Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2022

Macron-le-petit

Chasser Macron, délégitimer cette présidentielle, généraliser et centraliser les grèves : c’est tout un ! Voila la perspective cohérente. Voila ce que les petits coups d’État successifs d’Emmanuel Macron-le-petit, devenu sa propre caricature, est en train de produire.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: aplutsoc

La France est le 5° pays au monde le plus contaminé au Covid par rapport à sa population et le 2° en nombre de tests positifs après les États-Unis. En Europe, elle est l’épicentre et le foyer de diffusion du spectaculaire rebond épidémique actuel. Il s’agit maintenant de centaines de milliers de cas identifiés chaque jour, très au delà des veilles de confinements que nous avons connues, et surtout de centaines de morts par jour.

Cette situation est une gifle à Macron qui, bien entendu, n’a jamais eu la maîtrise du virus, mais qui prétendait le juguler en continuant l’asphyxie de l’hôpital public, en discriminant 6 millions d’habitants non vaccinés, majoritaires en « outre-mer », et maintenant en allégeant les règles qu’il avait lui-même édictées pour forcer les gens à travailler, et en maintenant une rentrée scolaire sans mesures supplémentaires – autres que l’interdiction faite au profs de boire leur café debouten salle des profs, authentique !!! -, rentrée qui n’a pas manqué d’amplifier le rebond épidémique. Le spectre d’un « collapsus sanitaire et économique » est bel et bien là.

Cela, alors que les grèves pour les salaires se poursuivent partout, conduisant les directions syndicales (CGT, FO, FSU, SUD) à appeler à une journée d’action le 27 janvier, et alors que la grève générale se poursuit en Guadeloupe, Martinique, Polynésie, et que les fonctionnaires territoriaux de Wallis et Futuna ont, par la grève, arraché de 50% à 75% d’augmentation ! Et cela, alors que les présidentielles approchent et que la majorité de la population annonce ne pas savoir pour qui voter ou ne pas compter voter.

Dans cette situation, la prétendue Assemblée nationale s’est réveillée : une majorité de godillots LREM étant couchée ou à la buvette, les députés présents (LR, RN, PS, PCF, LFI) ont refusé, au nom de la visibilité publique des débats, une séance de nuit ce lundi soir. Réaction hystérique du gouvernement, M. Attal dénonçant une « amicale d’irresponsables« , excellente caractérisation de ses propres troupes à la vérité. Et, ce mardi, dans Le Parisien Libéré, M. Macron appelle à « emmerder les non-vaccinés ».

Soyons clairs : le problème n’est pas tant dans le choix scatologique des mots présidentiels, symptôme intéressant en soi, que dans la violence voulue de l’exécutif, qui a placé médecins et soignants en situation de choisir qui sauver, car, c’est cela la vérité, le tri des patients est là et bien là. On meurt en France faute de soin.

Ceci n’est pas la faute des non vaccinés, mais de la casse de la santé publique par les gouvernements successifs depuis longtemps, casse amplifiée sous Macron.

Macron, qui met à l’ordre du jour la violence contre une partie de la population. Surgissent des débats ahurissants sur, pour le dire clairement : ne pas soigner les non vaccinés. Aucun partisan rationnel de la vaccination – nous en sommes – ne peut cautionner ces horreurs. Aucun ne peut ne pas comprendre que cela ouvre la porte à toutes les sélections, à toutes les discriminations, à l’inhumanité officielle, piétinant droits humains et serment d’Hippocrate.

Macron en est là : c’est le pote à Benalla qui est revenu, en force, et peut-être bien en panique.

Alors, chasser Macron, délégitimer cette présidentielle, généraliser et centraliser les grèves : c’est tout un ! Voila la perspective cohérente. Voila ce que les petits coups d’État successifs d’Emmanuel Macron-le-petit, devenu sa propre caricature, est en train de produire.

En l’affrontant, en organisant la bataille pour le boycott des présidentielles, en appuyant et proposant la centralisation des grèves, c’est cela qui est porteur d’avenir, qui dé-constituera la V° République et constituera la démocratie de l’immense majorité !

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale