le 8 mars, les femmes manifesteront pour une société débarrassée des oppressions et des violences que produisent le patriarcat et le capitalisme.

Le 8 mars 2020, la force des femmes peut changer la donne et engager le mouvement pour une montée en masse à Paris, pour chasser Macron et sa réforme.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar