Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 janv. 2021

Free party de Lieuron : le marronnier qui cache la forêt

Alors que le président Macron, encore malade, offrait à ses sujets des vœux surjoués à la télévision et que la campagne de vaccination patinait, les chaînes d’information en continue ont trouvé leur marronnier, tentant maladroitement de cacher la forêt du désastre sanitaire : la free party de Lieuron.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: L'Anticapitaliste

Crédit Photo DR
Ce 31 décembre, près de 2.500 personnes se sont réunies dans un hangar entre Rennes et Nantes pour fêter la nouvelle année, et surtout la fin de la précédente. Ils ont quitté les lieux le 2 janvier au matin, entre-temps, la machine politico-médiatique s’était mise en route.
Nous avons assisté, en guise de premières images de 2021, à un défilé de chroniqueurs et autres politiciens scandalisés que des jeunes rebelles («rebelles», parce que les mots « racailles » et les « voyous » sont réservés par le vocabulaire raciste aux « noirs et arabes ») de punk à chiens aient pu faire la fête le Premier de l’an. On avait déjà assisté à ce même battage en juillet pour une teuf dans la Nièvre et en août pour une teuf en Lozère. Cette fois-ci, dix ans d’emprisonnement sont encourus pour deux organisateurs présumés.

Le harcèlement policier contre les free parties

Est-il nécessaire de rappeler que les free parties sont, Covid ou non, interdites, chassées et réprimées par les pouvoirs publics depuis bien longtemps. En 2001, l’amendement Mariani s’attaquait déjà à ce mouvement, indépendant, incontrôlable et non-marchand en imposant la déclaration en préfecture et en instaurant la saisie du matériel des organisateur·rices ainsi qu’une pénalisation sévère de ces fêtes.
La mort de Steve Maia Caniço, tué par la police lors de la fête de la musique 2019, nous avait rappelé les conséquences directes d’une telle politique.
La tekno est une contre-culture, et les free parties des actes politiques. Elles disent merde au pouvoir et à ses flics, elles disent merde au marchand et à ses soirées dans lesquelles on ne rentre pas en basquettes, elles disent merde à l’ordre établi et à la fête officielle. 
La menace sanitaire est toujours bel et bien présente, le pays n’est pas passé sous la fameuse barre des 5.000 contaminations par jour, la deuxième vague n’en finit pas de se prolonger, le virus mute, en France, seulement 516 personnes ont été vaccinés (contre 950.000 au Royaume-Uni, 239.000 en Allemagne et 84.000 en Italie) et les infirmières sont plus que jamais à bout de souffle. Après le mensonge d’État sur les masques, le fiasco des tests et le confinement métro-boulot-dodo, le pouvoir continue son entreprise de culpabilisation individuelle. Selon le bien-aimé préfet de Paris, « Ceux qui sont hospitalisés [sont ceux qui] n’ont pas respecté le confinement ». Cette politique verticale descendante, appliquée à la matraque est une impasse politique, sanitaire et démocratique.

Des structures d’auto-organisation indépendantes de l’État

Le gouvernement et sa police ont choisi la méthode autoritaire, comment s’étonner alors, que les maraudes se fassent malgré eux, que les manifs se fassent contre eux et que les fêtes se fassent sans eux. Attisant la frustration de celles et ceux qui n’ont pas festoyé, la campagne politico-médiatique semble ignorer que les organisateur·rices ont organisé, planifié, réfléchi cette fête. Le choix du lieu, un grand hangar ouvert, a été pensé pour réduire les risques. Des masques et du gel gratuits étaient à disposition et les consignes de l’ARS Bretagne (Agence Régionale de Santé) ont été données : gestes barrières, se faire tester, se mettre en quarantaine à l’issue de la soirée. Techno + , une association de RDR (Réduction Des Risques) était également présente pour accompagner ces dernières de consignes spécifiques, comme ne pas partager les bouteilles (pratique courante de la convivialité en teuf) exerçant également leurs rôle habituel de prévention face à tous les risques (IST, drogues, feu, piercing...) mais aussi un lieu d’accueil et de prévention contre le sexisme, les LGBTphobies, le racisme et pour le consentement etc…
Le monde de la teuf revendique l’autogestion, c’est un milieu qui est en perpétuelle évolution. Les thématiques écologiques ont accompagné un plus grand respect de l’environnement et des lieux de fête que dans les années 2000 par exemple. Ce mouvement avance au gré des luttes et des évolutions de la société, au nez et à la barbe de la police. Il ne peut être vu indépendamment des luttes politiques actuelles, des ZAD, des Nuits debout et des récentes mobilisations contre la loi sécurité globale. Et si cette fête fait plus parler que les arrangements avec le fou du Puy, les séances dédicaces de Miss France à plusieurs milliers dans des centres commerciaux, ou les repas en non-mixité masculine du président, c’est certainement plus une histoire de pouvoir, qu’une histoire de Covid.
Nous ne le répéterons jamais assez, il faut être solidaire des personnels de santé, prendre soin de soi et du prolétariat, réduire au maximum les risques de contaminations, en finir avec cette maladie, et pour cela, il faut aussi pointer du doigt les vrais responsables.

Un outil unique au service des acteurs de l’émancipation. Cliquez sur le logo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Perquisition chez Trump : les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac