Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10581 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 juin 2020

Des économistes du système exposent les perspectives de la crise par régions

Le Financial Times a demandé le point de vue à plusieurs économistes du système, couvrant les différentes régions du monde.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: FT -Traduction JMB

Une fragmentation maladroite semble plus probable qu'une autre dépression

Par Robert Zoellick, ancien président de la Banque Mondiale et auteur de "L'Amérique dans le monde".

Le plongeon économique profond a choqué les gens. Le rythme et l'ampleur de la reprise dépendent de la découverte et de la disponibilité des traitements et des vaccins. Je soupçonne que nous assisterons à de lents rétablissements, à des revers épisodiques et à des ajustements coûteux - mais pas à une décennie de désastre économique. De nombreuses petites entreprises et certaines marques historiques ne survivront pas, tandis que des adaptateurs et des perturbateurs habiles, en particulier dans l'économie numérique, en sortiront plus forts. Je surveillerai les signaux de confiance des consommateurs, des entreprises et des sociétés.

La dépression a causé plus que des souffrances économiques. Elle s'est traduite par une perte de confiance dans les démocraties, le triomphe des idéologies de haine, le recours à la démagogie, l'effondrement du commerce et de la finance internationale et, finalement, la seconde guerre mondiale.

Aujourd'hui, les États-Unis, innovateur et garant de l'ordre de la fin du XXe siècle, déconstruisent imprudemment leur propre cadre. La Chine, qui s'est développée avec succès au sein de ce système international favorable, les menace de l'intérieur tout en explorant une conception alternative basée sur des États dépendants. Le Japon vieillissant, craignant la Chine et incertain de la fiabilité de l'Amérique, avance prudemment. L'Inde revient à la diplomatie de l'"autonomie stratégique". La Russie manipule pour obtenir un avantage extérieur tout en dépérissant à l'intérieur. L'UE lutte pour préserver sa cohérence interne tout en s'éveillant douloureusement aux rêves déçus d'un ordre juridique international postmoderne. La Grande-Bretagne débat avec elle-même. Les économies de poids moyen ont du mal à calculer leur place dans le nouveau monde. Des milliards de personnes dans les pays en développement font de leur mieux.

Cette image de fragmentation révèle des spectres de dangers, anciens et nouveaux. Le monde a besoin de sécurité biologique et de progrès en matière de biotechnologie. Les gens exigent une croissance économique inclusive. Des défis environnementaux et énergétiques se profilent à l'horizon. Nous ne faisons qu'entamer une énorme transformation numérique. Les hégémons régionaux en puissance cherchent toujours des armes de destruction massive et les terroristes veulent semer la dévastation et la peur. Les démocraties s'interrogent sur l'avenir de la liberté. Le monde pèse sur l'avenir de la Chine. La morosité n'est cependant pas une fatalité. Les crises mettent à l'épreuve la résilience des nations. Les dirigeants des principaux pays, ainsi que les fonctionnaires et les entrepreneurs travaillant dans différents États pour obtenir des résultats concrets, fixeront le cap. Ces acteurs ont besoin du soutien de l'opinion publique. S'exprimant au nom des États-Unis, Abraham Lincoln a déclaré il y a longtemps que "l'opinion publique dans ce pays est tout". Elle l'est toujours.

Une reprise en forme de V est en cours

Par Mike Wilson, Directeur des investissements de Morgan Stanley

Si 2020 a été une année pour le moins inhabituelle, je dirais que le comportement des marchés financiers a été tout à fait prévisible. La pandémie a entraîné une chute brutale du marché, un chômage record et, tragiquement, 100 000 décès jusqu'à présent aux États-Unis. Mais elle a également incité les décideurs politiques à réagir avec un soutien sans précédent. La Réserve fédérale américaine est désormais en passe d'accroître son bilan de 38 % du produit intérieur brut au cours des 18 prochains mois, pour atteindre 12 000 milliards de dollars, soit deux fois plus qu'après la crise financière de 2008. Nous prévoyons que les plans de dépenses budgétaires feront que les déficits américains approcheront cette année 25 % du PIB, un niveau jamais atteint depuis la seconde guerre mondiale. 

Bien que Covid-19 soit sorti de nulle part, les récessions ne sont jamais causées par un seul événement. Elles sont plutôt le résultat des excès qui se sont accumulés dans l'économie réelle. L'expansion précédente ayant duré dix ans, un record, les excès se sont multipliés jusqu'en 2020. La pandémie n'a été que le déclencheur d'une récession qui s'approchait déjà. En fait, les marchés étaient déjà sur la défensive depuis des années, la plupart des actions individuelles se trouvant dans un marché baissier. Comme d'habitude, lorsque le ralentissement est finalement arrivé, le marché baissier s'est terminé par une vente en mars. 

