Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10602 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 nov. 2021

Venezuela: Solidarité avec les travailleurs en lutte

Afin d'achever la restauration néolibérale conduite par Maduro, le régime réprime et emprisonne les travaileurs et syndicalistes en lutte pour leur survie face au vampires capitalistes

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Quatrième Internationale

Déclaration du Bureau exécutif de la Quatrième Internationale

Le Venezuela est un pays assiégé par l'impérialisme nord-américain, les laquais gouvernementaux d'Amérique latine et les nations impérialistes européennes. Nous avons défendu le processus bolivarien dans son orientation de transformation radicale et dénoncé les mesures coercitives contre cette nation.

Cependant, nous voyons avec inquiétude le tournant de restauration néolibérale que le gouvernement de Nicolás Maduro et la direction du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) ont pris ces dernières années. La classe ouvrière a été la plus durement touchée, voyant les salaires pulvérisés à des niveaux jamais vus dans l'histoire de cette nation. Alors que le panier alimentaire familial atteignait en septembre 342,38 dollars américains, le salaire minimum mensuel est de 7 bolivars, équivalents à 1,68 dollars, dans une situation où aucun travailleur ne gagne plus de 30 dollars de salaire. Les primes extra-salariales supplémentaires, fournies par le gouvernement aux travailleurs à sa discrétion en termes de montant et de durée, ne parviennent pas à compenser la terrible situation.

Le gouvernement soutient que cette situation est due au blocus, alors qu'en réalité les théories monétaristes les plus féroces, qui empêchent l'ajustement des salaires des travailleurs, ont gagné du terrain pendant qu'on accordait des facilités fiscales et financières à la bourgeoisie vénézuélienne et au capital transnational. Il est inconcevable que des pays avec un revenu par habitant inférieur à celui du Venezuela, comme le Salvador ou Haïti, aient aujourd'hui des salaires à trois chiffres, ou qu'à Cuba, après 60 ans de blocus, la classe ouvrière ait des revenus sensiblement plus élevés que ce que nous observons au Venezuela.

Cela a provoqué un réveil lent mais soutenu de la classe ouvrière. Déclarations, protestations aux portes des usines, appels à la grève et petites mobilisations ont généré une répression inhabituelle de la part du gouvernement de Nicolás Maduro. Certains dirigeants ouvriers détenus depuis la période Chavez ont été condamnés à de lourdes peines. D'arrestations de dirigeants syndicaux ont est passé aux accusations et aux procès, dont certains militaires, contre les travailleurs. Toute défaillance des services publics engendre une accusation de terrorisme par l'Etat contre d'humbles travailleurs. La nature politique de la détention et/ou l'ouverture d'un procès contre les travailleurs et les dirigeants syndicaux est déniée, ce qui rend précaires les situations de détention et les garanties de défense légitime. Tout cela, malgré les annonces publiitaires d'un président ouvrier à la tête du pays.

Avec la même véhémence que nous avons défendu le processus bolivarien contre les attaques impérialistes, nous exigeons que le gouvernement vénézuélien mette fin à la persécution de la classe ouvrière qui lutte légitimement pour un salaire lui permettant de survivre et pour des conditions de liberté syndicale. A l'heure où l'on dialogue avec la droite putschiste que l'on exonére de ses responsabilités, nous exigeons une amnistie générale pour les travailleurs détenus et les dirigeants syndicaux :

Rodney Antonio Álvarez Rodriguez. C.I. 19 184 464, dossier : 12J-795-14 ;
Guillermo Manuel González. C.I : 24 982 037 affaire: 1-CT-041-20 ;
Derbys Rodriguez Sánchez. C.I : 12.866.502 affaire: 1-CT-041-20,
Eudis Felipe Girot. C.I. 8635180, dossier : 01JT-034-21 ;
Aryenis Torrealba. C.I. 15 228 578, dossier : 5821-21;
Alfredo Chirinos. C.I. 18 263 686, dossier : 5821-21;
Neptali Duno. C.I. 9 810 552, dossier : 01CP-S-023-20 ;
Rafael Enrique Nelo García C.I. 12 528 689 ;
Gustavo Enrique Juárez Torres C.I. 10 638 726 ;
Pedro Alexander Montilla Pérez C.I. 13 501 684, affaire judiciaire n° PP11P-2020-000190 ;
Roger González C.I. 16 795 931 ;
Luis Rivas C.I. 20 188 686 ;
Eugenio Montes C.I. 13 603 047 ;
Miguel Álvarez C.I. 16 137 990, dossier n° KP01-P-2019-002868 ;
Darío Antonio Salcedo C.I. V-12 258 676, dossier MP 73410-2020 ;
Marcos Sabariego, V-11 745 799, numéro de procédure : GP 11-P-2020-000055 ;
Gil Mujica. V-7 477 454, numéro de procédure : GP 11-P-2020-000055 ;
Bartolo José Guerra Rojas V-5.907.329, dossier n° BPOL-P-2020 ;
Wilmen José Amaya González;
Divo Garrido;
Lénine Martínez ;
Neylander Colmenarez ;
Juan Mukarsset;
Luis Angel Garcia;
Franklin Álvarez .
parmi de nombreux autres travailleurs et dirigeants syndicaux dont nous recensons les cas.

le 1er novembre 2021

En complément tous les jours la rubrique Amérique Latine et Caraïbesde la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot