Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10382 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2021

Nos salaires baissent depuis l’élection de Macron ! - Sud Insee

Ce que disent les chiffres de l’INSEE...et pourquoi nous avons de très bonnes raisons de nous mobiliser !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les dernières publications de l’INSEE sont sans appel : en 2019, le salaire réel net moyen dans la fonction publique a baissé :

=> Dans la fonction publique hospitalière, il a diminué de 0,8 % en euros constants, après avoir baissé de 1,0 % en 2018. Ce salaire est inférieur de 0,6 % à ce qu’il était en 2011 !

=> Dans la fonction publique d’État, il a diminué de 0,1 % en euros constants, après avoir baissé de 1,2 % en 2018. Ce salaire est inférieur de 1,4 % à ce qu’il était en 2011 !

Aujourd’hui, l’inflation repart à la hausse (+1,9 % sur un an au mois d’août). Cela signifie que le gel du point d’indice aura pour conséquence une baisse significative du salaire réel moyen des fonctionnaires en 2021.

Les inégalités augmentent à cause de la politique fiscale de Macron

En 2018, les inégalités de revenu ont fortement augmenté : baisse de la fiscalité sur les revenus du patrimoine, baisse des allocations logements, etc. Le diagnostic est sans appel, et les choses ne devraient pas s’arranger pour les années suivantes. A cela, il faut ajouter que le poids des dépenses contraintes est beaucoup plus fort chez les plus pauvres, si bien que les inégalités de revenu « arbitrable » (le revenu dont peuvent réellement disposer les gens) sont encore plus fortes.

En 2019, une personne sur cinq est en situation de pauvreté monétaire (niveau de vie inférieur à 60 % du niveau de vie médian) ou de privation matérielle et sociale (non-accès aux biens et services fondamentaux). La pauvreté monétaire augmente depuis l’élection de Macron.

Le niveau de vie moyen de la population a baissé en 2020

On nous explique parfois que notre niveau de vie moyen n’a pas baissé en 2020 : c’est FAUX. Le « pouvoir d’achat du revenu disponible brut » (revenu disponible corrigé de l’inflation) a certes augmenté de 0,4 %. Corrigé de la croissance démographique, il a stagné.

En revanche, le pouvoir d’achat du revenu disponible brut ajusté par unité de consommation a baissé de 1,5 % en 2020. C’est l’indicateur le plus précis de l’évolution du niveau de vie, car il tient compte :

·         de l’évolution des prix

·         de la croissance démographique

·         des prestations en nature versées par les administrations publiques (éducation, santé, logement…)

Il faudra attendre des études plus précises sur l’impact de la crise sur les différentes catégories de ménages. Mais on sait d’ores et déjà que ce sont les personnes les plus précaires (en CDD, en intérim, etc.) qui ont été les plus impactées par la crise, pendant que les plus riches ont vu leur patrimoine immobilier s’envoler.

Pendant ce temps-là, le taux de marge des entreprises augmente, dopé par les subventions publiques

Quand une crise éclate, le taux de marge des entreprises baisse en général : les salaires versés diminuent moins que la valeur ajoutée (grâce à la « rigidité » du marché du travail dénoncée par les libéraux), et donc la part des profits tend à baisser. Ainsi, lors de la crise de 2009, le taux de marge a plongé, passant de 33,5 % début 2008 à 30,6 % fin 2009. Cette fois-ci, le taux de marge a augmenté pendant la crise sanitaire, passant de 33,0 % fin 2019 à 35,4 % aujourd’hui, grâce aux dizaines de milliards desubventions publiques versées au patronat.

Et maintenant, ils veulent couper dans les dépenses sociales et pour les services publics !

Une récente étude de l’INSEE a montré l’importance de la dépense publique (notamment les transferts en nature) dans la réduction des inégalités. Et ce sont précisément ces dépenses, qui bénéficient avant tout aux ménages les moins aisés, que le gouvernement veut baisser. Il s’appuie pour cela sur le rapport « Arthuis / Tavernier » qui préconise de baisser les dépenses sociales (jugées improductives) et de prioriser les dépenses « utiles », c’est-à-dire celles qui visent à améliorer la compétitivité des entreprises.

Nous tenons à affirmer que notre institut ne saurait être associé, d’une quelconque façon, à un rapport qui défend une politique de classe au service des plus riches sous couvert d’une expertise qui se veut scientifique et neutre.

Pour résumer, ce gouvernement a depuis 2017 :

·         baissé le salaire réel des fonctionnaires

·         augmenté les inégalités

·         distribué des dizaines de milliards au patronat, sans aucune contrepartie

·         privé de leurs salaires des milliers de travailleurs avec la mise en place du « pass sanitaire » qui répond avant tout à une logique répressive, antisociale, plutôt qu’à une logique sanitaire

Le gouvernement prévoit désormais de baisser les dépenses sociales : di minution des prestations chômage, relance de la contre-réforme des retraites, etc.

Seule notre mobilisation collective pourra stopper la politique antisociale et antidémocratique de ce gouvernement au service des plus riches.

La journée d’action du 5 octobre peut être une étape pour faire converger l’ensemble du monde de travail.

Réunissons-nous en assemblée générale et participons massivement aux manifestations du 5 octobre !

En complément tous les jours la rubrique Social de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B