Historiquement, les économies connaissent souvent une reprise en forme de V après une récession. La gravité de cette récession particulière, combinée à une réaction politique sans précédent, rend peu probable que nous assistions cette fois-ci à une reprise en forme de V. Les marchés des actions se sont donc redressés de manière appropriée, le S&P 500 ayant augmenté de 35 % par rapport à son plus bas niveau de mars. En fait, sur de nombreux indicateurs que nous suivons, la reprise du marché semble presque identique à ce qui s'est passé après la faillite de Lehman Brothers. Tout comme en 2009, la plupart des investisseurs restent naturellement très sceptiques. 

Il semble que l'économie américaine reparte sans augmentation significative des cas de Covid-19. C'est encourageant et si les cas augmentent à nouveau lors d'une deuxième vague, le système de santé devrait être mieux préparé à réagir, ce qui rendrait un nouveau blocage moins probable. Un tel résultat devrait signifier que la relance budgétaire et monétaire sans précédent stimule l'économie plutôt que de simplement rattraper le terrain perdu. Avec ce cadre et le passé comme prologue, nous pensons que la reprise se poursuivra et s'étendra aux parties les plus cycliques du marché des actions, où les actifs restent peu chers.

Sans un plan de relance mondial, la demande stagnera et les inégalités s'accentueront 

Mariana Mazzucato, Professeure et Directrice, The Institute For Innovation And Public Purpose, University College, London.

Le Covid-19 a mis les économies à genoux. La question est de savoir combien de temps et quelle sera la gravité de la récession qui en résultera. La réponse dépend de la qualité et de la quantité des plans de relance mondiaux. Pour fonctionner, ils doivent s'attaquer à la fois à la demande et à l'offre, en fournissant des revenus aux plus vulnérables grâce à des politiques de revenu de base universel bien structurées ou à des programmes nationaux de garantie de l'emploi, et en aidant les entreprises à se remettre sur pied tout en donnant une orientation audacieuse et écologique aux investissements.

La croissance économique dépendra aussi fortement de la vitesse à laquelle nous pourrons trouver un vaccin, le fabriquer à l'échelle et le rendre accessible au niveau mondial. L'initiative de l'Organisation mondiale de la santé visant à assurer le partage mondial de toutes les connaissances, données et technologies liées à Covid-19 en mettant gratuitement à la disposition de tous les pays un ensemble de licences de brevet sur Covid-19 est un grand pas dans cette direction. Le virus ne peut être vaincu qu'avec une véritable intelligence collective. 

Dans les économies développées telles que le Japon, l'UE et le Royaume-Uni, les mesures de relance gouvernementales ont été importantes mais surtout réactives et les mêmes niveaux n'ont pas été atteints ailleurs, en particulier dans les pays en développement. Étant donné la nature mondiale de l'économie, sans un plan de relance véritablement mondial, la demande stagnera. Pire encore, les inégalités, qui ont aggravé la crise, ne feront que s'accentuer. 

Si l'aide aux citoyens et aux entreprises est la bonne chose à faire, la structure de cette aide est importante. Les reports de crédits et prêts immobiliers, qui ne font que retarder le paiement des intérêts, risquent d'accroître l'endettement privé, qui atteint déjà des niveaux records. Un véritable allègement de la dette pour les personnes et les familles les plus vulnérables pourrait éviter cela. Nous avons besoin de politiques qui ne soient pas seulement réactives mais aussi stratégiques, nous rapprochant d'un Green New Deal mondial axé sur l'investissement. Des plans audacieux visant à créer des villes et des régions neutres en carbone pourraient favoriser la créativité et l'innovation - surtout maintenant que beaucoup ont redécouvert les joies de la marche et du vélo. L'innovation sociale, organisationnelle et technologique pourrait contribuer à changer notre façon de manger, de nous déplacer et de construire, en stimulant une transformation verte. Les conditions liées au renflouement des industries les plus polluantes, de l'acier aux compagnies aériennes, peuvent permettre d'accélérer ce processus. 

Souvenons-nous de 2020 comme l'année où nous avons redécouvert la nécessité de systèmes de santé mondiaux solides et où le monde a évité une nouvelle dépression grâce à un New Deal vert et à une reprise tirée par les investissements. 

