Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10567 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2021

Inde: le grand vainqueur des élections est le soulèvement paysan -J. Chastaing

Son symbole est Akhil Gogoï, leader paysan élu député bien qu'il soit en prison !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le soulèvement paysan n'a pas présenté de candidats... sauf un, Akhil Gogoi, un leader paysan de l'Etat d'Assam qui s'est présenté tout seul, depuis sa prison.

Et il a gagné, bien qu'il soit en prison, bien que son parti tout nouveau n'ait pas été légalisé, bien qu'il n'ait pas eu d'aides comme les grands partis, sauf du soulèvement paysan et surtout du mouvement de luttes anti CAA, Shaheen Bagh.

Shaheen Bagh est un mouvement contre les haines, les divisions, les discriminations religieuses, ethniques, de castes, de sexes... qu'il a animé en Assam et qui s'est déroulé dans toute l'Inde de décembre 2019 à mars 2020. Ce mouvement qui défiait Modi a été cassé par celui-ci l'an passé en s'appuyant sur les peurs du covid et c'est à cette occasion qu'il a mis en prison Akhil Gogoi. Le mouvement Shaheen Bagh a été d'une certaine manière le précurseur du soulèvement paysan qui a pris sa suite en juin 2020 et en plus de ses revendications propres a repris à son compte toutes ses revendications contre les divisions communautaristes.

Au delà de l'immense courage qu'il a fallu à Akhil pour se présenter aux élections depuis sa prison dans un Etat dirigé par le BJP, son élection montre que c'est bien le soulèvement paysan qui a gagné les élections.

C'est le soulèvement paysan qui a fait que le BJP a perdu au Bengale occidental et ainsi reçu une claque nationale magistrale. C'est le soulèvement paysan qui a stoppé l'élan de ce parti de haine, lui qui avait tout investi dans ces élections.

Mais il n'y a pas pas que le BJP qui a été battu.

Le second parti à avoir perdu dans ces élections est l'autre grand parti qui se partage la direction du pays avec le BJP depuis des années, le parti du Congrès. Il a perdu à Puducherry, il a perdu en Assam, il a fortement baissé au Bengale occidental allié au PCI(M), il a perdu au Kerala...

C'est-à-dire qu'il n'y a pas eu dans ces élections un vote d'alternance traditionnelle : une fois le BJP, une fois le Congrès pour globalement que rien ne change. L'élection surprise de Akhil montre dans quel sens penche l'opinion et le vote populaire. C'est un vote contre toutes les divisions, les haines communautaristes sur lesquelles vivent surtout le BJP mais aussi le Congrès pour le plus grand profit des exploiteurs capitalistes. C'est clairement un vote pour le soulèvement paysan qui porte ces valeurs haut et fort depuis 5 mois dans la rue. Ce qui dénote d'un tournant mondial qui se confirme depuis déjà l'élection de Biden où les électeurs n'ont pas tant voté pour lui mais pour le soulèvement qui marqué les USA durant 4 mois autour de Black Live Matters.

En Inde, faute de candidats paysans, les électeurs ont voté pour les partis locaux qu'ils avaient à disposition, mais quand ils avaient un candidat paysan, Akhil, ils ont voté très démonstrativement pour lui et cela vaut une démonstration nationale.

Cela d'autant qu'en Assam, la situation n'est pas facile. Les tensions religieuses et ethniques attisées par le BJP sont très présentes avec des morts et le risque que 2 millions d'indiens y perdent leur nationalité indienne, mais avec aussi un mouvement Shaheen Bagh et paysan important que le Congrès, parti d'opposition, n'a pas su représenter dans ces élections malgré toute la force et les moyens de ce parti.

Les électeurs ont bien compris que le BJP (mais aussi le Congrès) ne lutte pas contre le covid mais contre les paysans et les ouvriers et l'ont dit, c'est le début de l'expression d'une conscience ces classes populaires importante pour l'avenir.

Aujourd'hui, des familles et des malades du covid dans un état très grave du village de Soram dans l'Uttar Pradeh, se sont installés devant la maison d'un député du BJP, Umesh Malik, et l'ont bloquée, parce qu'ils n'avaient pas d'oxygène, obligeant le député pour rentrer ou sortir de chez lui à trouver des solutions, tandis que le 1er ministre BJP du gouvernement d'Uttar Pradesh fait traquer sur internet avec menace de leur prendre leurs biens, tous ceux qui sur les réseaux sociaux tentent de décrire la situation.

Avec cette détermination du peuple indien, la conscience qu'on voit naître dans ces élections et l'intelligence et le courage du soulèvement paysan, l'Inde pourrait bien ébranler le monde d'ici peu.

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro