Procès du nucléaire dimanche 15 novembre

Avec Henri Waisman (membre du GIEC), Mathilde Szuba (maître de conférences en Sciences politiques), Eric Guéret (réalisateur du documentaire « Sécurité nucléaire : le grand mensonge »), Fleur Gorre (co-autrice du podcast Le Nuage, spécialiste en gestion de crise et risques nucléaires), Etienne Ambroselli (avocat des opposant·es au projet Cigéo), Jon Palais (militant climat)...

RDV dimanche 15 novembre à 14h pour la conférence en ligne « le procès du nucléaire »

Source: Laurent, pour l’équipe Transition énergétique de Greenpeace France

Nous espérons que vous et vos proches allez bien, malgré cette période de confinement. Nous avions prévu de vous convier à un grand rassemblement dimanche 15 novembre, pour débattre des moyens de lutter contre les changements climatiques, de la fausse solution nucléaire et de la protection des lanceurs et lanceuses d’alerte. En raison de la crise sanitaire, ce rassemblement physique ne pourra pas avoir lieu. Mais, bonne nouvelle : il est maintenu en ligne !

Ce sera un temps d’échanges à la portée de toutes et tous, sur une question souvent trop technique. Une occasion à ne pas manquer !

Rendez-vous dimanche 15 novembre à 14h, pour une conférence en direct, à suivre sur :

Youtube

Facebook

Un site internet dédié

Vous pourrez poser vos questions sur nos réseaux sociaux #ProcèsDuNucléaire aux différent·es intervenant·es, dont Henri Waisman (membre du GIEC), Mathilde Szuba (maître de conférences en Sciences politiques), Eric Guéret (réalisateur du documentaire « Sécurité nucléaire : le grand mensonge »), Fleur Gorre (co-autrice du podcast Le Nuage, spécialiste en gestion de crise et risques nucléaires), Etienne Ambroselli (avocat des opposant·es au projet Cigéo), Jon Palais (militant climat)...

Cette conférence en ligne aura lieu deux jours avant le procès de 34 activistes de Greenpeace, qui comparaîtront devant le tribunal de grande instance de Valence le 17 novembre, suite à une action de démontage symbolique de la centrale nucléaire du Tricastin en février dernier. L’objectif de cette action était d’alerter sur le vieillissement de cette centrale et d’exiger sa fermeture au plus tôt. Ces femmes et ces hommes ont agi au nom de l’intérêt général, pour dénoncer des risques réels.

Au cours de la conférence du 15 novembre, nous évoquerons avec les intervenant·es les raisons qui ont motivé cette action et, plus largement, l’engagement et le rôle des lanceurs et lanceuses d’alerte, en particulier dans le domaine du nucléaire.

Vous pouvez également soutenir nos militant·es en partageant cet email avec vos proches. N’hésitez pas à les inviter à la conférence du 15 novembre, y compris s’ils ·elles ne sont pas d’accord avec ce que défendent nos activistes, pour faire de cet événement un vrai moment de débat.

Merci de votre soutien !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.