Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: le grand vainqueur des élections est le soulèvement paysan -J. Chastaing

Son symbole est Akhil Gogoï, leader paysan élu député bien qu'il soit en prison !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le soulèvement paysan n'a pas présenté de candidats... sauf un, Akhil Gogoi, un leader paysan de l'Etat d'Assam qui s'est présenté tout seul, depuis sa prison.

Et il a gagné, bien qu'il soit en prison, bien que son parti tout nouveau n'ait pas été légalisé, bien qu'il n'ait pas eu d'aides comme les grands partis, sauf du soulèvement paysan et surtout du mouvement de luttes anti CAA, Shaheen Bagh.

Shaheen Bagh est un mouvement contre les haines, les divisions, les discriminations religieuses, ethniques, de castes, de sexes... qu'il a animé en Assam et qui s'est déroulé dans toute l'Inde de décembre 2019 à mars 2020. Ce mouvement qui défiait Modi a été cassé par celui-ci l'an passé en s'appuyant sur les peurs du covid et c'est à cette occasion qu'il a mis en prison Akhil Gogoi. Le mouvement Shaheen Bagh a été d'une certaine manière le précurseur du soulèvement paysan qui a pris sa suite en juin 2020 et en plus de ses revendications propres a repris à son compte toutes ses revendications contre les divisions communautaristes.

Au delà de l'immense courage qu'il a fallu à Akhil pour se présenter aux élections depuis sa prison dans un Etat dirigé par le BJP, son élection montre que c'est bien le soulèvement paysan qui a gagné les élections.

C'est le soulèvement paysan qui a fait que le BJP a perdu au Bengale occidental et ainsi reçu une claque nationale magistrale. C'est le soulèvement paysan qui a stoppé l'élan de ce parti de haine, lui qui avait tout investi dans ces élections.

Mais il n'y a pas pas que le BJP qui a été battu.

Le second parti à avoir perdu dans ces élections est l'autre grand parti qui se partage la direction du pays avec le BJP depuis des années, le parti du Congrès. Il a perdu à Puducherry, il a perdu en Assam, il a fortement baissé au Bengale occidental allié au PCI(M), il a perdu au Kerala...

C'est-à-dire qu'il n'y a pas eu dans ces élections un vote d'alternance traditionnelle : une fois le BJP, une fois le Congrès pour globalement que rien ne change. L'élection surprise de Akhil montre dans quel sens penche l'opinion et le vote populaire. C'est un vote contre toutes les divisions, les haines communautaristes sur lesquelles vivent surtout le BJP mais aussi le Congrès pour le plus grand profit des exploiteurs capitalistes. C'est clairement un vote pour le soulèvement paysan qui porte ces valeurs haut et fort depuis 5 mois dans la rue. Ce qui dénote d'un tournant mondial qui se confirme depuis déjà l'élection de Biden où les électeurs n'ont pas tant voté pour lui mais pour le soulèvement qui marqué les USA durant 4 mois autour de Black Live Matters.

En Inde, faute de candidats paysans, les électeurs ont voté pour les partis locaux qu'ils avaient à disposition, mais quand ils avaient un candidat paysan, Akhil, ils ont voté très démonstrativement pour lui et cela vaut une démonstration nationale.

Cela d'autant qu'en Assam, la situation n'est pas facile. Les tensions religieuses et ethniques attisées par le BJP sont très présentes avec des morts et le risque que 2 millions d'indiens y perdent leur nationalité indienne, mais avec aussi un mouvement Shaheen Bagh et paysan important que le Congrès, parti d'opposition, n'a pas su représenter dans ces élections malgré toute la force et les moyens de ce parti.

Les électeurs ont bien compris que le BJP (mais aussi le Congrès) ne lutte pas contre le covid mais contre les paysans et les ouvriers et l'ont dit, c'est le début de l'expression d'une conscience ces classes populaires importante pour l'avenir.

Aujourd'hui, des familles et des malades du covid dans un état très grave du village de Soram dans l'Uttar Pradeh, se sont installés devant la maison d'un député du BJP, Umesh Malik, et l'ont bloquée, parce qu'ils n'avaient pas d'oxygène, obligeant le député pour rentrer ou sortir de chez lui à trouver des solutions, tandis que le 1er ministre BJP du gouvernement d'Uttar Pradesh fait traquer sur internet avec menace de leur prendre leurs biens, tous ceux qui sur les réseaux sociaux tentent de décrire la situation.

Avec cette détermination du peuple indien, la conscience qu'on voit naître dans ces élections et l'intelligence et le courage du soulèvement paysan, l'Inde pourrait bien ébranler le monde d'ici peu.

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart