Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mai 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: les partisans de Modi se cachent, ses soutiens milliardaires fuient en jets

La colère grandit contre l'ampleur de la catastrophe covid. Le soulèvement paysan avertit que si Modi ne cède pas immédiatement aux ouvriers et paysans, il interdira aux autorités toute participation a n'importe quel événement social ou politique, des simples mariages jusqu'aux élections. Et les marches sur Delhi reprennent.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Jacques Chastaing

Avec officiellement 5 millions de nouveaux cas en seulement 15 jours, l'épidémie de covid fait des ravages dans un pays où le système de santé publique s'est écroulé, sapé par des décennies de grignotage et achevé par Modi, où les hôpitaux manquent de tout, de lits, d'oxygène, de médicaments, de bras... et où on ne trouve même rien de tout ça dans les campagnes, ni hôpitaux, ni lits, ni oxygène, ni médicaments, où les rares pharmacies ont été dévalisées de leurs médicaments et où les gens sont abandonnés à eux-mêmes, à leur désespoir mais aussi à leur colère.

Car associée au désespoir, la colère grandit partout et les responsables du BJP se cachent, sont injoignables, invisibles tandis que les milliardaires qui ont mis Modi au pouvoir ont fuit à l'étranger dans leurs jets privés.

Dans ce contexte, le SKM (Front Uni paysan), la coordination qui anime le soulèvement paysan, a appelé hier 3 mai une nouvelle fois les paysans et les ouvriers à se mettre au service de leurs concitoyens, en difficulté, malades ou ayant perdu leur travail, leurs revenus et leurs logements du fait des confinements et de transformer chaque lieu de mobilisation en un lieu d’accueil avec médicaments, soins, nourriture et logements pour tous les nécessiteux.

En même temps, si elle a annoncé qu'elle repoussait sa marche sur le Parlement prévue début mai en raison des circonstances, elle n'y renonçait pas, au contraire, sa nécessité en était encore plus grande et serait encore grossie des colères nées de la compréhension que le gouvernement était plus dangereux que le virus.

En s'appuyant sur le résultat des élections régionales dans 5 Etats et en particulier au Bengale occidental où le pouvoir a subi une claque monumentale et une autre défaite encore ce dimanche aux élections de panchayats dans l'Uttar Pradesh, le SKM a averti le pouvoir que s'il ne cédait pas aux revendications paysannes et ouvrières, il serait désormais banni encore plus qu'hier, de toute activité sociale et politique, de tout événement public, et ne pourrait plus tenir ne serait-ce qu'un mariage ou même participer aux élections.

En même temps, le BKU (ugrahan) et le KMSC, les deux plus importantes organisations de paysans et d'ouvriers agricoles du Pendjab, ont annoncé que les récoltes étant terminées, en plus des 100 lieux occupés en permanence au Pendjab, péages autoroutiers, stations services, hypermarchés... 1 000 tracteurs et 15 000 paysans et soutiens arriveraient aux campements de Delhi le 5 mai et beaucoup plus encore jusqu'au 10 mai, date d'une réunion nationale ouvriers et paysans pour décider de la stratégie à mener dans cette période de covid et organiser la seconde vague... de la révolte populaire.

PHOTOS

Les tracteurs partis du Pendjab en route pour Delhi ; funérailles de morts du covid à Varanasi dans l'Uttar Pradesh où la colère grandit contre le BJP alors que les hôpitaux publics ne font plus face, qu'il n'y a ni médicaments, ni médecins dans les campagnes et que les hôpitaux privés demandent des fortunes pour y accéder; images des combattants sur le front des campements paysans de Delhi qui illustre l'idée : "nous mourrons peut-être du covid mais nous sommes sûrs de mourir de faim si nous cessons la lutte"

Ici 9 photos de plus

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes