Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juin 2017

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Anne Hidalgo et la Licra dans la foulée de la fachosphère

Se faisant le relais de la fachosphère, la Licra et la maire de Paris, Anne Hidalgo, ont fustigé un festival afroféministe qui réserve certains moments aux femmes noires. Sur la foi d’informations fausses et en totale méconnaissance du principe de la non-mixité.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Source: Regards

Certains, qui n’ont jamais eu besoin de lutter pour leur émancipation et pour l’égalité, ont trouvé un nouveau passe-temps : chercher quel événement organisé par et pour les personnes racisées ils vont pouvoir attaquer. L’été dernier, le camp décolonial de Reims avait donné des haut-le-cœur aux antiracistes spécialistes ès "racisme anti-blancs" (camp qui, au demeurant, avait réuni 170 personnes). Cette année, c’est donc au tour du collectif Mwasi d’en faire les frais. En cause : l’organisation du "Nyansapo Fest", un "festival afroféministe", à Paris du 28 au 30 juillet.

Anne Hidalgo dans la foulée de la fachosphère

Concrètement, ce festival se décompose en quatre espaces : un premier réservé aux femmes noires, un deuxième aux personnes noires, un troisième aux femmes racisées et un dernier ouvert à tout le monde, comme il est clairement indiqué sur la brochure du programme.

Le 26 mai, sur le forum de jeuxvideo.com, la fachosphère organise la fronde pour dénoncer cet événement. Et les dominos tombent. Fdesouche et le FN d’abord. Puis la Licra s’en fait l’écho, osant sur Twitter un « Rosa Parks doit se retourner dans sa tombe ». Enfin viennent Ni putes ni soumises, SOS Racisme, la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), Raphael Enthoven, Joann Sfar, etc.

Mais c’est surtout la vive réaction d’Anne Hidalgo, en sa qualité de maire de Paris, qui a le plus surpris. Via Twitter, elle « condamne avec fermeté l’organisation à Paris de cet événement "interdit aux blancs" », en « demande l’interdiction », annonce « saisir le Préfet de police en ce sens »et se « réserve également la possibilité de poursuivre les initiateurs de ce festival pour discrimination ».

Et voilà comment les « 80% du festival », soit la place laissée à « l’espace non mixte femmes noires » deviennent officiellement un « festival interdit aux blancs ». Une fois de plus, la non-mixité fait scandale. À Nuit debout, des réunions sont réservées aux femmes : scandale. Le camp décolonial : scandale. Et ce sont toujours des membres de groupes majoritairement masculins, blancs et influents qui protestent.

La non-mixité aux origines des mouvements d’émancipation

Des luttes pour les droits civiques des Noirs américains à celles des femmes françaises en passant par celles des LGBT, la non-mixité a toujours été un passage obligatoire, le début de quelque chose de plus grand avant l’offensive, l’ouverture. Christine Delphy en définissait parfaitement la « nécessité politique », l’année dernière sur le site Les mots sont importants : « Dans les groupes dominés-dominants, c’est la vision dominante du préjudice subi par le groupe dominé qui tend à… dominer. Les opprimés doivent non seulement diriger la lutte contre leur oppression, mais auparavant définir cette oppression elles et eux-mêmes ». La sociologue affirmait encore :

« C’est pourquoi la non-mixité voulue, la non-mixité politique, doit demeurer la pratique de base de toute lutte ; et c’est seulement ainsi que les moments mixtes de la lutte – car il y en a et il faut qu’il y en ait – ne seront pas susceptibles de déraper vers une reconduction douce de la domination. »

Les Noirs ne s’émancipent pas du Blanc en commençant par lui demander son avis (encore moins sa permission), pas plus que la femme de l’homme ou l’ouvrier du patron. Relisons ce témoignage de Monique Wittig, daté de 1979 mais publié seulement en 2008 par ProChoix (revue fondée par Caroline Fourest, entre autres), rapportant le contexte des premières réunions (non-mixtes) qui allaient donner naissance au mouvement féministe français, et à ce qu’on appellera par la suite le MLF : « Les filles de Vincennes n’arrêtaient pas de dire : "On ne peut pas faire ça, il faut prendre le terrain comme il est. Nous avons affaire à un ensemble de femmes et d’hommes, il faut partir de là". Finalement personne n’a lâché, on a beaucoup discuté, et on a fait quelque chose de très bien ». Et la romancière militante de préciser :

« C’est-à-dire : on invite tout le monde à venir, à une certaine occasion qui reste à définir, et après, on prend un amphi, on explique la situation à tout le monde, et on demande aux hommes de partir. "Nous ne commencerons la réunion que quand les hommes seront partis". C’était une gageure, mais c’est ce qu’on avait décidé de faire. »

Rétropédalage dans la semoule

On pourrait ici souligner les indénombrables lieux officiels (ou officieux) de non-mixité, genrée ou raciale, qui perdurent en France, mais il serait trop long d’explorer les méandres du CAC 40, du Parlement, du Conseil de Paris ou encore de l’organigramme de la Licra. Sans parler des clubs qui ont pignon sur rue : le Siècle, le Jockey, l’Interallié, le Travellers, le Polo ou l’Automobile Club de France, etc. Mais il est aussi des lieux très respectables, comme la Maison des femmes de Paris, "association féministe non mixte et laïque" qui se voit soutenue et financée par la mairie de Paris. En 2017, il n’y a que l’électorat de François Fillon qui verrait-là un affront à la condition masculine. Et pourtant, c’est bien la gauche qui s’indigne.

Quand le PS cherche un bon moyen pour faire oublier ses turpitudes politiques, il n’a toujours rien trouvé de mieux que d’agiter le drapeau de la République en chantant « Égalité ! Laïcité ! ». Des mots plus que des valeurs, puisque des années de pouvoir ont prouvé son peu d’enclin à occuper de ce terrain-là.

La maire socialiste de Paris s’est certes emparée de cet événement parce que le lieu principal du festival est un endroit loué par la municipalité à La Générale. Sauf que… les ateliers non-mixtes se dérouleront, eux, dans des locaux privés. Et Anne Hidalgo, réagissant au quart de tour, s’est empêtrée dans un bourbier dont elle ignorait les « subtilités », allant jusqu’à recevoir un « merci » de Fdesouche.

Dans un communiqué, La Générale rappelle que « lorsque la question de la race n’est pas évoquée, les groupes de discussion féministes "entre femmes" n’ont jamais posé de problème à grand monde. » Rétropédalage ce lundi 29 mai d’Anne Hidalgo, toujours via Twitter. La maire de la capitale assure qu’« à la suite de [s]on intervention ferme hier auprès des organisateurs, une solution claire a été établie ». Laquelle ? « Le festival organisé dans un lieu public sera ouvert à tous. Des ateliers non-mixtes se tiendront ailleurs, dans un cadre strictement privé. » Soit exactement ce qui était prévu initialement par les organisateurs. Heureusement, il n’est jamais trop tard pour méditer les paroles de Nelson Mandela : « Ce qui est fait pour nous sans nous est fait contre nous ».

@LoicLeClerc33

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac