Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10602 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 sept. 2021

Le patriarcat a-t-il existé de tout temps? par Nicole Chevillard

C’est la question que posait, une fois de plus, la philosophe Geneviève Fraisse dans son article intitulé "L'émancipation des femmes est une histoire sans fin" paru dans Le Monde du 18 juillet 2018, dans la série "Fin du patriarcat" (3/5)

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est la question qu’est venue poser, une fois de plus, la philosophe Geneviève Fraisse dans son article intitulé "Lémancipation des femmes est une histoire sans fin" paru dans Le Monde du 18 juillet 2018, dans la série "Fin du patriarcat" (3/5)

L’auteure y définit dabord ce quelle entend par patriarcat, « un mot qui dit le système, le système comme théorie politique raisonnée et fondement de la société. La domination masculine, mot qui lui sert d’équivalent, dit la continuité anthropologique dune organisation sociale hiérarchisée ». La philosophe poursuit : « La fin supposée possible de ce régime politique nous oblige à poser la question du commencement, du début. "Quand" ? Quand cela a-t-il commencé ? »

Elle oppose alors deux réponses historiquement datée : « Bien connue est l'affirmation d’Engels qui, au XIXe siècle, affirma qu'il y eut une "défaite historique du sexe féminin", un avant et un après la prise de pouvoir définitive du sexe masculin. A l'opposé, Simone de Beauvoir, au XXe siècle, trancha dès l'introduction du Deuxième Sexe : la dépendance des femmes « n'est pas la conséquence d’un événement ou d’un devenir, elle n’est pas arrivée". Geneviève Fraisse s’interroge : « Peut-il y avoir une fin si la question des commencements reste en suspens ? ». Mais elle dévie assez vite sur l’analyse de conceptions plus modernes du patriarcat, dans ses liens, notamment, avec le capitalisme.

 Il est vrai que la réflexion sur les « commencements », pour reprendre le terme de Geneviève Fraisse, ne déchaine aucun enthousiasme, aucun désir de recherche, comme si elle était déjà dépassée avant même d’avoir été résolue. Tout se passe comme si l’évidence apparente dune hiérarchie des sexes allait de soi, avait toujours été là, inscrite dans les hormones et les lois de la nature.

 C’est tout un champ d’étude qui passe ainsi à la trappe, au bénéfice immédiat de ceux qui pensent les sociétés humaines en terme d’inégalités fondamentales, qu’il s’agisse des riches et des pauvres, des "élites" et des  "paumés", des blancs et des noirs, des hommes et des femmes. Des inégalités d’autant plus pernicieuses qu’elles sont depuis longtemps intériorisées par ceux mêmes quelles desservent. Une sorte d’idéologie dominante destinée, avant tout, à masquer que d’autres mondes sont possibles, à les réduire à l’état d’utopies sans fondements historiques.

 Or non seulement d’autres mondes sont possibles, mais ils ont existé. Et si Simone de Beauvoir ne les a pas vus, c’est simplement parce que, lors de l’écriture du "Deuxième sexe", elle s’est largement inspirée des thèses de Claude Lévi-Strauss, un auteur incontournable de son époque, une période où son ouvrage sur les « Structures élémentaires de la parenté » (première édition en 1947) avait pratiquement force de loi. Pour Claude Lévi-Strauss, tout commence avec l’échange des femmes entre groupes humains dominés par des hommes. C’est ainsi que les premières sociétés humaines "élémentaires" se seraient structurées, ainsi que la civilisation serait née.

 Or cest faux ! Parmi les sociologues et les ethnologues qui ont succédé à Claude Lévi-Strauss, nombreux sont ceux qui ont apporté la preuve de sociétés où l’échange des femmes n’était pas la règle, mais plutôt la circulation des hommes entre plusieurs groupes humains matrilocaux.

 Plusieurs exemples de ces sociétés matrilinéaires et matrilocales (vivant en Afrique, en Océanie et en Amérique) ont été recensés dans une thèse de doctorat qui a, par la suite, donné lieu à un ouvrage collectif intitulé "Travail des femmes pouvoir des hommes" et dont la version française a été publiée aux éditions "La Brèche" en 1987 (édition initiale en anglais aux éditions Verso, Londres, 1986).

 Il n’y a, de fait, aucun doute possible sur l’existence de sociétés qui, sans être "matriarcales" (au sens que l’on pourrait donner au symétrique inversé de "patriarcal") sont, de facto, organisées autour d’un groupe de femmes liées par la parenté et dotées d’un pouvoir de contrôle sur le respect des règles communes, ce que l’on pourrait nommer l’esquisse d’un "contrat social", basé, il est vrai, sur des structures "élémentaires", lignagères, de parenté, mais sans domination d'un sexe sur l'autre et pratiquant des rapports de réciprocité.

 La plupart des sociétés restées matrilinéaires mais devenues patrilocales (en Afrique subsaharienne notamment) conservent le souvenir, et des rites, qui rappellent leur passage de la matrilinéarité à la patrilinéarité (un échange des femmes souvent contrôlé par les oncles). Ce système à la fois matrilinéaire et patrilocal est, certes, un peu bancal, mais il a, déjà, sur le système précédent, l'avantage d'une meilleure efficience économique (et militaire) d'une structure hiérarchique ou le groupe des hommes adulte impose sa volonté au groupe des femmes (en tant que productrices de biens agricoles notamment) et au groupe des jeunes hommes (en tant que guerriers notamment).

 Que le patriarcat dans ses deux composantes majeures (patrilocalité et patrilinéarité) ait fini par s'imposer dans la plupart de ces sociétés n'a rien d'étonnant car il est plus cohérent socialement et plus efficace dans les combats de clans.

Mais la plupart des mythologies ancestrales de ces sociétés lignagères (celles qui ne sont pas passées sous le rabot des religions monothéistes) conservent le souvenir de ces ruptures, de la "défaite historique du sexe féminin" comme le dit Engels. Il est même stupéfiant de constater à quel point les récits des origines que l'on trouve aussi bien en Afrique que chez les Indiens d'Amérique ou en Océanie se ressemblent. Les mythes racontent comment les ancêtres masculins se sont autrefois emparés des objets sacrés découverts et détenus par les ancêtres femmes. Il peut s'agir de tambours, de flutes, d'arc ou d'autres armes, mais l'histoire est toujours la même : pour de plus ou moins bonnes raisons, les hommes se sont emparés de ces signes sacrés (signes du pouvoir) et en ont interdit l'accès aux femmes, souvent sous peine de mort.

Il y a donc bien eu "un début" à l'aliénation, la première, celle des femmes. L'invention de cette forme de domination s'est avérée déterminante. Car c'est le même modèle qui a, par la suite, été réutilisé dans l'invention de l'esclavage. Etranger, vaincu, l'esclave masculin s'est retrouvé ravalé au statut, mineur, qui était celui des femmes. Comme elles, il peut être échangé, il n'a pas accès à la propriété, pas même aux premières formes de propriété collective du groupe auquel il appartient.

 L'histoire des aliénations avait commencé. Elle n'était pas prête de s'interrompre. Pour comprendre la force de résistance du patriarcat dans les sociétés modernes, on ne peut faire l'impasse sur ce rôle de creuset des autres aliénations qu'il a engendrées.

En complément tous les jours la rubrique Féminisme/LGBT+ de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau