Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10572 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 févr. 2021

Inde: routes et autoroutes bloquées par paysans, ouvriers, étudiants, femmes, jeunes

La Coordination du mouvement a aussi dénoncé dans sa conférence de presse de ce jour l'arrestation de Nodeep Kaur, ouvrière luttant contre les violences que subissent les ouvriers au travail, licenciée de son travail pour avoir rejoint la lutte des paysans avec son organisation, puis arrêtée par la police et violentée sexuellement par des policiers.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Jacques Chastaing  

 Le soulèvement paysan avait appelé à bloquer le 6 février les autoroutes, routes nationales, routes d'Etat, pour exiger la libération des paysans, journalistes et militants arrêtés par l'Etat le 26 janvier et les jours qui ont suivi.

L'appel a été largement suivi puisqu'il y a eu des blocages par les paysans sur des milliers de routes et autoroutes, dans quasiment tous les Etats (malgré les mensonges du gouvernement et de la presse mainstream qui continuent à dire que le mouvement se limite aux Etats du Pendjab et l'Haryana et un peu de l'Uttar Pradesh) soutenus partout par des ouvriers, syndicalistes, militants de partis d'opposition, des étudiants, des femmes, des jeunes, des chauffeurs routiers, des employées des crèches et garderies, des services de santé, des intouchables, des enseignants, des électriciens, des employés de banques et d'assurances, des citoyens...

Dans les Etats les moins mobilisés comme l'Andrha Pradesh dans le sud (où la presse ose écrire qu'il n'y a eu aucune mobilisation), on a compté pas moins de 100 blocages, 150 dans le Tamil Nadu, 150 dans le Madhya Pradesh et même dans l'Assam (des Etats éloignés) où le régime est pourtant celui de la loi martiale qui interdit quasi toute mobilisation... et beaucoup plus dans le Pendjab, l'Haryana. Les paysans n'avaient pas appelé au blocage des routes à Delhi (qui l'est déjà partiellement et où la police avait mobilisé pour cette journée 50 000 hommes, des drones et avait arrêté préventivement une cinquantaine de militants syndicalistes) ni dans l'Uttar Pradesh ou l'Uttarakand où ils craignaient des provocations du type de celle du Fort Rouge le 26 janvier.

Après la confusion provoquée par les manœuvres du pouvoir du 26 janvier essayant avec la presse de faire passer le soulèvement paysan comme le cache sexe d'une insurrection violente sikh pour imposer leur religion aux hindous, les paysans ont repris l'initiative par cette démonstration de force pacifique, montrant que leur mouvement était à l'échelle de tout le pays et qu'ils avaient le soutien du peuple entier. Une grande partie des Chakka Jaam ont été transformés en meetings interprofessionnels contribuant à la convergence... que le soulèvement paysan contribue à mettre en route car la révolte gagne également les rangs ouvriers.

Par exemple, dans l'Etat du Tamil Nadu en ébullition, en plus du soulèvement paysan, cette semaine il y a eu des grèves massives de dimension nationale des fonctionnaires d'Etat, des employés des crèches et garderies rurales, des employés des compagnies d'assurance, des banques, des cheminots, des étudiants, des électriciens...et l'AIADMK, le parti qui dirige l'Etat, allié du BJP, tremble...

Enfin, comme symbole de la transformation du soulèvement paysan en quelque chose de plus large et de la conscience de ses responsabilités élargies dans la situation, dans la conférence de presse quotidienne du 6 février que tiennent les dirigeants du SKM (coordination qui anime le soulèvement), les animateurs du mouvement ont tenu à donner une place importante à leur dénonciation de l'arrestation de Nodeep Kaur, une militante Dalit (Intouchable) qui militait dans une organisation ouvrière dénonçant les violences que subissent les ouvriers au travail, licenciée de son travail pour avoir rejoint la lutte des paysans avec son organisation, puis arrêtée par la police et violentée sexuellement par des policiers.

PHOTOS

"Chakka Jaam" massif ('confiture de roues" ou dit autrement, blocage de routes) à Gurdaspur dans l'Etat du Pendjab ; Chakka Jaam dans le Pendjab ; Chakka Jaam à Ropar dans le Pendjab ; au Chakka Jaam de Ludhiana dans le Pendjab un Lungar ou repas communautaire offert par les paysans mangé à même l'autoroute ; Chakka Jam à Monak dans le Pendjab ; caricature indienne montrant la police de Delhi partant pour la Suède pour arrêter Greta Thunberg après qu'elle ait soutenu le soulèvement paysan et que la Justice indienne ait décidé de la poursuivre ; meeting de soutien aux paysans et contre les hausses de prix à Siliguri Bengale Occidentale ; Chakka Jaam à Dhundalwadi dans le Maharastra ; même dans les petits villages, on bloquait les routes, ici à Kaluwas dans l'Haryana ; Lungar (repas communautaire gratuit) au Chakka Jaam de Kurukshetra Pipli dans l'Haryana ; aussi dans l'Etat du Chhattisgarh ; Chakka Jaam à Titra dans l'Haryana ; Chakka Jaam à Harda dans la Madhya Pradesh ; Chakka Jaam dans l'Ett du Rajasthan ; Chakka Jaam dans l'Etat de l'Himachal Pradesh ; Chakka Jaam dans l'Etat de l'Odisha ; Chakka Pradesh au détour d'un bois dans l'Etat de l'Uttar Pradesh ; Chakka Jaam à Bengalore dans l'Etat du Karnataka ; Chakka Jaam dans l'Etat du Tamil Nadu ; Chakka Jaam dans l'Etat d'Assam ; Chakka Jaam dans l'Etat du Jammu et Kashmir ; Chakka Jaam dans l'Etat du Bihar ; Chakka Jaam dans l'Etat du Bengale occidentale ou les les ouvriers des minoteries se sont associés au blocage des routes ; les chauffeurs routiers se sont associés au Chakka Jaam dans le Madhya Pradesh ; même dans le plus petit des villages on faisait son Chakka Jaam, ici à Adilabad dans l'Etat du Telangana ; l'Etat du Tamil Nadu en ébullition, en plus du soulèvement paysan, cette semaine il y a eu des grèves massives des fonctionnaires d'Etat, des employés des crèches et garderies rurales, des employés des compagnies d'assurance, des banques, des cheminots, des étudiants, des électriciens... l'AIADMK, le parti qui dirige l'Etat, allié du BJP, tremble... ; le journal quotidien des paysans du 6 février ; Chakka Jaam à Madena dans l'Haryana ; Chakka Jaam dans l'Haryana à Nervana avec la présence de nombreuses employées des crèches rurales ; Chakka Jaam au péage de Khatkad dans l'Haryana ; un e des manifestations des employés de banques publiques en grève nationale le 4 février contre leur privatisation

Ici +30 photos de plus 

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Nucléaire
Hugo, lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato