Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10589 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mai 2021

Inde: les partisans de Modi se cachent, ses soutiens milliardaires fuient en jets

La colère grandit contre l'ampleur de la catastrophe covid. Le soulèvement paysan avertit que si Modi ne cède pas immédiatement aux ouvriers et paysans, il interdira aux autorités toute participation a n'importe quel événement social ou politique, des simples mariages jusqu'aux élections. Et les marches sur Delhi reprennent.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Jacques Chastaing

Avec officiellement 5 millions de nouveaux cas en seulement 15 jours, l'épidémie de covid fait des ravages dans un pays où le système de santé publique s'est écroulé, sapé par des décennies de grignotage et achevé par Modi, où les hôpitaux manquent de tout, de lits, d'oxygène, de médicaments, de bras... et où on ne trouve même rien de tout ça dans les campagnes, ni hôpitaux, ni lits, ni oxygène, ni médicaments, où les rares pharmacies ont été dévalisées de leurs médicaments et où les gens sont abandonnés à eux-mêmes, à leur désespoir mais aussi à leur colère.

Car associée au désespoir, la colère grandit partout et les responsables du BJP se cachent, sont injoignables, invisibles tandis que les milliardaires qui ont mis Modi au pouvoir ont fuit à l'étranger dans leurs jets privés.

Dans ce contexte, le SKM (Front Uni paysan), la coordination qui anime le soulèvement paysan, a appelé hier 3 mai une nouvelle fois les paysans et les ouvriers à se mettre au service de leurs concitoyens, en difficulté, malades ou ayant perdu leur travail, leurs revenus et leurs logements du fait des confinements et de transformer chaque lieu de mobilisation en un lieu d’accueil avec médicaments, soins, nourriture et logements pour tous les nécessiteux.

En même temps, si elle a annoncé qu'elle repoussait sa marche sur le Parlement prévue début mai en raison des circonstances, elle n'y renonçait pas, au contraire, sa nécessité en était encore plus grande et serait encore grossie des colères nées de la compréhension que le gouvernement était plus dangereux que le virus.

En s'appuyant sur le résultat des élections régionales dans 5 Etats et en particulier au Bengale occidental où le pouvoir a subi une claque monumentale et une autre défaite encore ce dimanche aux élections de panchayats dans l'Uttar Pradesh, le SKM a averti le pouvoir que s'il ne cédait pas aux revendications paysannes et ouvrières, il serait désormais banni encore plus qu'hier, de toute activité sociale et politique, de tout événement public, et ne pourrait plus tenir ne serait-ce qu'un mariage ou même participer aux élections.

En même temps, le BKU (ugrahan) et le KMSC, les deux plus importantes organisations de paysans et d'ouvriers agricoles du Pendjab, ont annoncé que les récoltes étant terminées, en plus des 100 lieux occupés en permanence au Pendjab, péages autoroutiers, stations services, hypermarchés... 1 000 tracteurs et 15 000 paysans et soutiens arriveraient aux campements de Delhi le 5 mai et beaucoup plus encore jusqu'au 10 mai, date d'une réunion nationale ouvriers et paysans pour décider de la stratégie à mener dans cette période de covid et organiser la seconde vague... de la révolte populaire.

PHOTOS

Les tracteurs partis du Pendjab en route pour Delhi ; funérailles de morts du covid à Varanasi dans l'Uttar Pradesh où la colère grandit contre le BJP alors que les hôpitaux publics ne font plus face, qu'il n'y a ni médicaments, ni médecins dans les campagnes et que les hôpitaux privés demandent des fortunes pour y accéder; images des combattants sur le front des campements paysans de Delhi qui illustre l'idée : "nous mourrons peut-être du covid mais nous sommes sûrs de mourir de faim si nous cessons la lutte"

Ici 9 photos de plus

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès