Mohammed Harbi: révolution algérienne, FLN et gauche française -Mémoires filmées

Mohammed Harbi, dirigeant de la gauche du FLN, a consacré sa vie à la lutte pour l'indépendance puis contre la dictature militaire qui dure encore. Convaincu que toute évolution démocratique exige que l'histoire ne soit plus instrumentalisée par les pouvoirs, il présente, en 23 entretiens, ici le n°5, son analyse de la guerre de libération et de la situation politique contemporaine.

ENTRETIEN N° 5: LES RELATIONS AVEC LA GAUCHE FRANÇAISE © Algérie Mémoire Histoire Archives Mohammed Harbi

Le sommaire de tous les entretiens, et les liens avec chacune des 23 vidéos, est téléchargeable sur https://www.syllepse.net/syllepse_ima...

LE FLN ET LA GAUCHE FRANÇAISE

M. Harbi est au FLN le principal interlocuteur de la gauche. Les contacts avec les socialistes (A. Savary, G. Belorgey). Les rapports avec le PCF : difficiles avec la section coloniale ; mettre le PCF devant ses contradictions. Le « PCF et la révolution algérienne », texte de M. Harbi dans la revue 4e Internationale. Attaques violentes contre le PCF dans El Moudjahid (Fanon, Abbane), que F. Jeanson et H. Cuénat trouvent malvenues. Les rapports avec France-Observateur (Bourdet, Martinet), avec la gauche chrétienne (Mandouze, Barrat) et les compagnons de route du PCF (Vercors, Pierre Cot).

LA GAUCHE FACE AU CONFLIT FLN-MNA

Une gauche divisée face à l’affrontement fratricide. Une gauche qui soutient la révolution mais est critique à l’égard des attentats contre le MNA (D. Guérin, Y. Dechezelles, P. Stibbe). Le soutien de la tendance trotskiste lambertiste au MNA. Le rôle de la gauche européenne dans l’arrêt des attentats anti-MNA.

L’EXTRÊME GAUCHE ET LA RÉVOLUTION ALGÉRIENNE

Les positions de soutien critique (Socialisme ou Barbarie, anarchistes). La 4e Internationale (Pablo) dans le soutien concret (réseaux, fonds, liens avec la social-démocratie européenne, internationalisation des contacts…) dont le FLN tire un profit politique manifeste. Attitude des partis et personnalités françaises face au conflit FLN-MNA. Les lambertistes, très influents aux USA, soutiennent Messali. La tendance Daniel Guérin des anarchistes, également. Les centralistes sont assez puissants dans les organes de direction du FLN jusqu’à fin 1957-1958. Ils sont éliminés avec A. Ramdane en août 1957.

DÉBUTS D’INTERNATIONALISATION DE LA QUESTION ALGÉRIENNE

À Bandoung, les Algériens sont soutenus par Nasser. Nehru est opposé à leur présence officielle. Leur délégation est intégrée à celles des pays nord-africains. L’écho favorable de révolution algérienne aux États-Unis (Kennedy).

IDÉOLOGIE

Arabo-islamisme, anticommunisme, les fondamentaux de la grande masse et des messalistes. Un sentiment majoritairement islamo-nationaliste et primat de l’efficacité immédiate en guise de stratégie. Un fort sentiment anticommuniste (UGEMA). La faiblesse du courant marxiste et radical et son élimination de la direction de la Fédération de France. « La réflexion sur la lutte de longue durée, les rapports politique-lutte armée, c’est nous (les marxistes) qui les posions »,

SYNDICALISME ALGÉRIEN UGTA, UGSA, USTA. Le maintien des ouvriers algériens dans la CGT ; contacts avec H. Krasucki et A. Tollet. Création de l’Amicale des Algériens en France.

L’ORGANISATION FLN EN FRANCE

Le FLN, une organisation massive, non pyramidale, peu sensible à la répression policière ; pas un parti mais un mouvement social avec possibilité d’initiatives autonomes. L’action de la police est efficace contre les réseaux d’aide français, moins contre le FLN. L’arrestation de la direction de la Fédération de France en février 1957 et ses conséquences : le communiqué de la direction et l’initiative autonome de M.Harbi.

En complément tous les jours la rubrique Maghreb de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.