Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2021

Inde: le soulèvement paysan s'adresse à la guérilla paysanne -Jacques Chastaing

A noter aussi le succès de la manifestation d'hier contre la privatisation de l'aciérie de Visakhaptanam dans l'Andhra Pradesh, soit 33 000 salariés directs mais 400 000 personnes en vivent.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd'hui 5 avril 2021 ont eu lieu trois choses importantes.

D'abord, il y avait une mobilisation paysanne nationale pour défendre les FCI, organe de l'administration agricole qui garantit un prix minimum au dessus des prix du marché aux produits paysans vendus sur les Mandis, les marchés d'Etat. La mobilisation a eu lieu dans 730 districts (équivalents de départements) ce qui témoigne de l'influence de plus en plus nationale en coordination avec les employés d'Etat de ces FCI que le gouvernement veut liquider.

La seconde chose importante a été l'annonce d'un mahapanchayat qui aura lieu le 8 avril dans le Nord Bengale. Important parce qu'y figure comme orateur, Maheda Patekar, qui fut un des leaders du mouvement paysan dans l'Etat du Bengale qui en 2006-2007 s'opposa avec force à l'implantation de zones franches industrielles, sans droits ouvriers qui aboutirent à la défaite électorale du Parti Communiste (Maoiste) en 2011 qui dirigeait l'Etat depuis plusieurs décennies et qui avait lancé ce projet de zones franches. La défaite électorale se fit au profit d'un parti local (scission du parti du Congrès) qui épousa la cause paysanne à l'époque, le TMC. Cependant le TMC s'illustra ensuite par sa profonde corruption qui aboutit depuis à une montée en flèche du BJP (parti au pouvoir nationalement) sur la base du développement des haines religieuses en particulier contre les musulmans, accusés d'être des "pakistanais", tout comme tous les partis qui s'opposent à lui, avec l'espoir pour lui de gagner électoralement cet Etat cette année. Or, ces trois partis, BJP, TMC et PCI (M) font tout pour faire oublier le formidable mouvement paysan de 2006-2007 et ses martyrs tués par la police, pour ne se quereller pour les deux principaux partis, BJP et TMC, que sur des scandales politiciens qui ne touchent en rien la vraie vie des pauvres.

Maheda Patekar en association avec le soulèvement paysan actuel vient donc rappeler qu'il y a une autre voie que ces opérations électorales politiciennes qui n'aboutissent qu'à changer de maître. Une autre voie qui se trouve dans la mobilisation dans la rue, comme les paysans l'avaient fait en 2006-2007 (ils avaient gagné), tous unis, qu'on soit musulman ou hindou, ouvrier pauvre ou paysan, homme ou femme, quelle que soit la caste, pour se battre ensemble contre le capital.

Par ailleurs, ce mahapanchayat a lieu dans le Nord de l'Etat ce qui est doublement important, d'abord parce que c'est une région où les ouvriers agricoles qui travaillent dans le thé (Darjeeling) sont nombreux dans des grandes propriétés et que jusque là, le soulèvement paysan ne les a guère touchés, mais aussi parce que c'est une région proche du village Naxalbarri, village d'où partit en 1967 le mouvement armé des paysans naxalistes qui mènent une guérilla contre les gros propriétaires, qui dure toujours aujourd'hui et qui a fait fait 22 morts hier dans les forces armées indiennes dans le Chhattisghar. Ce sera la première fois que le soulèvement paysan actuel s'adressera à cet ancien soulèvement, qui a choisi une autre voie, qualifiée de terroriste par l'Etat mais qui a la sympathie d'une majeure partie de la population au niveau national.

Le troisième évènement important de la journée est qu'après le succès de la manifestation d'hier contre la privatisation de l'aciérie de Visakhaptanam dans l'Andhra Pradesh, le collectif ouvrier qui anime la lutte de cette énorme aciérie (33 000 salariés directs mais 400 000 personnes en vivent) a appelé pour continuer la lutte à une AG géante (maha sabha) commune avec les leaders paysans dont Rakesh Tikait le 18 avril. Une initiative qui additionnée à la première coordination ouvriers-étudiants-enseignants-paysans du Pendjab annonce la marche vers une coordination ouvriers-paysans au niveau national, donc vers le surgissement d'un soulèvement populaire commun large, et plus seulement un soulèvement paysan bénéficiant de la sympathie des classes populaires.

PHOTOS

Réunion comme il y en a quasi tous les jours au campement paysan de Ghazipur à une des portes de Delhi occupée ; mahapanchayat d'ouvriers agricoles à Moda dans le Pendjab ; affiche importante de l'annonce d'un mahapanchayat paysan le 8 avril dans le Bengale Nord, importante parce que d'une part il y figure comme orateur le nom de Medha Patekar et d'autre part parce qu'il a lieu pas loin du village de Naxalbarri, lieu historique de la première guérilla armée paysanne des temps modernes née en 1967 et qui existe toujours aujourd'hui ; siège d'un FCI à Malerkotla dans le Pendjab comme il y en a eu également dans 730 autres districts (départements)

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu