8 mars : tous et toutes dans la rue pour la grève féministe !

Ce gouvernement est bien La Réaction En Marche : Darmanin est ministre de l'Intérieur et Dupont-Moretti ministre de la Justice. Le premier est poursuivi pour viol et harcèlement envers une ancienne collaboratrice, et le deuxième s'est moqué publiquement des militantes féministes en les traitant de « folasses » ! Dégageons-les.

Source: UNEF - TACLE : Tendance Action Collective et Luttes Etudiantes

Le 8 mars, des manifestations sont appelées dans le monde entier pour la journée des droits des femmes. En Pologne, Argentine, Chili, Mexique, Espagne, partout les femmes relèvent la tête contre les violences sexuelles, pour le droit à disposer de leur corps, pour la PMA, contre les féminicides.

LES FEMMES N’ONT PAS À PAYER LES CONSÉQUENCES DE LA CRISE !

Parmi les travailleurs.euses en "première ligne", qui ont travaillé pendant le confinement et qui ont été en contact avec le virus, les femmes étaient très nombreuses. 70% des soignant.e.s sont des femmes, c'est le cas aussi pour 90% des caissièr.e.s et 68% du personnel d'entretien. Pourtant l’État ne reconnaît pas cela et la plupart de ces salariées n'ont pas touchés la prime COVID. Pire encore, l'écart de rémunérations entre les femmes et les hommes demeure de 28% ! Ce sont elles qui occupent la plupart des emplois précaires et à temps partiel, jusqu'à 80%. Et ce sont ces emplois précaires qui ont été les plus affectés par les licenciements.

LES INSTITUTIONS NE SONT PAS NOS ALLIÉES, SEULE LA MOBILISATION PEUT AMÉLIORER LA CONDITION DES FEMMES !

Le gouvernement français fait mine de se préoccuper de cette situation. Marlène Schiappa ne cesse de se féliciter de la politique que Macron aurait menée en faveur des femmes. Or la réalité est tout autre, les institutions sont profondément polluées par une idéologie réactionnaire et sexiste. Le hashtag #sciencesporcs a montre que même dans une école soit-disant si prestigieuse comme Sciences Po, les comportements sexistes et les cas de viols étaient cachés ou dissimulés par les responsables des IEP. On ne peut penser que ce gouvernement est du côté des victimes de violences lorsqu'on voit que Darmanin est nommé ministre de l'Intérieur et que Dupont-Moretti est ministre de la Justice. Le premier est poursuivi pour viol et harcèlement envers une ancienne collaboratrice, et le deuxième s'est moqué publiquement de militantes féministes en les traitant de « folasses » !

TOUTES ET TOUS DANS LA RUE LE 8 MARS !

En complément tous les jours la rubrique Féminisme/LGBT+ de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.