La plus grande récession en temps de paix que l'Europe ait connue depuis près de 100 ans 

Erik Nielsen, économiste en chef, Unicredit

Tenter de prévoir les effets économiques du confinement est vraiment un jeu de dupes. Jamais auparavant nous n'avons vu une récession de cette ampleur provoquée par l'homme, ni vu des réponses politiques de cette ampleur pour en atténuer l'impact sur les moyens de subsistance des populations. Dans l'ensemble, cependant, je m'attends à la plus grande récession en temps de paix depuis près de 100 ans.

L'effondrement initial de l'activité économique semble toucher à sa fin. En fonction de la gravité du blocage dans les différents pays, les indicateurs préliminaires suggèrent que nous sommes maintenant quelque 15 à 30 % en dessous des niveaux du PIB au début de l'année. L'Europe du Sud et la France ont le plus souffert ; l'Europe du Nord et l'Europe centrale un peu moins - et des pays comme la Russie et la Turquie encore moins jusqu'à présent, car le virus s'y est propagé plus tard.

Les trois prochains mois verront un assouplissement des mesures de verrouillage dans toute l'Europe occidentale, conduisant d'abord à une stabilisation de l'activité - à des niveaux très déprimés - suivie d'une certaine croissance et de zones de forte reprise. Le plus grand risque est une flambée de nouvelles infections à mesure que les règles sont assouplies, et une nouvelle série de mesures de confinement. Cela changerait alors le scénario de base d'une trajectoire de croissance du PIB en forme de "logo Nike" en une trajectoire en forme de "W". Après le rebondissement d'un creux profond, je m'attends à une reprise longue et progressive, à mesure que nous apprenons à vivre avec le virus. Tant qu'un vaccin efficace ne sera pas largement disponible, il est difficile d'imaginer un retour à la normale ou aux niveaux de PIB d'avant la crise.

Dans l'ensemble, je m'attends à ce que le PIB de la zone euro se contracte d'environ 13 % cette année. Même si 2021 connaîtra probablement des taux de croissance impressionnants, le niveau du PIB à la fin de l'année prochaine sera encore inférieur de quelque 4 % au niveau d'avant la crise. L'Europe centrale souffrira probablement un peu moins et les niveaux de PIB d'avant la crise pourraient être largement rétablis d'ici à la fin de 2021. Alors que les PIB turc et russe chuteront d'environ 5,5 % cette année, en supposant que la situation des financements extérieurs ne se détériore pas davantage, la Turquie rebondira probablement plus fort en 2021, tandis que la Russie mettra beaucoup plus de temps. Une fois la crise passée, je soupçonne que nous aurons subi une chute du PIB de la même ampleur que dans les années 1930, mais suivie d'une reprise plus rapide et plus vigoureuse.

Pour l'Asie, du moins, ce n'est pas la dépression 

Trinh Nguyen, économiste senior pour l'asie émergente, Natixis

Les données économiques sont effrayantes en ce moment - des ventes au détail aux exportations, les moteurs de la croissance crachent fortement. Après un choc de l'offre dû aux fermetures d'usines en Chine en février, l'Asie est confrontée à des chocs de la demande intérieure et extérieure au deuxième trimestre. Les restrictions de mobilité, en particulier dans les économies dépendantes de la demande intérieure comme l'Inde, l'Indonésie et les Philippines, ont étouffé les dépensiers déjà timides. Même dans les pays où la mobilité est "normalisée", les commerçants ne sont pas à l'abri d'une certaine retenue. La disparition de touristes, la baisse des ventes à l'exportation, l'affaiblissement des transferts de fonds et la prudence des investisseurs étrangers ont exercé une pression sur les revenus des économies déficitaires en compte courant, et même sur celles épargnent largement comme la Chine, Singapour et la Thaïlande.

Il est facile de se sentir déprimé. Le PIB de l'Asie s'est contracté au premier trimestre, sous l'effet de la forte chute de la Chine, et le deuxième trimestre sera pire car de nombreuses économies prolongent leur période d'immobilisation. La Chine abandonnant son objectif de PIB, nous ne devons pas compter sur elle pour stimuler la demande régionale. Dans le même temps, la forte dépendance de l'Asie à l'égard des petites et moyennes entreprises pour l'emploi se traduira probablement par une détérioration des conditions du marché du travail et donc du pouvoir d'achat.

Après un démarrage lent, certaines économies asiatiques intensifient leur soutien. L'Inde a augmenté son soutien budgétaire de 2,7 % de son PIB, avec des fonds destinés aux ménages à faibles revenus. Les Philippines proposent une relance supplémentaire de 26 milliards de dollars. L'Indonésie ajoute 43 milliards de dollars pour atténuer l'impact sur les PME. Le New Deal de la Corée du Sud créera des emplois et favorisera les industries telles que la 5G et l'intelligence artificielle.

Au-delà des réductions de taux, les banques centrales asiatiques ont fait plus pour atténuer les chocs de liquidité, de la Banque d'Indonésie qui a acheté des obligations d'État à la Banque de Thaïlande qui a créé un fonds d'obligations d'entreprises. La Fed américaine a inondé tous les marchés de liquidités en dollars par le biais d’accords de rachat (Repo) et de lignes de swap.

Alors que la croissance régionale va probablement se contracter en 2020, pire que lors de la crise financière asiatique de 1997, ce n'est pas le début d'une nouvelle dépression. La réponse souple de l'Asie, qui consiste par exemple à laisser les taux de change absorber les chocs, permettra de stabiliser les conditions de financement. Les économies ayant un déficit des comptes courants auront probablement besoin de moins de financement extérieur, car la demande d'importations diminuera. 

Je m'attends à ce que la région se rétablisse en 2021. L'aggravation de la démographie et l'augmentation de la dette, ainsi que la démondialisation, sont des risques majeurs mais aussi des opportunités. Les entreprises en quête de diversification, de croissance et de prix plus bas seront attirées par l'Inde, l'Indonésie, les Philippines et le Vietnam. Le besoin croissant d'infrastructures dans les pays en plein boom démographique attirera les investisseurs étrangers.

Pour l'Amérique latine, ce pourrait être les années 1930 à nouveau

Andrés Velasco, doyen de l'Ecole de politique publique, London School of Economics

Pendant la dépression, l'Amérique latine a été secouée par l'effondrement des prix des matières premières, le ralentissement du commerce mondial et une fuite massive de capitaux. Les mêmes chocs frappent la région aujourd'hui, mais cette fois-ci, il faut ajouter une baisse des envois de fonds (cruciale pour l'Amérique centrale et les Caraïbes) et un gel de la productivité, en raison du fait qu'une grande partie de la main-d'œuvre est confinée.

À l'époque, la contraction économique était brutale. Entre 1929 et 1933, la production a chuté de 10 % en Argentine et au Mexique et de 37 % au Chili. Le Brésil et la Colombie ont également subi de fortes baisses initiales, mais en 1933, ils avaient retrouvé les niveaux de revenus d'avant la dépression. À l'ère de Covid-19, l'Amérique latine est en bonne voie de reproduire cette performance lamentable. À la mi-avril, le FMI avait prédit que l'économie de la région se contracterait de 5,2 % rien qu'en 2020, avec des baisses particulièrement fortes de 6,6 % au Mexique et de 5,7 % en Argentine. Ces prévisions sont déjà dépassées. Les contractions réelles en 2020 seront probablement beaucoup plus importantes.

Une reprise en forme de V pour l'Amérique latine paraît improbable - à moins qu'un vaccin n'arrive rapidement et, avec lui, une reprise de la croissance mondiale. Le virus est arrivé tardivement dans la région et certains pays - le Brésil, l'Équateur et le Mexique - ont été remarquablement incapables de le contenir. Dans d'autres, la dette publique élevée et l'accès irrégulier aux capitaux internationaux limitent ce que les gouvernements peuvent faire pour contrer les effets de la pandémie. Seuls le Chili et le Pérou disposent de la marge de manœuvre budgétaire nécessaire pour financer des politiques d'endiguement agressives. Même là, les nouveaux cas de contagion et les décès liés au Covid-19 ont fortement augmenté au cours des deux dernières semaines.

Selon le scénario le plus modéré de la Banque interaméricaine de développement, l'économie de l'Amérique latine se contractera de 6,3 % en 2020-22. Dans le cas le plus extrême, la contraction cumulée atteint 14,4 %, ce qui n'est pas très différent de ce que la région a connu pendant la dépression. 

Dans les années 1930, les pays qui se sont rapidement redressés sont ceux, principalement en Amérique du Sud, qui ont adopté des mesures peu orthodoxes. Ils ont réduit les taux d'intérêt et laissé leur monnaie se déprécier après avoir quitté l'étalon-or. La plupart d'entre eux ont également manqué à leurs obligations en matière de dette extérieure, sauf dans les Caraïbes, où les troupes des Etats-Unis ont garanti le remboursement. 

Aujourd'hui, les taux de change flexibles sont la nouvelle orthodoxie, ce qui n'est donc pas une contrainte. Mais la disponibilité des financements en dollars l'est. À moins que des institutions comme le FMI et la BID n'intensifient fortement leurs prêts, une nouvelle vague de défauts de paiement pourrait faire revivre les années 1930. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois