Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10594 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2021

Inde: sous effet de la mobilisation paysanne, le BJP prend nouvelle claque électorale

D'habitude, ces élections partielles sont des non évènements, confirmant en général le succès des partis au pouvoir dans l'indifférence la plus grande. Il n'y a pas un événement en Inde qui ne soit pas marqué par le soulèvement paysan.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Dans les élections partielles qui se sont déroulées ces derniers jours dans plusieurs Etats de l'Inde, le BJP (parti au pouvoir) a pris une véritable claque électorale en particulier dans les Etats où la mobilisation paysanne est très active, l'Haryana, le Rajasthan et l'Himachal Pradesh tandis que son effondrement se confirme au Bengale Occidental réaffirmant sa défaite d'il y a quelques mois .

D'habitude, ces élections partielles sont des non évènements, confirmant en général le succès des partis au pouvoir dans l'indifférence la plus grande.

Cette fois-ci, à part dans l'Etat d'Assam, où la situation est très particulière avec une forte pression migratoire, il y a eu partout une forte participation électorale, et ça a été un véritable choc électoral national initié par la mobilisation paysanne provoquant la défaite du BJP et en conséquence ça a été ressenti comme une forte pression du mouvement populaire et un très gros avertissement pour les élections de l'an prochain dans des Etats importants notamment l'Uttar Pradesh, qui fondent le pouvoir national du BJP, où le soulèvement paysans a juré de faire tomber le parti de Modi.

Pendant ce temps, la mobilisation paysanne reste toujours d'une intensité très importante. Hier, pour ne parler que de ceux-là, les paysans bloquaient la jonction autoroutiere entre Noida (banlieue de Delhi dans l'Uttar Pradesh) et Delhi. Avant-hier les paysans de 80 villages autour de Noida bloquaient la route et tentaient d'investir la maison d'un responsable du BJP comme ils le font tous les jours depuis deux mois. A Bhiwani dans l'Haryana, les femmes paysannes ont manifesté contre le ministre de l'Agriculture et des députés BJP organisant des sit-in devant les barricades de la police qui protégeaient les dirigeants du BJP et leur ont permis d'échapper à la colère populaire. Au Pendjab aussi, les agriculteurs protestent contre les ministres des États et les dirigeants du Congrès contre la maigre indemnisation annoncée pour la récolte de coton endommagée à cause des maladies, etc, etc, etc...

Enfin en ce jour de Diwali, la fête religieuse la plus populaire en Inde qui célèbre la victoire de la lumière sur les ténèbres, le SKM (la coordination qui anime le soulèvement paysan) a demandé aux indiens d'allumer partout une bougie pour actualiser politiquement cette fête en en faisant la victoire de la lumière incarnée par le soulèvement populaire contre les ténèbres incarnées par le gouvernement Modi.

Il n'y a pas un événement en Inde qui ne soit pas marqué par le soulèvement paysan.

PHOTOS

Une des multiples réunions paysannes du jour à Kasya Tehsil district de Kushinagar, Etat de l'Uttar Pradesh ; rassemblement de paysans du coton pour obtenir des compensations aux récoltes détruites par les intempéries et les maladies dans le district d'Hisar dans l'Haryana

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette