Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 août 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde : aux cotés du parlement paysan, des embryons de parlements ouvriers

Pendant que le parlement bourgeois est quasi paralysé par la pression paysanne, le "fouet paysan", avec des interruptions incessantes de séance provoquées par l'agitation des députés d'opposition menacés de révocation par les paysans s'ils ne font rien, deux secteurs d'ouvriers en lutte sont venus à leur tour occuper la même place où siège le Parlement paysan à Delhi à leurs côtés.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

L'impact du Parlement paysan installé depuis 10 jours à quelques mètres du parlement institutionnel bourgeois est important.

Il a fait des émules chez les ouvriers d'industrie.

Pendant que le parlement bourgeois est quasi paralysé par la pression paysanne, le "fouet paysan", avec des interruptions incessantes de séance provoquées par l'agitation des députés d'opposition menacés de révocation par les paysans s'ils ne font rien, deux secteurs d'ouvriers en lutte sont venus à leur tour occuper la même place où siège le Parlement paysan à Delhi à leurs côtés.

Les ouvriers des aciéries publiques en lutte contre leur privatisation depuis 170 jours - notamment à Viskhapatnam dans l'Uttar Pradesh - , sont venus tenir un sit-in/Parlement ouvrier les 2 et 3 août. De même les ouvriers et employés du secteur public de l'électricité, eux organisent un sit-in/parlement du 3 au 6 août toujours sur la même place, également contre leur privatisation et avant une journée de grève générale de leur secteur le 10 août coordonnée avec les paysans. Par ailleurs, en même temps que les femmes et les tribus indigènes tiendront le parlement paysan du 9 août, comme symbole de la lutte des paysans contre l'oppression des femmes et des tribus, , un appel ce jour-là a été lancé par plusieurs grands syndicats ouvriers coordonnés aux paysans à une journée nationale d'action dans tout le pays et à Delhi contre le gouvernement, pour "sauver la démocratie, sauver le pays " des griffes de Modi et du grand Capital.

Pendant ce temps-là, les paysans ont élargi leur sphère de bannissement social des responsables BJP et leurs alliés. Jusque là, cette action qui interdit de fait toute activité publique aux responsables BJP (parti au pouvoir) était cantonnée aux deux Etats les plus mobilisés de l'Haryana et du Pendjab. Elle s'étend maintenant aux Etats de l'Uttar Pradesh et du Rajasthan, soit au total une couverture d'environ 360 millions d'habitants, presque l'équivalent de l'Europe.

Cela s'accompagne donc de multiples manifestations quotidiennes, blocages de demeures officielles ou personnelles des responsables BJP, paralysie de leurs déplacements, blocages et occupations de péages autoroutiers, gares, supermarchés, stations essences, entreprises des compagnies qui soutiennent le BJP et de multiples affrontements quasi quotidiens avec la police et pas seulement des paysans et leurs soutiens, mais aussi des ouvriers qui suivent leur exemple comme ceux de la construction en lutte en Haryana qui bloquent par exemple actuellement la demeure du président (BJP) de l'Assemblée législative de l'Haryana.

Par ailleurs, tandis que les employés de 4 assurances publiques ont fait massivement grève hier contre leur privatisation, les paysans continuent à se masser toujours plus nombreux aux portes de Delhi tout en venant de plus loin. Après des paysans de l'Assam, l'Odisha, l'Andhra Pradesh, états éloignés de Delhi, ce sont 1 000 paysans du Tamil Nadu, Etat de l'extrême sud, qui sont arrivés hier et aujourd'hui au campement Singhu de Delhi, témoignant de l'enracinement national du mouvement.

Lentement mais sûrement l'idée de révolution fait son chemin dans les esprits tandis qu'un embryon de pouvoir populaire se met en place progressivement autour du pivot central qu'est le soulèvement paysan et son Parlement.

PHOTOS

1 000 paysans de l'Etat du Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde, sont partis hier et aujourd'hui, pour rejoindre les campements paysans de Delhi à Singhu, accompagnés également d'ouvriers agricoles de la canne à sucre ; 1 000 ouvriers de l'aciérie Vizag dans l'Andhra Pradesh en lutte depuis 170 jours contre la privatisation des aciéries publiques sont venus tenir un sit-in/parlement ouvrier de deux jours devant le parlement national à Delhi à proximité du Parlement paysan les 2 et 3 août pendant que grève et manifestations avaient lieu dans l'Andhra Pradesh à Visakhapatnam ; affiche de l'appel a la grève générale du 10 août des électriciens contre les privatisations du secteur électrique en coordination avec les paysans ; sit-in/Parlement ouvrier des ouvriers et employés de l'électricité sur la même place que le Parlement des paysans ; affiche de l'appel de syndicats ouvriers à une journée d'action commune paysans et ouvriers dans tout le pays et au Parlement paysan de Delhi pour sauver la démocratie, sauver le pays.

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel