Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10383 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2021

Inde: en marche vers des affrontements determinants -Jacques Chastaing

En Uttar Pradesh, suite à l'assassinat de 5 paysans par le fils du ministre de l'intérieur, le cœur du pouvoir central est contesté, ce qui pourrait annoncer une fuite en avant du pouvoir vers une violence généralisée puisqu'il n'arrive pas à arrêter la vague paysanne et populaire qui peu à peu grignote partout son autorité et son pouvoir.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le district de Lakhimpur Khiri, Etat de l'Uttar Pradesh, gouverné par le BJP (parti au pouvoir), le fils du ministre d'État de l'intérieur (BJP) a tué 5 agriculteurs en les écrasant avec sa voiture et celles de ses complices, en blessant de nombreux autres dont un responsable du SKM (coordination qui anime le soulèvement paysans) alors que les paysans protestaient pacifiquement contre les lois anti-paysannes et anti ouvrières.

Alors que des manifestations et rassemblements ont déjà eu lieu hier dans tout le pays, le SKM appelle l'ensemble des paysans, soutiens et démocrates du pays à des manifestations partout aujourd'hui 4/10/21 et à ce ce que tous les paysans et ouvriers qui le peuvent rejoignent le lieu du crime dès que possible.

Après le formidable succès du blocage général du pays (Bharat Bandh) le 27 septembre, le soulèvement paysan avait lancé une campagne pour faire tomber le gouvernement BJP de l'Uttar Pradesh, le plus grand Etat indien (de la taille du Brésil) tenu par l'idéologue fascisant du BJP, et cœur du pouvoir général du BJP dans tout le pays.

Pour cela, ils ont prévu de faire tomber le BJP aux élections dans l'Uttar Pradesh qui ont lieu en début d'année prochaine en appelant les électeurs à voter pour qui ils voulaient sauf pour le BJP. Par ailleurs, ils ont prévu d'organiser une autre démocratie à caractère direct dans l'Etat en multipliant les Mahapanchayats (AG de démocratie directe) ce qu'ils ont déjà commencé et enfin en paralysant la campagne électorale du BJP en empêchant tous les déplacements de ses dirigeants et toutes les activités de ses militants.

Ce blocage des activités du BJP est déjà réalisé avec succès au Pendjab, au Rajasthan, en Uttarakhand et en Harayana où la police avait déjà tué un manifestant il y a quelques jours. Mais en Uttar Pradesh, vu l'importance de l'Etat, le BJP a clairement choisi la violence, puisque le ministre d'Etat, père de l'assassin, avait appelé à cogner fort.

C'est ce qui s'est passé à Lakhimpur Khiri où les paysans encerclaient l'héliport empêchant pacifiquement l'hélicoptère du ministre d'Etat en déplacement de se poser.

Outre la mobilisation populaire, comme en Haryana après le décès d'un autre manifestant paysan tué par la police, le SKM exige que le fils du ministre soit jugé pour meurtre par un juge indépendant, que le ministre d'Etat soit limogé et qu'il soit fourni des postes de travail aux membres des familles des victimes ainsi que de fortes indemnités. En Haryana, pour la première fois depuis que le BJP gouverne le Pays, le SKM avait obtenu satisfaction sur l'ensemble de ces revendications, alors que traditionnellement les tueurs de paysans dans la police sont plutôt promus et félicités. Ce recul du pouvoir en Haryana (Etat aussi dirigé par el BJP) était apparu comme une importante victoire des paysans. Il faut dire que 200 000 paysans et soutiens avaient envahi la ville où avait eu lieu le meurtre et que 25 000 paysans et soutiens encerclaient en permanence, jour et nuit, le siège du pouvoir local.

Aujourd'hui, ce qui se passe en Uttar Pradesh, change de dimension puisque c'est le cœur du pouvoir central qui est contesté, et pourrait annoncer une fuite en avant du pouvoir vers une violence généralisée puisqu'il n'arrive pas à arrêter la vague paysanne et populaire qui peu à peu grignote partout son autorité et son pouvoir.

PHOTOS

Les affrontements à Lakhimpur Khiri, Etat de l'Uttar Pradesh, qui ont fait 6 morts chez les paysans et soutiens; Mahapanchayat à Gharsana dans le district de Sri Ganganagar, Etat du Rajasthan ; protestation au Tamil Nadu : protestation à Panipat dans l'Haryana ; protestation dans le district de Hisar ; protestation à Bathinda dans le Pendjab ; protestation à Jalandher ; protestation à Hoshiarpur ; protestation à Feriozpur dans le Pendjab ; manifestation à Bengalore dans le Karnataka ;

ici 5 photos de plus

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin