Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2021

Inde: les confédérations ouvrières se joignent au blocage demain -J. Chastaing

Demain 6 février le soulèvement paysan bloque toutes les routes nationales, d'Etat et autoroutes du pays -Les 10 grandes confédérations syndicales ouvrières du pays ont décidé de soutenir.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour exiger la libération des paysans et journalistes emprisonnés le 26 janvier, la libération d'internet bloqué par le pouvoir, la destruction des fortifications autour des campements paysans de Delhi, le soulèvement paysan a décidé de bloquer durant trois heures le 6 février toutes les routes importantes du pays. Il appelle la population à le soutenir et les sirènes des villes et villages à annoncer le début et la fin de l'action. Par ailleurs les leaders du soulèvement ont déclaré qu'ils ne se rendraient à aucune rencontre avec le gouvernement tant qu'il aura des prisonniers.

De leur côté, les 10 grandes confédérations syndicales ouvrières du pays ont décidé de soutenir et participer à l'action de blocage du 6 février aux côtés des paysans tandis que les syndicats de routiers appellent les chauffeurs de camion à cesser le travail, ou cesser de rouler durant les 3 heures du blocage pour soutenir les paysans. Dans le monde ouvrier toujours, les grèves se multiplient contre les privatisations, contre les lois anti-ouvrières supprimant tout code du travail, contre la précarisation généralisée du travail...

Par ailleurs les Mahapanchayats (structures municipales sous contrôle d'une AG populaire) continuent à se tenir et s'étendre avec toujours autant de succès (souvent entre 30 000 et 100 000 participants) fonctionnant comme des embryons de contre-pouvoir malgré l'interdiction de lPa police dans l'Uttar Pradesh et les menaces des fascistes, rendus impuissants par le nombre et la détermination des participants.

Un Etat de plus, l'Uttarakand, s'est ajouté à la liste avec l'Uttar Pradesh, l'Haryana, le Pendjab, le Rajasthan et le Madhya Pradesh où se tiennent des Mahapanchayats. Dans les derniers Mahapanchayats, il a été décidé de rompre toute relation familiale (mariage donc aussi) ou sociale avec les militants du RSS (milice fasciste) et du BJP et de ne leur autoriser aucune fonction sociale ou familiale là où le Mahapanchayat a de l'influence (ce qui signifie une prise de pouvoir anti-gouvernementale locale).

Enfin au Mahapanchayat de Jind, il a été décidé d'organiser des Padayatra en marchant sur Delhi c'est-à-dire des voyages qui soient en interaction plus étroite avec la population, qui soient aussi d'éducation et de galvanisation des gens et militants rencontrés. Par ailleurs les Mahapanchayats ont averti les alliés politiques du BJP qu'ils subiraient le même sort que les militants du RSS et du BJP s'ils ne rompaient pas avec eux.

PHOTOS

Le Mahapanchayat (structure municipale sous contrôle d'AG populaire) interdit par le gouvernement d'extrême droite de l'Uttar Pradesh à Shamli a quand même eu lieu. Pas plus la police que les milices fascistes du RSS qui avaient menacé d'intervenir n'ont montré leur bout du nez. Et pour cause, il y avait plus de 100 000 participants ; Mahapanchayat à Ramayan dans l'Etat d'Haryana. A noter la forte présence de femmes alors que bien des panchayats traditionnels issus des temps anciens n'acceptaient pas les femmes. En s'emparant de ces vieilles tstructures paysannes le soulèvement paysan les a révolutionnées ; manifestation des Anganwadi (employées de crèches et garderies rurales dans le cadre d'un plan de lutte contre la faim à la campagne) qui sont depuis le début en lutte aux côtés des paysans manifestent à Chennai dans l'Etat du Tamilnadu pour exiger leur embauche, des salaires et des retraites suffisants ; réussite de la grève nationale des employés de la BSNL (télécommunications d'Etat) plus nombreux que d'habitude pour que leurs salaires leurs soient payés ; grève et manifestation des 18 000 travailleurs de l'aciérie d'Etat de Vizag Steel à Visakhapatnam dans l'Etat de l'Andrha Pradesh contre leur privatisation ; Mahapanchayat à Dausa dans le Rajasthan ; Mahapanchayat à Roorkee dans l'Uttarakand ; affiche dénonçant la politique du BJP (parti au pouvoir) qui dans l'Etat du Bihar interdit les métiers de la fonction publique à tous ceux qui ont manifesté, fait un sit-in, bloqué une route... ; campement paysan à la porte de Tikri à Delhi où la police a fait couper l'électricité, l'eau, les toilettes et internet. Du coup les habitants voisins de la ville fournissent eux, électricité, et toilettes et se mettent en colère à cause des coupures d'internet ;

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu