Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10602 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juil. 2019

SNU: discipline militaire et propagande nationaliste, les jeunes se défendront

La discipline, l'obéissance aux ordres, sans oublier le « patriotisme » que l’on propose à la jeunesse, cachent derrière le drapeau tricolore l'exploitation, l'oppression et les guerres dont les capitalistes français sont responsables à travers le monde.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 5 Juillet 2019 -Communiqué NPA

Crédit Photo: Illustration de présentation du SNU par la Mission Locale Sud Réunion…

Cérémonie au drapeau, Marseillaise à la pelle, privations de liberté et punitions militaires ; les premières images du SNU n’ont fait que confirmer le caractère réactionnaire et nationaliste de cette nouvelle mesure du gouvernement. Si nous n’avons assisté cette année qu'à la phase d'essai avec quelques milliers de jeunes, ce « service » d'un mois a vocation à devenir obligatoire pour touTEs les jeunes de 16 ans d'ici 2026, sans possibilité d'exemption.

Cette mesure est la cerise sur le gâteau d'une politique qui dure depuis des années de la part de la classe dominante.

D'un côté, celle-ci enchaîne les attaques contre touTEs les travailleurEs, et parmi elles et eux les jeunes qui arrivent sur le marché de l'emploi. Augmentation de la durée légale du travail, réforme des retraites, vague de licenciements dans l'impunité pour des entreprises qui engrangent des milliards de profits et des millions d'argent public... La politique de la bourgeoisie propose aux jeunes cette alternative : chômage ou boulots précaires.

De l'autre côté, l'accès à l'éducation, déjà rivé d'inégalités pour les jeunes de classes populaires, leur est progressivement réduit. ParcourSup, augmentation des frais d'inscription dans le supérieur, réforme Blanquer... Rien que ces dernières années, les bancs des écoles et des universités ont fait l'objet d'un tri social méthodique, faisant ainsi des économies sur celles et ceux que l'on destine à devenir une main d'œuvre malléable et mal payée. Après ça, le gouvernement a beau jeu de défendre son SNU au nom de la « mixité sociale » !

Mais le gouvernement se méfie de celles et ceux à qui il promet un avenir de galères. Le SNU, c'est mettre au pas les jeunes et leur inculquer des valeurs qui ont tant de fois sauvé la mise à tous les bourreaux. La discipline, l'obéissance aux ordres, sans oublier le « patriotisme » que l’on propose à la jeunesse, cachent derrière le drapeau tricolore l'exploitation, l'oppression et les guerres dont les capitalistes français sont responsables à travers le monde.

Et dans ce contexte de montée des idées réactionnaires, les politiciens de gauche comme d'extrême droite jouent la surenchère nationaliste, chacun proposant sa propre mouture du SNU. Mais la solution n'est ni d'en allonger la durée, ni d'assurer sa propagande nationaliste dans l'enceinte de l'« école de la République », ni encore de changer la couleur de l'uniforme.

En décembre, les jeunes se sont mobiliséEs contre la politique de tri social dans l'éducation. Depuis mars, les jeunes sortent dans la rue de manière déterminée et massive contre la destruction de la planète. C'est ce même chemin de la lutte qu'il faut retrouver pour s'opposer au SNU.

L’horizon des jeunes ne doit pas être de se résoudre à payer les pots cassés du capitalisme à la place des responsables. C'est en s'organisant collectivement qu'elles et ils pourront faire face à cet embrigadement rétrograde, et espérer faire reculer le gouvernement.

Nous, les jeunes du NPA,  affirmons notre internationalisme et notre volonté de nous mobiliser dès la rentrée, aux côtés de touTEs les jeunes, contre le Service national universel.

Communiqué du 4 juillet 2019, Paris.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose