Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2022

Macron officialise le changement de régime

Le fait de mettre « hors de la société » des personnes désobéissantes, quel que soit le motif, c'est l'idée même du fameux crédit social de la dictature chinoise. Macron applique un programme autoritaire beaucoup plus rapidement et efficacement que n'aurait pu le faire l'extrême droite. Nous fonçons à pleine vitesse vers l'obscurité. L'heure est à l'action déterminée et commune des résistants.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Nantes Révoltée

Tout le monde s'est indigné des injures de Macron hier, lorsqu'il exprimait son envie « d'emmerder » les non-vaccinés. Mais il n'a pas dit que cela. Il a officialisé un changement de régime. La France n'a plus l'apparence d'une République démocratique depuis plusieurs années : l'état d'urgence est devenu permanent, de nombreuses mesures antiterroristes « exceptionnelles » sont entrées dans le droit commun, la police a tous les pouvoirs, la société de surveillance devient totale, le gouvernement décide par décret et 49.3, un « conseil de défense » militaire prend les décisions importantes ... Mais les récentes déclarations de Macron vont plus loin. Elles traduisent quelque chose de plus profond. Analyse :

« Être citoyen, ce n'est pas demander toujours des droits supplémentaires, c'est veiller d'abord à tenir ses devoirs à l'égard de la Nation », « avant les droits, il y a les devoirs », « On n'arrive pas en disant 'on doit être considéré, on a des droits' ».

Cette idée, répétée régulièrement ces dernières semaines par Macron, est importante. En démocratie, il n'existe pas de « déclaration des devoirs de l'Homme », mais une « Déclaration des droits de l'Homme ». Théoriquement, une démocratie repose sur un « Etat de droit ». La Constitution doit garantir les droits des personnes C'est son socle inaliénable, sinon c'est la dictature. La fin de l'état de droit c'est la dictature. Une société de devoirs, c'est la dictature.

« Un irresponsable n’est plus un citoyen. »

Où mène cette déclaration, quelles sont ses implications ? Si les millions de personnes non-vaccinées ne sont plus « citoyennes » sont-elles exclues du corps social ? Privées de droits ? Les « irresponsables» désignés par le pouvoir seront-ils officiellement déchus de la citoyenneté, sortis de la société ? Seront-ils autorisées à voter, à se faire soigner ? Et après les « non-vaccinés », à qui le tour ? A travers cette phrase, le président officialise l'idée d'une catégorie d'inférieurs. Le fait de mettre « hors de la société » des personnes désobéissantes, quel que soit le motif, c'est l'idée même du fameux crédit social de la dictature chinoise. Macron applique un programme autoritaire beaucoup plus rapidement et efficacement que n'aurait pu le faire l'extrême droite.

Nous fonçons à pleine vitesse vers l'obscurité.

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage en comparution immédiate.
par Feriel Alouti
Journal — Politique
Violences conjugales : le jugement qui condamne le candidat LREM Jérôme Peyrat
Investi par la majorité présidentielle malgré sa condamnation pour violences conjugales, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron continue de minimiser les faits. Mais le jugement rendu en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Angoulême note que Jérôme Peyrat a « adapté sa version » aux stigmates, physiques et psychologiques, constatés sur son ex-compagne, ayant occasionné 14 jours d’ITT.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre