Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juin 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: dirigeants du BJP au pouvoir assignés à domicile par le soulèvement paysan

Malgré le covid qui continue à faire des ravages en Inde, en particulier dans les campagnes, et limite la possibilité des rassemblements, puisque le chiffre le plus admis par tous est d'environ 1 million de morts depuis avril, la mobilisation des paysans et leur soutiens le 5 juin des "sit-in de la révolution totale" a été très suivie.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

L'appel des paysans pour paralyser le pouvoir et le mettre à genoux en bloquant les résidences ou les lieux de fonction de tous les responsables du BJP du pays - ou des bâtiments du pouvoir s'il n'y a pas de représentants du BJP - tout en brûlant les effigies de Modi et ses lois agricoles, a été suivi dans de très nombreuses régions du pays.

Cette mobilisation a dépassé largement les Etats où le soulèvement paysan est très influent puisqu'elle s'est étendue à presque tout le pays et a eu lieu dans les Etats du Pendjab, Haryana, Uttar Pradesh, Rajasthan, Madhya Pradesh, Maharashtra, Uttarakhand, Himachal Pradesh, Chhattisgarh, Odisha, Andhra Pradesh, Telangana, Tamil Nadu, Bihar, Delhi, Bengale Occidental et Karnataka... et parfois dans quasi tous les districts (départements) des Etats comme dans le Chhattisgarh.

Le 26 mai, le soulèvement paysan avait déjà appelé à mettre des drapeaux noirs partout pour marquer publiquement leur désaveu du gouvernement, et le pays s'était couvert de noir. C'était une action possible sans grands rassemblements à cause du covid.

Mais aujourd'hui 5 juin, c'est la première mobilisation physique des paysans et leurs soutiens à l'échelle nationale depuis que le Covid a paralysé l'Inde fin avril, avec confinement et couvre feu quasiment partout. Une mobilisation qui a eu le soutien de nombreuses organisations ouvrières, féministes ou de jeunes.

Le mouvement a tenu tout à la fois à montrer sa force en même temps que la capacité de la population à se mobiliser en visant clairement et politiquement le gouvernement tout en respectant le plus possible les règles sanitaires par des mobilisations dispersées.

Pour le moment, le mouvement paysan continue la reprise de sa montée en force, interrompue un moment fin avril par le covid, en appelant demain 6 juin, à des rassemblements partout dans le pays, dans chaque village ou quartier, pour prêter serment collectivement de continuer la lutte jusqu'au bout et pour rendre hommage à 6 paysans tués par la police en 2017 dans l'Etat du Madhya Pradesh.

En même temps, dans l'Etat de l'Haryana, dirigé par le BJP, où ce dernier et sa police se montrent particulièrement violents, le mouvement appelle le même jour à bloquer tous les postes de police.

PHOTOS

Au village de Tungwali (Bathinda) dans le Pendjab, le leader BJP Dayal Sodhi est bloqué chez lui par la mobilisation paysans et ouvriers ; blocage du domicile du magistrat sous-divisionnaire BJP du district de Bahadurgarah dans l'Haryana ; à Patiala, dans le Pendjab, le barrage des flics qui protégeait le domicile du leader BJP se fait enfoncer par les paysans ; blocage de la résidence de D Chatula député BJP à Sirsa dans l'Haryana ; Blocage de la résidence du député BJP à Hisar dans l'Haryana ; Blacage de la résidence du responsable BJP dans le village de Phapre Balke dans le Pendjab ; la foule de manifestants en route pour bloquer le poste de police de Tohana dans l'Haryana ; blocage de la résidence du ministre de l'agriculture dans le Madhya Pradesh ; rassemblement des paysans à Tohana avant la marche sur le poste de police ; paysans qui manifestent avec le cadavre de Modi brûlé (son effigie) après avoir libéré un péage ; blocage de la résidence du ministre de l'Education Kanwar Pal Gujjar à Yamunanagar ; les paysans en route vers Ludhiana dans l'Uttar Pradesh

Voir ici 7 photos de plus

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes