Sans facs: reportage sur l'occupation de la présidence de Nanterre

Plus de 300 étudiants «sans fac» se sont vus refuser leur inscription à l'université de Nanterre cette année. Voyant leurs espoirs d'avenir brisés par une machine administrative socialement très sélective, des «sans fac» et leurs soutiens ont occupé le bâtiment de la direction de l'université pour exiger équité et justice à la sélection. Vidéo.

© M.Mondialisation

 "La présidence de Nanterre refuse d'envisager une sortie de crise par le dialogue." Des propositions ont été faites à l’Université pour permettre d’inscrire les sans-facs et de régler ce conflit, mais la Présidence a refusé en bloc la proposition sans envisager d’autre alternative. Selon l'UNEF, la Présidence a même refusé la médiation proposée par les unions départementales du 92 de la CGT, de Solidaires et de la FSU. "Ce n’est pas avec des huissiers, des vigiles privés et des menaces d’intervention policière qu’on mettra fin à la campagne des sans-facs." précisent les étudiants.
Après 53 heures d'occupation, les étudiants ont décidé d'abandonner les lieux pour le weekend mais n'abandonnent pas leur lutte pour une sélection juste pour tous. "Il est hors de question d’accepter les conséquences de la sélection sociale à l’entrée de l’Université !"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.