Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 avr. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: Le soulèvement paysan envoie un ultimatum au pouvoir -Jacques Chastaing

Le soulèvement paysan envoie un ultimatum aux dirigeants du bjp (parti au pouvoir) :ou vous démissionnez ou nous vous empêcherons d'avoir toute activité sociale

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une déclaration faite aujourd'hui 6 avril 2021, le SKM (Front Uni Paysan) la coordination qui anime le soulèvement paysan a lancé un ultimatum aux dirigeants du BJP : où vous démissionnez où vous aurez à faire face à un boycott social élargi.

Et le SKM explique que ce ne sera pas que dans le Pendjab, l'Haryana, ou l'ouest de l'Uttar Pradesh où les dirigeants du BJP et leurs alliés ne peuvent plus tenir aucune réunion, ont du mal à se déplacer ou à sortir de chez eux, comme ça vient encore de se passer aujourd'hui à Phagwara dans le Pendjab où le leader BJP Vijay Sampla a été encerclé par la foule, mais aussi dans tout le pays comme ça a commencé dans le Rajasthan, à Hanumangahr par exemple avec le député BJP Nihal Chand qui n'a pu échapper à la colère de la foule qu'en fuyant à toutes jambes.

Pendant ce temps, Rakesh Tikait a pu pénétrer dans l'Etat du Gujarat malgré les menaces et interdictions pour y tenir quelques réunions en manière de défi à Modi, dans cet Etat que Modi considère comme sa propriété, où les paysans ne peuvent manifester que s'ils le font en dehors de l'Etat, où ils ne peuvent pas se réunir, tenir de conférence de presse, où tout est interdit.

Rakesh Tikait y a déclaré que là aussi le temps viendrait où ils feraient le siège de la capitale du Gujarat comme à Delhi, en même temps, qu'en une autre sorte de défi, le mémorial du campement paysan Saharajampur de Delhi en hommage aux 350 paysans morts durant le soulèvement était fait par des artisans du Gujarat, comme autant de petits coups portés à l'autorité de Modi.

PHOTOS

Les marches à pied à travers le pays, transportant de la terre de 1500 villages de 23 Etats pour un mémorial rendant hommage aux 350 paysans morts durant le soulèvement, qui sont parties le 30 mars, sont arrivées hier aux campements paysans des portes de Delhi à Tikri et aujourd'hui à Ghazipur et Singhu. Photos de Ghazipur et Tikri ; les paysans se battront jusqu'au bout ; arrivé de la marche avec la terre des villages à la porte de Delhi, Singhu ; déclaration du SKM : mémorial aux 350 paysans morts au campement paysan de Delhi à Sahajampur fait par des artisans du Gujarat

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère