Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 nov. 2021

Prix et profits s'envolent, notre niveau vie s'écrase...Faisons payer les riches !

Occupation de Nanterre par des « sans-facs », contre-manifestation massive et déterminée à Nantes contre Zemmour vendredi, grève des salariés de l'usine Bergams depuis mi-septembre, manifestations des GJ qui reprennent de la vigueur un peu partout...autant d'exemples de démonstration de combativité de notre camp social. La colère est là, que celles et ceux qui luttent se regroupent.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Éditorial A & R

Le gouvernement a annoncé que le prix du gaz n'augmenterait plus à partir du 1er novembre, et ce jusqu'au printemps 2022... Mais une fois les élections passées, le rattrapage aura lieu ! L'arnaque est aussi grosse que l'impudence de ce gouvernement au service des riches. C'est de toute façon déjà plus de 49 % d'augmentation de ce combustible depuis 2020 que tous les usagers et usagères ont dû payer pour pouvoir se chauffer correctement. Et si on ajoute les augmentations du prix de l'essence et des produits de première nécessité, ce sont les calculs au plus serré, « des fins de mois » qui commencent de plus en plus tôt pour la grande majorité de la population.

Tout flambe du côté des prix... et des profits !

Le gouvernement a annoncé une prime de 100 euros pour chaque personne gagnant moins de 2000 euros. Mais ce n'est pas d'une aumône qu'on a besoin : c'est d'une véritable augmentation uniforme de tous les salaires et revenus ! Il nous faut tout de suite au moins 300 euros de plus pour rattraper un minimum tout ce qu'on nous a volé depuis des années, avec l'austérité salariale dans le privé et le gel du point d'indice dans la fonction publique. Aucun salaire ne doit être inférieur à 2000 euros, le travail doit être réparti entre toutes et tous et l'augmentation des salaires (avec sa prise en compte dans le calcul des retraites) doit être indexée sur le coût de la vie ! Soixante milliards d’euros de profits pour les actionnaires du CAC 40 au premier semestre 2021, 109 milliardaires en France en 2021 (deux fois plus qu’il y a dix ans !), plus de onze mille milliards d’euros d’évasion fiscale : de l’argent il y en a, et c’est dans les caisses du patronat qu’on peut le trouver.

Pour arrêter la course folle du capital et l’influence de l’extrême droite, il nous faut un plan de bataille!

Face à cette guerre de classe menée tous azimuts par les capitalistes, les directions du mouvement syndical sont inconséquentes. Il faudrait s’appuyer sur des batailles locales et leur donner un écho national qui ait une résonance pour l’ensemble des secteurs du public comme du privé : Transdev, les soignants et soignantes suspendus, les PPG en lutte contre leurs licenciements, les salariés du commerce, ceux et celles de l’automobile, les AESH de l’éducation nationale… Toutes et tous revendiquent des choses simples mais fondamentales : avoir un emploi stable, un salaire à hauteur du coût de la vie et des conditions de travail convenables.

Mais après le 5 octobre et la journée de grève interprofessionnelle, c’est le vide interstellaire qui semble avoir gagné les directions syndicales et politiques du mouvement ouvrier. Aucune date de mobilisation n'est annoncée... comme s'il fallait désormais attendre la fin du match électoral de 2022 ! Franchement, que ce soit Macron, Zemmour, Le Pen qui gagne (ou un autre serviteur de la bourgeoisie) on peut déjà connaître le résultat pour notre camp social !

Mettre en mouvement les travailleurs, les travailleuses et la jeunesse, populariser une campagne anticapitaliste et révolutionnaire !

L’appel à une manifestation nationale contre les licenciements le samedi 27 novembre, lancée par des boîtes en lutte PPG et TUI, est une amorce pour que toutes celles et tous ceux qui se battent contre la politique de ce gouvernement depuis des années, parfois ensemble mais le plus souvent séparément, entament enfin la discussion pour mettre en place un vrai plan de bataille pour gagner.

L'occupation de la fac de Nanterre par des dizaines d'étudiantes et étudiants « sans-facs » depuis plusieurs jours pour obtenir enfin l'inscription de jeunes bacheliers et bachelières à l'université, la contre-manifestation massive et déterminée à Nantes lors de la venue de Zemmour vendredi, la grève des salariés de l'usine Bergams dans l'Essonne depuis mi-septembre, les manifestations des Gilets jaunes qui reprennent de la vigueur un peu partout... sont autant d'exemples de démonstration de combativité de notre camp social. La colère est là, il faut que celles et ceux qui luttent puissent se regrouper !

La campagne du NPA et de Philippe Poutou sera l'un des amplificateurs de ces mobilisations. Elle défendra l'objectif de regroupement des forces de notre classe sociale. Elle popularisera l’idée que celles et ceux qui produisent doivent être celles et ceux qui décident, de tout et partout. Alors il faut en premier lieu mettre en mouvement ces travailleurs, ces travailleuses, la jeunesse, notre camp social, le seul qui ait la capacité de renverser la société capitaliste !

En complément tous les jours la rubrique Politiquede la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu